Les nouvelles aventures de Sabrina : de nouvelles aventures très réussies !

30/10/2018

Titre : Les Nouvelles Aventures de Sabrina

Créée par : Roberto Aguirre-Sacasa

Avec : Kiernan Shipka, Ross Lynch, Lucy Davis, Chance Perdomo, Michelle Gomez, Richard Cole, Miranda Otto, ...

Format : 52 minutes

Diffusion : Netflix

Genre : Drame, Épouvante-Horreur, Fantastique

Résumé : Les nouvelles aventures de Sabrina imagine l’origine des aventures de Sabrina l’apprentie sorcière comme une sombre histoire axée sur le passage à l’âge adulte à travers l’horreur, les sciences occultes et bien sûr la sorcellerie. Sabrina lutte pour concilier sa double nature – mi-sorcière, mi-mortelle – tout en s’opposant aux forces du mal qui la menacent elle, sa famille et le monde des mortels.

Quand j’ai su que Sabrina l’apprentie sorcière allait, comme Charmed, elle aussi être rebootée, j’ai eu la même réaction que pour la série des sœurs Halliwell. Je me suis demandé pourquoi, d’autant plus que les informations annonçaient un tout nouveau Sabrina, moins comique et beaucoup plus dark que sa grande sœur des années 90. De plus, j’avais énormément d’à priori en apprenant que ce serait le créateur de Riverdale qui se chargerait de ce reboot. Et Dieu sait ce que je pense de Riverdale (indice ici)… Vous l’aurez compris : j’avais donc peur que l’esprit soit dénaturé et que ce soit cheap. L’esprit de Sabrina l’apprentie sorcière a bien été dénaturé. Mais ce n’est pas cheap DU TOUT. Bien au contraire. 

Tout d’abord, parlons du générique. Les dessins, les couleurs, la musique, l’univers rétro… Il est glauque, un peu flippant, mais magnifique quand même. Dès le début, on sent l’éloignement avec la série Sabrina l’apprentie sorcière. Les deux séries n’auront rien à voir et on nous prévient dès la première seconde. Il est très réussi et personnellement, je ne passais pas l’intro avant de regarder un épisode. D’ailleurs, toute l’ambiance des Nouvelles Aventures de Sabrina est rétro. Le comics dont il est adapté est sorti en 2014 mais son intrigue se passait dans les années 60. Et c’est quelque chose que Roberto Aguirre-Sacasa a souhaité respecter. Et grand bien lui a pris. Des vêtements aux décors aux couleurs et à la musique, tout est à l’ancienne et ce n’est pas pour me déplaire. 

La cinématographie est très intéressante elle-même. J’aime beaucoup ce flou qui se crée sur les côtés de l’écran dès lors qu’un lieu ou une scène de sorcellerie apparaît. Et si je dois bien reconnaître une chose à ce reboot, c’est qu’il y a un vrai retour aux sources et aux croyances populaires des vieux siècles. Ces dernières années, les sorcières ont souvent été représentées comme des personnes gentilles, des filles de la Nature qui viennent en aide aux humains. Là, on a des sorcières méchantes qui vénèrent Satan, exactement comme le disaient les commérages des vieux siècles. Et c’est une plus-value vraiment bien pensée et qui rend super bien. De plus, il y a plein d’expressions « impies » qui m’ont fait énormément rire : « Dark Baptism » (baptême noir), « unholy sacrament » (sacrement non-sacré), « 13 commandments » (13 commandements), « satanic verses » (versets sataniques), … Au final, ce côté satanique qui reprend des expressions religieuses pour les détourner et même s’en moquer rend la série vraiment drôle et apporte une touche de comique à une série effectivement plus sombre que sa grande sœur. Je préviens quand même : les plus religieux d’entre vous seront outrés par le nombre incalculable de blasphèmes dans Les Nouvelles Aventures de Sabrina.

Malgré qu’elle soit un reboot qui s’éloigne de la comédie et de l’histoire originale, je trouve Sabrina très ancrée dans la pop culture des années 90. Cette série aurait très bien pu être réalisée à cette époque-là car elle en a toutes les caractéristiques. Il y a énormément de ressemblances avec les séries Charmed et Buffy contre les vampires (notamment les épisodes 5 et 6) et c’est précisément ce qui fait sa réussite. C’est extrêmement bien fait et je pense que les auteurs du reboot de Charmed devraient vivement s’en inspirer. Chaque épisode des Nouvelles Aventures de Sabrina a sa propre histoire, sa propre intrigue, son propre démon même si, bien entendu, tout se suit et tous les épisodes sont dépendants les uns des autres. Mais encore une fois, c’est typique des séries des années 90 comme Charmed et Buffy pour les renommer. J’aime également que l’on ait gardé les formules magiques avec des rimes, ce dont a préféré se passer le reboot de Charmed (oui, je ne m’en remets toujours pas). 

En regardant Sabrina, on ne peut que saluer et apprécier le vrai travail de recherche qu’ont fait Roberto Aguirre-Sacasa et les scénaristes. Il y a énormément de clins d’œil à des films des années 70 et des années 80 (personnellement, j’ai repéré surtout ceux faits au film L’Exorciste). Je pense notamment à l’épisode qui, justement, répond au doux nom de « L’exorcisme » où, lors dudit exorcisme, Sabrina et ses tantes demandent de l’aide aux sorcières d’antan. J’ai pu reconnaître le nom d’Anne Boleyn ou d’Hécate, entre autres. J’ai trouvé cela amusant que la série ait pris le parti de confirmer les rumeurs qui disaient qu’Anne Boleyn était une sorcière qui avait complètement ensorcelé Henry VIII (et qui était notamment la cause de son détournement de l’église catholique). Et n’oublions pas que dans la mythologie grecque, Hécate était la déesse mère des sorcières.

Kiernan Shipka porte la série et elle le fait (c’est le comble) divinement bien. Du haut ses dix-huit ans, c’est une très bonne actrice et c’est même assez impressionnant étant donné son jeune âge. De plus, elle a vraiment des faux airs d’Emma Watson, ce qui est un énorme atout : elle est la version US de la célèbre actrice britannique. Elle a une très bonne élocution comme elle en plus. Je suis sous le charme. Même si ce n’est pas elle que j’ai préférée. En effet, j’ai un coup de cœur pour ses deux tantes, Zelda et Hilda, son cousin Ambrose et leur sublime accent britannique à tous les trois. Mais aussi et surtout Tati Gabrielle qui incarne ici Prudence, une méchante sorcière finalement pas si méchante que ça. Quoi qu’il en soit, tous les acteurs de cette série sont bons, voire très bons, à l’image de la série elle-même.  

Alors qu’est-ce qui pêche, vous demandez-vous ? Pourquoi n’ai-je pas mis la note ultime de 5/5 aux Nouvelles Aventures de Sabrina ? Et bien, je vais vous le dire. Tout d’abord, Salem ne parle pas. Et on le voit à peine. C’est à peine s’il a un rôle dans la série. Et c’est vraiment très dommage. Mais quelque chose me dit que cela changera dans la saison 2… Donc soit, je laisse passer ça. Ensuite, le problème, si on peut appeler ça comme ça, c’est que Sabrina est une énième série encore ouvertement féministe. Et je suis mitigée. Je m’explique : d’un côté, je suis d’accord avec le fait qu’il faut faire passer des messages autant qu’on le peut, surtout que Sabrina est une série pour ados. Et effectivement, c’est surtout à cet âge-là qu’il faut apprendre aux garçons comme aux filles l’égalité des sexes. De l’autre côté, c’est agaçant surtout quand c’est aussi crié que dans une série comme celle-ci (ou le reboot de Charmed encore une fois). Aujourd’hui, peu importe quel type de série on regarde (du fantastique au thriller), il y aura toujours des messages féministes et honnêtement parfois ça fait cheveu sur la soupe. C’est trop forcé. Et c’est le sentiment que j’ai eu en regardant Sabrina. Même si, encore une fois, je pense que ça peut être une bonne idée de faire passer ce genre de messages aux jeunes qui vont regarder cette série. Néanmoins, je pense également que ce sont des choses que l’on peut faire de manière plus subtile mais plus marquante. Par exemple, dans la série, il y aussi des messages sur l’homosexualité et sur la trans-identité. Mais ceux-ci sont passés avec finesse et habileté et c’est d’autant plus beau et plus réussi qu’un message enfoncé dans le crâne façon bourrin. Au final, je pense qu’on dessert plus la cause féministe qu’autre chose en faisant comme ça.

L’autre point, et j’avoue que ça relève plus d’une inquiétude de ma part qu’un réel défaut de la série, c’est que ça reste le créateur de Riverdale derrière Les Nouvelles Aventures de Sabrina. Et j’aime beaucoup Sabrina. Mais j’avais aussi beaucoup aimé Riverdale pendant les tout premiers épisodes de sa première saison. J’avais finalement abandonné au bout de 8 épisodes. Or, Roberto Aguirre-Sacara a fait part de son envie de réunir les deux séries dans un crossover avant même d’avoir finalisé l’écriture du scénario de Sabrina. J’espère sincèrement qu’il ne le fera pas mais je ne suis pas idiote : le nom de la ville Riverdale a été plusieurs fois cité dans la série (à l’épisode 2 et au dernier épisode). On le voit venir gros comme un camion et c’est regrettable. 

En conclusion, Les Nouvelles Aventures de Sabrina a fait un super début et est très prometteur. C’est une première saison très réussie et j’espère sincèrement que la série le restera. Je serais tellement déçue si la saison 2 était ratée. J’ai honnêtement peur. J’espère que Roberto Aguirre-Sacasa continuera à rater Riverdale si, en contrepartie, il met tout son génie dans Sabrina. D’autant que la fin a été épique avec des rebondissements incroyables. On a qu’une hâte maintenant : voir la saison 2 d’ores et déjà commandée par Netflix. 

.

Passionnée par les sushis, j’ai appris à maîtriser cet art en regardant mes séries télé préférées. Entre deux makis, je m’intéresse aussi à l’univers d’Harry Potter, de Disney, au cinéma et à la photographie. Sinon, est-ce que je vous ai dit que j’aimais les sushis ?
4 I like it
0 I don't like it

2 Comments

  1. Je suis justement entrain de regarder la première partie de la série. Et ça me plait beaucoup, je trouve que l'univers est bien développé, mon seul regret c'est que les personnages "humains" sont un peu des stéréotypes, que la relation entre Harvey et Sabrina est peut être un peu trop forte pour deux adolescents de 16 ans. Et Salem le chat qui parle me manque ah ah.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *