Rouille - Premier roman, premier coup de coeur

14/09/2018

Titre : Rouille

Auteur : Floriane Soulas

Editions : Scrinéo

Prix : 16,90€

Parution : 16 mai 2018

Nombre de pages : 384 pages

Genre : SteamPunk

Résumé : Paris, 1897.
De nouveaux matériaux découverts sur la Lune ont permis des avancées scientifiques extraordinaires. Mais tout le monde n'en profite pas ! En dehors du Dôme qui protège le centre urbain riche et sophistiqué, le petit peuple survit tant bien que mal. C'est dans une maison close sur l'un de ces faubourgs malfamés qu'a échoué Violante, prostituée sans mémoire. Alors qu'elle se démène pour trouver son identité dans un monde dominé par les hommes et les puissants, sa meilleure amie disparaît dans d'atroces circonstances.
Contre la raison, la jeune femme décide de prendre part aux investigations...

.

Il y a des livres parfois qui vous attirent l’œil directement. Que ce soit la couverture, le titre ou le résumé en quatrième de couverture, parfois il se passe quelque chose et on sent qu’on est obligé de s’en saisir et de le lire !

C’est ce qui s’est passé pour moi avec Rouille. Déjà cette couverture, qui est tout simplement magnifique, ne pouvait pas me laisser indifférente, et puis il y avait le titre que je trouvais mystérieux et intrigant. Rouille. Cela me semblait si parfaitement coller avec la dimension XIXème siècle et steampunk que je ne pouvais pas passer à côté.

Pourtant, j’ai tendance à me méfier de ce genre de coup de foudre avant lecture. Il faut dire que j’ai trop souvent été déçue de m’être trop réjouie (vous voyez ce que je veux dire !), notamment depuis ma lecture difficile de Pierre-Fendre (dont le titre me fait pourtant toujours autant rêver !). Bref : Rouille partait avec un certain nombre d’avantages à double tranchant, puisque ceux-ci peuvent bien vite se transformer en inconvénients.

Et alors, qu’en est-il de Rouille ?

Sans surprise puisque vous avez déjà vu la note que j’ai donnée au livre, j’ai passé un excellent moment en compagnie de ce roman. Il s’agit sans hésiter de mon coup de cœur de l’été, même si je ne dirais pas que le roman est parfait. Cependant, j’ai vraiment beaucoup accroché à l’univers que nous présente Floriane Soulas et j’ai déjà vraiment hâte de me plonger dans son prochain roman.

Un peu comme quand j’avais lu Déracinée, je pense que Rouille était vraiment ce que j’avais besoin de lire, pile au moment où j’avais besoin de le lire. J’ai été séduite par les personnages, par l’ambiance du roman, par le choix de l’auteure de faire se dérouler l’intrigue dans les bas fonds de la capitale, mais surtout, surtout, j’ai vraiment adoré l’univers mis en place par Floriane Soulas.

Avec Rouille, elle nous emmène dans un Paris steampunk que j’ai trouvé très réussi. Je vous avais déjà parlé d’une version steampunk de Paris quand je vous avais parlé des Mystères de Larispem de Lucie Pierrat-Pajot, mais dans Rouille, on va bien plus loin en terme d’univers steampunk : l’auteure nous propose en effet des personnages enrichis de prothèses mécaniques, des voyages possibles sur la Lune, des minerais jusqu’alors inconnus, …

En lisant Rouille, j’ai eu l’impression de me trouver dans un univers à mi-chemin entre ceux de Jules Verne et celui que Guy Richie a mis en scène dans sa version de Sherlock Holmes.

Bien sûr, le roman a aussi quelques points négatifs, dont le plus gros est – à mon sens – la piètre qualité du travail éditorial qui a été fait sur ce roman. Moi qui prends toujours beaucoup de plaisir à lire les ouvrages publiés chez Scrinéo, j’ai été très déçue de leur travail sur ce roman.

La mise en page est loin d’être parfaite et trop souvent, le texte a « chassé », notamment dans les dialogues. On se retrouve ainsi parfois avec deux lignes de dialogue sur la même ligne, et en tant que lecteur, il est difficile de savoir qui parle à qui. De plus, à plusieurs moments on constate quelques répétitions dans le texte, qui auraient pu être très facilement repérées par une relecture attentive de la part de l’éditeur. Enfin, cerise sur le gâteau, il y a même un moment où la taille de la police d’écriture change en milieu de page, le temps de quelques lignes, ce qui est assez surprenant.

En somme, j’ai vraiment l’impression que l’éditeur n’a pas pris le temps de relire cet ouvrage après la mise en page et c’est vraiment dommage car l’expérience de lecture aurait pu être largement améliorée très simplement.

Pour le reste, si j’ai relevé quelques petits détails qui auraient pu être améliorés dans ce livre et si j’avais deviné la fin, j’ai malgré tout passé un excellent moment avec ce roman, et j’espère vraiment que Floriane Soulas nous réserve de nombreuses autres aventures, dans le Paris steampunk qu’elle nous a présenté ici ou dans d’autres univers.

Bref, vous l’aurez compris, si vous aimez la Belle Époque et que vous regrettez de ne pas avoir de prothèse mécanique, ce roman est fait pour vous !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
5 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *