La nouvelle BD de Bastien Vivès accusée de pédopornographie

23/09/2018

Depuis quelques jours, Internet s’agite autour de la nouvelle bande dessinée de Bastien Vivès, Petit Paul. Publiée à la rentrée dans la collection confidentielle Porn’Pop chez Glénat, la BD met en scène les aventures de Paul, un garçon de dix ans doté d’un sexe démesuré.

 

Résumé : Petit Paul vit à la campagne avec son père et sa sœur Magalie. Et il est ce qu’on pourrait appeler un enfant précoce. Bien qu’il ne soit pas encore en âge de penser à la chose, le voici doté d’un formidable attribut difficile à dissimuler et qui déclenche chez les chastes femmes de son entourage les plus violentes des pulsions. A la ferme familiale, chez ses amis, ou en classe, notre pauvre petit paysan se retrouve ainsi propulsé, bien malgré lui, dans des situations aussi lubriques qu’absurdes et embarrassantes…

 

 

 

Face à cette thématique délicate, les lecteurs s’insurgent et lancent une pétition sur le site Change.org pour dénoncer cette publication jugée pédopornographique. Ils s’appuient pour cela sur l’article 227-23 du code pénal indiquant que :

« Le fait, en vue de sa diffusion, de fixer, d’enregistrer ou de transmettre l’image ou la représentation d’un mineur lorsque cette image ou cette représentation présente un caractère pornographique est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende. »

Une dénonciation à laquelle répond l’éditeur qui a pris le parti de relancer la BD pornographique, proposant ainsi des titres décalés et humoristiques.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Une publication qui, d’après son auteur, n’avait pourtant aucune visée pédopornographique, mais cherchait à déranger le lecteur. Si l’on se réfère à l’interview de Bastien Vivès accordée au Huffington Post, le pari semble réussi.

1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *