Fandom – Et si vous intégriez votre roman préféré ?

18/09/2018

Titre : Fandom

Auteur : Anna Day

Editions : Pocket Jeunesse

Prix : 18,90 €

Parution : 18 octobre 2018

Nombre de pages : 492 pages

Genre : Young adult, dystopie

Résumé : Imaginez que vous puissiez vous glisser dans la peau de votre héroïne préférée... Katniss, par exemple ! Le rêve, non ?

Du moins, jusqu'à ce que vous vous rendiez compte que vous êtes incapable de tirer à l'arc ou de grimper aux arbres, et que vous n'avez pas le moindre instinct de survie. Mais pas de panique, vous pouvez toujours choisir de retourner à votre petite vie tranquille de fan, dans le monde réel.

Ce qui n'est malheureusement pas le cas de Violet, coincée dans son roman favori...

.

Je remercie les éditions Pocket Jeunesse pour l’envoi de ce roman. Dès que j’ai eu connaissance de ce dernier, et plus particulièrement de son résumé, j’ai su que je devrais absolument le lire. En effet, qui ne rêverait pas de pouvoir faire partie intégrante de l’intrigue de son roman préféré ? Évidemment, ça se complique quand le roman en question est une dystopie ! C’est le concept que nous propose Anna Day dans « Fandom » puisque l’héroïne de l’histoire, Violet, se retrouve propulsée à l’intérieur de son roman préféré, « La Danse des Pendus ».

 

J’étais vraiment curieuse de voir ce que pouvait donner ce concept d’histoire dans l’histoire. Et je dois dire que j’ai vraiment été conquise par le concept en lui-même, qui m’a un peu fait penser à « Fangirl » de Rainbow Rowell (allez, avouez, même les titres des deux romans se ressemblent !). Et ce qui m’a vraiment gardée accrochée jusqu’à la fin de ce livre, c’est une question en particulier : COMMENT diable Violet et ses amis ont-ils pu se retrouver dans l’univers de son roman préféré ? COMMENT est-ce arrivé ? Est-ce même réel ? S’agit-il d’un rêve, sont-ils dans le coma, ou dans un genre d’univers parallèle ? Pour moi, il s’agit vraiment de l’enjeu principal de ce roman et ce côté-là est addictif.

 

Par contre, malheureusement, je n’ai vraiment pas été autant emballée par l’histoire de « La Danse des Pendus ». Comme précisé plus tôt, il s’agit d’une dystopie… Et je dirais que c’est un peu ça le problème de ce roman. Les dystopies, on en trouve à foison dans la littérature Yonug Adult, et je dirais même plus, on en trouve de très bonnes qui sont même devenues cultes comme Hunger Games ou Divergente, pour ne citer qu’elles. Or, « La Danse des Pendus » semble ne jamais être à la hauteur. Pire, l’histoire sent un peu le réchauffé et même si à partir d’un moment, on finit par se prendre au jeu des péripéties des protagonistes, ces péripéties restent finalement peu palpitantes et déjà vues. Je ne vais pas vous mentir, en réalité, je crois que j’aurais littéralement adoré cette histoire si le livre préféré de Violet avait été un roman existant. Je suppose qu’il s’agit là d’une question de droits d’auteur, ou peut-être que ça n’aurait tout simplement pas marché et que ça aurait encore plus senti le réchauffé, je ne sais pas… Mais en tout cas, en ce qui me concerne, j’aurais préféré que l’auteur joue le jeu jusqu’au bout et place son intrigue dans un roman existant. Ou bien même, pour innover encore plus, pourquoi ne pas avoir écrit « La Danse des Pendus » et seulement « Fandom » par la suite (en gros faire un peu l’inverse de ce qu’a fait Rainbow Rowell avec « Fangirl » et « Carry On ») ?

 

J’ai également eu du mal avec les personnages (aucun n’a retenu mon attention), et en particulier avec Violet, l’héroïne. Même si j’ai cru pouvoir m’identifier à elle quand elle a précisé « détester tout ce qui contient les mots « en public » » (principalement parler en public) et quand j’ai vu à quel point elle était en adoration devant « La Danse des Pendus » (ça m’a rappelé le culte que je voue à la saga « Harry Potter »), cela n’a duré qu’une fraction de seconde. Parce qu’en dehors de ça, j’ai trouvé que la personnalité de Violet n’était pas vraiment intéressante : elle est assez « mauviette », elle se pose presque toujours en victime et ça finit par devenir énervant. Et au final, ce n’est même pas moi qui le dit, c’est Violet elle-même : « Je ne suis pas courageuse et je ne suis pas une héroïne. ». Heureusement, ce point évolue tout de même un peu entre le début et la fin du roman, et les choses s’améliorent quelque peu à ce niveau.

 

En ce qui concerne l’écriture d’Anna Day, je n’ai franchement pas grand-chose à dire, j’ai trouvé sa plume assez agréable, bien que quelconque. J’ai toutefois apprécié les rares mentions à la pop culture (principalement présentes en début de roman).

 

Au final, je vous recommanderais tout de même de lire « Fandom » afin de vous faire votre propre avis, et ne serait-ce que pour prendre du plaisir au niveau du concept de l’histoire dans l’histoire, et de tout ce qui tourne autour. Je ne sais pas encore si une suite est prévue pour ce livre, mais si c’est le cas, à l’heure actuelle, je ne sais pas si je me laisserais tenter.

.

Petite belge âgée de 26 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *