Une journée d’automne – Agréable mais pas inoubliable

07/09/2018

4

Titre : Une journée d'automne

Auteur : Wallace Stegner

Editions : Gallmeister

Prix : 7,60 €

Parution : 6 septembre 2018

Nombre de pages : 150 pages

Genre : Drame, littérature américaine

Résumé : Suspendue au bras de son mari Alec, Margaret guette avec impatience l’arrivée du train de sa sœur Elspeth, venue d’Écosse pour vivre avec eux dans l’Iowa. Vive et malicieuse, s’émerveillant d’un rien, Elspeth respire la joie de vivre et ne tarde pas à illuminer leur vie de riches fermiers bien installés. Mais alors que l’automne s’annonce, un triangle amoureux se forme peu à peu entre Alec et les deux sœurs. Lorsque survient l’irréparable, celui-ci ne tarde pas à se transformer en piège dramatique. Il faudra alors sauver ce qui peut l’être.

.

Je remercie les éditions Gallmeister pour l’envoi de ce livre. Cette lecture constitue une double première pour moi : c’est le premier livre de cette maison d’édition et de cet auteur que je lis. Chez NiNeHank, nous avons en la personne d’Anton un habitué des publications de Gallmeister, et ses différentes chroniques m’ont donné envie de découvrir cette ME. Mon choix s’est alors porté sur « Une journée d’automne », principalement pour son format court grâce auquel je ne risquais pas grand-chose. Au final, j’ai passé un moment de lecture plaisant, assez simple mais pas vraiment transcendant.

 

Au vu de la longueur du livre (150 pages à peine), ma chronique sera également du même acabit. Ce livre a eu le mérite de me dépayser, aussi bien au niveau de l’époque que du lieu, et je pense qu’au vu des résumés des livres qui paraissent chez Gallmeister, c’est en gros le but de la ME. Le pari est donc clairement réussi à ce niveau ! Cependant, la trame de l’histoire reste assez simple, mais tout en proposant des problématiques propres à l’époque : le travail de la terre, l’entretien de la ferme/de la maison, les longs voyages, etc. L’originalité repose surtout dans le triangle amoureux, qu’on attribue plus souvent à des adolescents qu’à des adultes, et je me demandais donc comment serait traité ce dernier (surtout avec l’aspect familial en plus, avec les 2 sœurs et le mari d’une d’entre elles). Et comme on pouvait s’en douter en lisant la quatrième de couverture, ce triangle amoureux est réellement la trame de fond du roman presque de A à Z, dès son apparition on sent son poids à travers chaque page que l’on tourne. Spoiler : ce n’est pas une histoire très gaie !

 

En ce qui concerne les personnages, je dois dire qu’ils m’ont laissée assez indifférente. Ils ne sont ni attachants, ni détestables, mais il faut reconnaître qu’il est assez difficile de s’identifier à eux de quelque manière que ce soit, leurs préoccupations et passe-temps alors étant aux antipodes de ce que nous connaissons aujourd’hui. Cela joue donc beaucoup.

 

J’ai par contre particulièrement apprécié la plume de l’auteur, très simple, fluide, efficace et allant droit au but. Je dois avouer que c’est d’ailleurs assez inattendu : « Une journée d’automne » étant le premier roman de l’auteur paru en 1937, je craignais de me retrouver face à une plume assez lourde (comme c’est souvent le cas avec certains romans qui commencent à dater), et au final, contre toute attente, je qualifierais plutôt son écriture de moderne.

 

Pour finir, j’ai passé un (court) bon moment avec ce livre, même si pour moi il ne s’agit pas d’une lecture transcendante. Je renouvellerai peut-être l’expérience, aussi bien avec l’auteur qu’avec la maison d’édition, à l’occasion, mais il ne s’agit pas d’une priorité pour moi.

.

http://rusbankinfo.ru займ на карту срочно без отказа

0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *