Black Veil Brides : Une rencontre sur le Sunset.

26/10/2018

Notre périple commence à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris, le 18 octobre 2018, où nous embarquons pour un vol de 11 h 20, relativement calme, si ce ne sont quelques turbulences en survolant nos amis canadiens.

Nous passons le contrôle de sécurité et à nous Los Angeles ! Le temps nous presse, car il nous faut attraper la navette qui nous permettra d’aller jusqu’au concessionnaire, louer notre voiture et rouler, cheveux au vent, jusqu’au Sunset Strip !

Si la réalité est un poil différente, l’idée est bien là ! L’heure défile et nous pensons réellement louper le plus gros du show ! Aussi, imaginez notre surprise quand en arrivant à plus de 21:00 – heure locale – le show n’avait pas encore commencé !


Black Veil brides nous offrent une performance intimiste au Roxy, salle emblématique de la scène rock. Ils mettent le feu aux poudres très vite en interprêtant des chansons de leur répertoire complet ! On note des titres comme ‘Rebel Love Song’ , ‘ Lost It All’ , mais aussi le reprise de Billy Idol « Rebel Yell », avec en prime « The Outsider » que le groupe n’avait jamais chanté en live jusque maintenant !

Nos cinq rockeurs n’ont pas ménagés leurs efforts, la scène étant petite, tous ont pu se déplacer d’un bout à l’autre afin d’être au plus proche de leurs fans, venus en nombre pour ce premier soir. Des remerciements étaient de rigueur, le groupe n’a cessé de faire savoir aux fans à quel point ils leur étaient reconnaissant pour tout le soutien, le parcours effectué et l’accueil réservé au dernier album.


Andy en véritable maître de cérémonie évoque entre deux chansons ce que tout cela signifie pour lui et pour le groupe et nous sommes d’autant plus fiers de nous tenir là ce soir.

Le groupe se fait bien prier pour le rappel, mais nous offre une version d’In The End a couper le souffle. Si nous avons remarqué quelques incidents techniques, quelques micros mal réglés et un quelques cafouillages, le tout était tout de même saisissant et les cinq cents places du Roxy passent bien tous les « couacs » tant on apprécie le fait d’être aussi proche d’eux.

Le show se termine et avec lui, notre première journée marathon. Nous rejoignons notre hôtel – proche d’ Hollywood Blvd et en profitons pour admirer la vue de nuit avant de plonger dans un sommeil bien mérité !

_________0o•o0________

Nous avions pris un ticket VIP pour le show du vendredi 19, nous nous présentons donc pour la seconde fois en deux jours au Roxy pour passer un moment avec les membres du groupe. Nous attendons une heure dehors, puis une ligne se forme, on nous distribue les Neckless Tour, non sans un dernier contrôle d’identité – on ne sait jamais !

Les portes s’ouvrent et tout est très réglementé, nous devons former une autre ligne, passer chacun notre tour et malheureusement aucun câlin, ni aucune embrassade n’est tolérée. Un panneau promotionnel est monté devant la scène du Roxy, la coordinatrice nous donne les dernières informations et nous y sommes !

Andy, CC, Jinxx, Jake et Ashley arrivent et prennent place. Les salutations sont très rapides, nous sommes une petite cinquantaine de VIP. Ayant tout de même fait plus de 9 000 km pour venir les voir, nous nous permettons de prendre une minute pour leur en faire part, leur étonnement vaut de l’or, le regard incrédule du leader nous fait rire, à défaut d’une réaction vive, nous avons au moins eu le mérite de les surprendre !

Nous passons chacun notre tour, adressant un mot rapide aux membres, pour ma part, j’ai enfin pu remercier CC en personne pour ce message privé, demandait pour mon anniversaire via la plateforme Cameo – ce qui a eu le mérite de le faire sourire si grand, que j’ai eu une accolade, qu’il a engagé de lui-même, pour me remercier de cette attention – mon cœur a bien failli lâché !

 
Nous faisons un détour par le merch, où nous craquons tous ! Fêter les dix ans de carrière d’un groupe outre-atlantique mérite bien un T-shirt commémoratif à 30$ l’unité. La coordinatrice, nous fournit par la suite un tot-bag et une affiche dédicacée. Nous avons une heure trente d’attente avant le deuxième show. 

Le décalage horaire se fait un peu sentir et nous nous mettons en mode « veille » jusque l’heure fatidique. Dans notre attente, nous avons eu le plaisir de voir de loin Inna Pitts, ainsi que Juliet Simms dans la section réservée aux guests du groupe, mais aussi Joe Flanders, le cousin d’Andy avec qui il a tourné ‘Average Joe’, mais aussi ‘The Andy Show’ sur Youtube et en podcast sur Spotify.

Le show reprend et nous sommes à deux pas de la scène, un vrai bonheur ! Le groupe reprend quelques chansons de la veille et d’autres, ce qui nous enchante. Nous screamons à nous en déchirer la voix sur l’incontournable ‘ Coffin’ , mais aussi ‘Wake Up’ issu du nouvel album ‘Vale’. Nous sommes aux anges lorsque débute  ‘Set The World on Fire’, fidèles des premières années du groupe, c’est pour nous une renaissance que d’entendre ses titres joués à nouveau !

La véritable pépite de ce deuxième soir réside dans le solo de batterie effectué par Christian ‘CC’ Coma, qui nous a tenu en haleine pendant près de 3 mns où il performait seul sur scène. Les fans le réclament souvent et la chose n’est pourtant pas mise en avant, c’est bien dommage ! Aussi, nous vous laissons profiter du talent immense de CC en image !

J’en étais déjà consciente, mais le voir, c’est une autre histoire !

Le rappel ne tarde pas trop cette fois, car un membre du staff vient déposer sur scène cinq trophées avant qu’une annonce nous renseigne sur leur signification : la chanson In The End est disque d’or ! Une consécration pour le groupe qui fête déjà ses dix ans de carrière. Une fois les remerciements de rigueur dispensés et les trophées rangés, BVB reprennent leur tube devenu emblématique pour la BVB Army avec une rage et un plalsir non dissimulé.

Ils nous ont transcendés !

Le troisième show, celui du 20 octobre étant malheureusement Sold out, nous n’avons pu y assister, or, les membres du groupe ont tout de même répondu à l’affirmatif quant aux rumeurs circulant d’une mise en scène relative aux première années, si certains ont revêtu leur tenue d’il y a dix ans, d’autre on réouvert un pot de War Paint et s’en sont tartinés. Une petite touche de nostalgie qui a du ravir les fans de la première heure, nous en sommes certains.

Si cela peut sembler fou de faire 11 heure et 20 minutes d’avion, soit plus de 9 000 km pour aller voir un groupe, sachez que nous ne regrettons absolument pas d’avoir fait le déplacement. Être présent pour le dixième anniversaire du groupe a été un très grand honneur pour nous, et si c’était à refaire, nous prendrions sans hésiter les trois show ! Car aussi étonnant que cela puisse paraitre, nous n’en avons jamais assez.

Nous vous rappelons qu’un album commémoratif devrait voir le jour, reprenant certaines chansons de We Stitch This Wounds, premier album du groupe, mais aussi des surprises et du contenu inédit.

Nous avons hâte d’en savoir plus à ce sujet !

Lilly, Robey et Nine.

Un énorme merci à Maxbooking de nous avoir rejoint du Canada, ces quelques jours dans la cité des anges ont été incroyables. 

Quand Ronnie Radke dit « Daddy should’ve never raised me on Black Sabbath! », je remercie sincèrement le mien de l’avoir fait. Née au début des années 90, j’ai grandi au son d’une vieille platine et des vinyles 33T d’AC/DC, Iron Maiden, Led Zepplin et tant d’autres encore. Passionée d’art, de littérature, de voyage et de photographie, je me suis vite rendu compte, pourtant, que sans musique, la vie n’a pas de saveur. C’est pourquoi je m’efforce, au quotidien, de faire partager cet outil qui transcende toutes les langues au monde.
4 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *