La femme du gardien de zoo - Trop de description tue la description

07/09/2018

Titre : La femme du gardien de zoo

Auteur : Diane Ackerman

Editions : Points

Prix : 7,60€

Parution : 3 mai 2018

Nombre de pages : 360 pages

Genre : Historique

Résumé : Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie.
Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs – officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d’un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays… Grâce au courage de ce couple, trois cents d’entre eux seront sauvés. Inspiré du journal intime d’Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d’un couple soucieux de la cause animale qui s’engage dans une lutte secrète contre l’oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l’abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l’horreur.

.

Bon, j’ai l’habitude d’écrire des avis négatifs, parce qu’il en faut bien de temps en temps, mais je me sens mal à l’aise de donner un avis négatif à ce livre. Le sujet est très sensible et j’ai dû mal à dire du mal d’un roman qui aborde le sort des Juifs sous Hitler, surtout lorsque ça se déroule en Pologne, un pays qui a souffert de se situer entre l’Allemagne et l’URSS. De plus, le roman se base sur une histoire vraie et l’auteure a utilisé des morceaux du journal d’Antonina et des interviews de Jan, mais malheureusement je dois vous donner mon honnête opinion et je n’ai pas aimé. 

La raison principale est simple : il y a beaucoup trop de descriptions et le roman est super lent. Je n’ai d’habitude aucun problème avec les romans lents puisque je suis adepte des thrillers qui sont tout en haut de la catégorie de la lenteur. Ici, en revanche, j’ai trouvé les longues descriptions à la Flaubert complètement superflues. On connaît un peu l’histoire si on lit la quatrième de couverture et on a envie que l’auteure nous y mène rapidement. Au lieu de ça, les 100 premières pages ne sont que des descriptions inutiles du zoo, de toutes les espèces d’animaux, de leur maison de campagne, de la vie des gens, etc. On a l’impression que ça n’en finira jamais, comme lorsque l’on décide de discuter avec une personne âgée. 

Malgré ça, on en apprend quand même beaucoup sur la période et sur certaines idéologies nazies concernant les animaux notamment. J’ai trouvé ça formidable puisque, après avoir lu des dizaines de livres à propos des nazis et de Hitler, j’ai quand même réussi à apprendre tout un tas de choses à travers ce roman. Je pense que c’est en partie dû au fait que ça se déroule en Pologne et que les livres que j’avais lus se déroulaient toujours en France ou en Allemagne. J’ai donc été très agréablement surprise et j’ai absorbé toutes les informations possibles. On en apprend aussi énormément sur les Juifs et leurs coutumes, ce que je ne connaissais pas non plus. 

Après, le fait que l’auteure ne cesse de digresser, de se perdre dans ses descriptions et de passer du coq à l’âne perd complètement le lecteur. Le fait qu’il s’agisse d’une histoire ajoute du charme à ce roman mais pas assez pour me faire oublier à quel point ma lecture a parfois été pénible puisque je n’arrivais plus à suivre le fil de l’histoire et bien souvent, reposais le livre. Je ne peux que vous conseiller de vous faire votre propre opinion. 

.

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *