La servante écarlate est sur TF1

03/10/2018

Le 28 septembre, le compte Twitter officiel de la chaîne TF1 a annoncé que la célèbre série de la chaîne américaine Hulu, The Handmaid’s Tale (La servante écarlate), serait diffusée dès le dimanche 30 septembre à 21h, en clair sur la TNT. L’occasion pour les téléspectateurs français de (re)découvrir gratuitement cette série adaptée du roman éponyme écrit par Margaret Atwood en 1985. Il s’agit là d’un pari presque gagné pour TF1, puisqu’on ne doute pas que la série, ayant déjà remporté pas moins de 13 Emmy Awards pour sa première saison en 2017 ainsi que les Golden Globes de la Meilleure série dramatique et de la Meilleure actrice, saura séduire les téléspectateurs.

Pour ceux qui découvrent cette série pour la première fois, il s’agit d’une ustopie (à mi-chemin entre dystopie et utopie selon les propres termes de l’auteure Margaret Atwood, qui a souhaité créer un univers résolument différent de ce que l’on peut trouver dans l’univers de la science-fiction). Le monde que décrit Margaret Atwood est celui d’un régime totalitaire, la République de Gilead, qui a vu le jour après un coup d’état perpétré aux Etats-unis. Là-bas, les hautes autorités ont créé un système des plus atroces pour remédier à l’infertilité et au taux de natalité en déclin : les servantes écarlates. Les femmes dont la fertilité est avérée deviendront alors des mères porteuses, leur corps n’étant plus qu’un réceptacle censé donner à ceux aux commandes de la société une descendance.

C’est dans ce contexte qu’évolue June Osborne (Elisabeth Moss) devenue Defred quand elle entre au service du commandant « Fred Waterford ». Elle est une servante écarlate, toute de rouge vêtue et constamment coiffée de ses « ailes » (un bonnet) d’un blanc immaculé dès qu’elle met le pied dehors. Mais Defred n’accepte pas son sort : elle a perdu son mari et sa fille lui a été arrachée par Gilead. Et comme tant d’autres servantes écarlates, elle a connu la relative quiétude et insouciance de la démocratie et est bien décidée à la regagner. Defred se refuse à cet asservissement et c’est son combat pour redevenir June qui est relaté.

La servante écarlate nous offre donc une conception du monde effrayante car probable. Ce qui est bel et bien une utopie pour la théocratie fondamentaliste de Gilead n’est rien d’autre qu’un véritable supplice pour les femmes asservies, un cauchemar pour leurs proches et les citoyens ayant pu fuir, spectateurs impuissants de l’autre côté de la frontière. Cependant, il convient de rappeler que pour l’auteure, il n’y a rien dans ce qu’elle décrit qui ne se soit jamais réellement produit quelque part, à un moment donné. Les droits fondamentaux dont la plupart des citoyens de démocratie jouissent sont acquis, mais pas intouchables.

Les deux premières saisons de La servante écarlate sont déjà disponibles sur la plate-forme OCS d’Orange. La première saison a quant à elle été diffusée le 30 septembre sur la chaîne gratuite TF1 Séries Films, (ancienne HD1). Il en sera ainsi chaque dimanche, à raison de trois épisodes par soirée. Le replay est déjà disponible sur MyTF1Attention, certaines scènes peuvent heurter la sensibilité de certains puisqu’il sera question de viol et de tortures psychologique et physique dans la série.

94s kid. Je vis d’art, d’astres et d’eau fraîche. Je suis, semble-t-il, attachée à la littérature, aux séries et aux langues (entre autres choses tout aussi folles). Je combats les caprices des mots sur le champ des idées coincées sur la langue. Je peux faire d’une série un long film de quatorze heures et la traduction, c’est sacré !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *