L'Égarée - Un énorme coup de coeur !

13/10/2018

Titre : L'Égarée

Auteur : Donato Carrisi

Editions : Calmann Lévy Noir

Prix : 20,90 €

Parution : 3 octobre 2018

Nombre de pages : 336 pages

Genre : Thriller

Résumé : Un labyrinthe secret plongé dans l’obscurité.
Un bourreau qui y enferme ses proies.
Une victime qui parvient à s’en échapper, mais sans le moindre souvenir.

Un effroyable combat pour retrouver la mémoire,
et une enquête à hauts risques pour traquer celui qui continue
à agir dans l’ombre...

.

Je pense que tous ceux qui ont lu Le Chuchoteur et L’Écorchée du même auteur comprendront mon excitation lorsque j’ai trouvé L’Égarée dans ma boîte aux lettres (un grand merci d’ailleurs aux éditions Calmann Levy pour leur envoi). Autant vous dire que je me suis immédiatement jeté sur cette suite tant attendue et l’ai dévorée en quelques heures à peine. Et alors quelle claque ! Cela faisait bien longtemps qu’un livre ne m’avait pas autant retourné le cerveau, au point de vouloir le recommencer une fois la dernière page tournée. Une chose est sûre : Donato Carrisi place une nouvelle fois la barre très haut.

J’ai vu pas mal de chroniques disant que ce « tome 3 » pouvait se lire en tant que one shot et, techniquement, c’est le cas. L’intrigue centrale étant indépendante et les personnages pour la plupart inédits, vous n’aurez aucun problème de compréhension. Cependant, je suis convaincu qu’en choisissant de faire l’impasse sur Le Chuchoteur et L’Écorchée, vous passerez non seulement à côté des nombreux arcs narratifs secondaires, mais surtout, la fin n’aura pas du tout le même impact sur vous. Il est donc essentiel d’avoir lu les deux tomes précédents afin de pouvoir pleinement apprécier L’Égarée

Honnêtement, je préfère ne pas trop en dire sur le propos de ce roman car il me semble que la quatrième de couverture en dévoile assez pour titiller la curiosité. Je dois néanmoins vous avouer qu’en voyant la longueur du livre, j’ai eu franchement peur de ce qui m’attendait. Seulement 300 pages pour une suite qu’on espérait depuis si longtemps me semblaient effectivement insuffisantes en sachant toutes les questions qui me taraudaient l’esprit. Et pourtant, Donato Carrisi a parfaitement réussi son coup en alliant avec brio suspense, rebondissements et révélations. 

Il va sans dire que L’Égarée ne manque pas de rythme. Il s’agit d’un de ces romans qu’il est impossible de lâcher une fois entamé et ce pour une raison très simple : la tension y est constante. Chaque fin de chapitre donne envie d’enchaîner avec le suivant, notamment grâce à une alternance de points de vue judicieuse et intelligemment pensée. Tantôt avec Sam, la rescapée, dont les souvenirs perdus sont essentiels à la résolution de l’enquête, tantôt avec Genko, dont le terrible secret l’entraîne dans une course contre la montre à la poursuite d’un tueur qui vous glacera le sang. 

Au-delà d’une narration fluide et particulièrement addictive, j’ai adoré les nombreux clins d’œil aux autres romans de l’auteur disséminés ici et là au fil de l’histoire.
On sent que Donato Carrisi aime jouer avec son lecteur quand on voit la facilité avec laquelle il parvient à dévoiler juste ce qu’il faut afin de le tenir en haleine tout en le plongeant dans une confusion encore plus grande. En effet, ceux qui ont lu Le Chuchoteur partagent certainement ma frustration quant au mystère qui entoure ce fameux personnage dont on ne sait finalement pas grand chose. Et bien que L’Égarée n’apporte pas toutes les réponses escomptées, je ne me suis jamais senti aussi proche de la vérité…

En somme, en plus de souligner l’immense talent de Donato Carrisi, cette nouvelle parution confirme toute mon admiration pour le maître du thriller italien. Je suis d’ailleurs d’ores et déjà impatient de me plonger dans la suite, même si j’ai l’impression qu’il faudra s’armer de patience avant qu’elle ne voie le jour…

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *