Palaye Royale à Paris !

28/09/2018

Pour leur premier concert en tête d’affiche en France, le 27 septembre 2018, il était impensable pour nous de louper ça !

C’est donc en musique que nous nous rendons sur Paris pour l’occasion ! Rendez-vous dans le 11e arrondissement, près de l’Opéra, pour assister au VIP du groupe à 13:30 !

Avec une petite modification de dernière minute, nous nous présentons au bar-ambiance Le Motel, 8 Passage Josset, 75011 Paris pour un set acoustique.

Le lieu confiné et étroit n’enlève rien à une acoustique incroyable qui a rendu hommage à la voix puissante et rauque de Remington Leith. Le groupe commence ce meet&greet avec une série de questions-réponses, laissant les fans en découvrir plus sur eux en livrant de petites anecdotes telles que les galères du début, où ils ont emprunté le van de leur mère pendant deux ans, sillonnant les routes à la recherche du moindre bar acceptant de les faire jouer.

Également, lorsque qu’on demande à Remington Leith quel est son secret pour être autant à l’aise sur scène, il répond le plus honnêtement du monde que rien n’est simple, surtout pour lui qui était timide et sans cesse à la recherche d’appréciation positive de la part de sa mère et de son grand-frère, Sebastian, ému par cette révélation. Il a ensuite compris que le mieux était de faire ce qu’il aimait, comme il aimait en espérant que ça suffise.

Ce à quoi Sebastian a bien évidemment répondu que c’était amplement suffisant.

Adorable ! 

Le plus drôle a été quand on leur a demandé s’il était facile de travailler entre frères : leur réponse a été unanime – ils se détestent la plupart du temps et c’est un cauchemar, mais Remington nous dit aussi que s’ils se détestent tant, ils s’aiment encore plus.

«  The hate for each other is big, but the love for the other is bigger »

Le groupe commence alors un set acoustique par « Live Like We Want To », les garçons prennent vraiment leur temps pour répondre aux questions entre deux chansons. Ils reprennent ensuite « My Sweetness », puis nous demandent de ne pas filmer, car le groupe veut nous présenter une nouvelle chanson.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils nous ont mis les larmes aux yeux !

La voix éraillée de Remington nous livrant ces mots si forts et poignants avec une passion et une honnêteté incroyables ont presque eu raison de nos petits cœurs en forme de guimauve.

C’était un pur moment de plaisir.

Le groupe nous avoue que cette chanson a réellement un sens profond pour eux, qu’elle reflète ce long périple, lorsqu’ils étaient toujours sur les routes, sans domicile, en quelque sorte. Ces moments de solitude qu’il est difficile de surmonter lorsqu’on est loin de tout ceux que l’on aime, bref, des paroles qui ont résonné dans le cœur de beaucoup de personnes présentes.

Le meet&greet se poursuit par une séance photo/signature et l’occasion d’échanger quelques mots avec le groupe. Nous ne nous privons pas pour saluer nos garçons, ravis de nous revoir après Cincinnati pour certains, Hatfield pour d’autres.

Oui, nous sommes partout.

Ils se sont montrés adorables, ouverts et joviaux, comme toujours, et nous les aimons sincèrement pour cela ! 

Le concert en lui-même se déroule au Supersonic, une salle située au 9 rue Biscornet, 75011 Paris, soit à quelques pas du Motel. Ce Bar-Ambiance/ Discothèque rock ouvre ses portes à 18:30 et nous prenons place à l’étage pour prendre un verre tandis que les deux premiers groupes ouvrent la danse :

Si Samaritans est un groupe aux sonorités assez pop, avec Justice comme influences, idéal pour danser dans ce genre d’endroit, nous avons été étonnées par The Haunt, qui dégage un son et une énergie appréciable. La puissance des guitares a résonné dans nos poitrines, donnant un coup d’envoi véritable à cette soirée.

Palaye Royale reprend la scène vers 22:00 et met le feu au Supersonic avec une setlist mêlant des titres de Boom Boom Room Side À tels que : Mr. Doctor man / I Don’t Feel Quite Right  / My Generation ou encore Ma chérie, Paris oblige !

Ils nous ont aussi interprété des titres de leur deuxième opus, sorti officiellement aujourd’hui même ! Nous avons eu le plaisir d’entendre Teenage Heartbreack Queen et Death Dance, pour ne citer que quelques exemples.

Malgré la petitesse de la scène et une structure difficilement utilisable, Remington nous montre une fois encore quel cascadeur il est en prenant d’assaut le balcon, enchantant les fans restés à l’étage ou se balançant dans le vide, à la manière d’un paresseux, à la toute fin du show.

Du grand spectacle made in Palaye Royale !

Le groupe, fidèle à lui-même et toujours très proche de ses fans, a pris le temps de rester au Supersonic après la fin de sa prestation pour signer des autographes et prendre des photos avec les fans encore présents.

 
Une chose est sûre, si Palaye Royale est présent sur les réseaux,
ils le sont tout autant en chair et en os ! 
Quand Ronnie Radke dit « Daddy should’ve never raised me on Black Sabbath! », je remercie sincèrement le mien de l’avoir fait. Née au début des années 90, j’ai grandi au son d’une vieille platine et des vinyles 33T d’AC/DC, Iron Maiden, Led Zepplin et tant d’autres encore. Passionée d’art, de littérature, de voyage et de photographie, je me suis vite rendu compte, pourtant, que sans musique, la vie n’a pas de saveur. C’est pourquoi je m’efforce, au quotidien, de faire partager cet outil qui transcende toutes les langues au monde.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *