Shades of Light - Une conclusion frustrante !

30/10/2018

4

Titre : Shades of Light

Auteur : V. E. Schwab

Editions : Lumen

Prix : 16,00 €

Parution : 13 septembre 2018

Nombre de pages : 761 pages

Genre : Young Adult/Fantasy

Résumé : Un autre monde vous attend, là, de l'autre côté du mur... Kell est un magicien de sang, un sorcier capable de voyager d'un monde à l'autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l'âme. Le nôtre est gris. Le deuxième, rouge, déborde de magie. Dans le blanc, elle s'est faite bien trop rare quand, dans le noir, elle a tout dévoré. Et le fléau s'apprête à contaminer chacun des univers jusqu'au dernier – ce n'est plus qu'une question de temps... Car les ténèbres ont déjà commencé à s'étendre sur le flamboyant Londres rouge. Les habitants en sont réduits à choisir entre céder aux sirènes dévastatrices de la magie et entamer contre elle une lutte désespérée jusqu'à la mort. Si Kell semble immunisé contre le poison qui gangrène son royaume, la fin le guette, lui aussi... à moins que des alliés inattendus ne le rejoignent dans la bataille À commencer bien sûr par Lila, qui ne raterait pour rien au monde une occasion de partir à l'aventure et faire étalage de sa puissance. Mais, aussi intrépides qu'ils soient, comment de simples magiciens pourraient-ils faire le poids face à l'incarnation même de la magie ?

.

La saga Shades of Magic (A Darker Shade of Magic en VO) et son auteure V. E. Schwab ont clairement été mes deux grosses découvertes de l'année 2017. Plébiscitée dans le monde entier, Victoria Schwab avait pourtant mis du temps à séduire un éditeur français jusqu'à ce que Lumen achète les droits de traduction des principales œuvres qui composent sa bibliographie (à savoir, Vicious suivi de Vengeful, la duologie Monsters of Verity avec This Savage Song et Our Dark Duet, et évidement la fameuse trilogie Shades of Magic). Rappelez-vous, j'avais été conquis par le style de Schwab en me plongeant dans le premier tome Shades of Magic, puis subjugué par la tournure des événements dans Shades of Shadows. Il me tardait donc vraiment d'avoir le fin mot de toute cette histoire, d'autant que le deuxième tome s'arrêtait sur un cliffhanger au suspense intenable. Vous imaginez donc bien qu'en voyant ce gros bébé de presque 800 pages dans ma boîte aux lettres, j'ai littéralement sauté de joie et il ne m'a pas fallu très longtemps avant de le sortir de ma pile à lire. Et pour être tout à fait honnête, il me serait difficile de faire un reproche à ce tome final que j'ai dévoré en quelques jours à peine. Toutefois, ce serait également mentir de vous dire que ça a été un coup de cœur. Ce pour deux raisons très précises que je vais vous exposer dans cette chronique. Mais avant, j'aimerais quand même remercier les éditions Lumen pour leur envoi grâce auquel j'ai passé un excellent moment de lecture !

Une chose est sûre, Shades of Light ne manque pas de rythme. Pour ma part, j'ai toujours une petite appréhension avant d'entamer un roman qui fait plus de 600 pages car j'ai peur de décrocher à un moment ou un autre. En l’occurrence, je suis resté scotché à mon bouquin du début à la fin. Les 200 premières pages sont tellement intenses qu'il est pratiquement impossible de reposer le roman tant l'action est omniprésente. Les chapitres sont pour la plupart très courts (à la grande différence des tomes précédents), s'enchaînent à la perfection et alternent les points de vue, ce qui crée une sensation de vitesse assez impressionnante. Par la suite, le lecteur souffle un peu, mais pas très longtemps. Car après une brève intervalle où les personnages mettent en place un plan d'attaque, il est déjà l'heure de repartir au combat.

L'une des grandes forces de cette trilogie, ce sont indéniablement ses personnages hauts en couleurs. On sent que l'auteure a tenu à les rendre aussi humains que possible et c'est franchement réussi. Certains nous agacent (Rhy), d'autres nous exaspèrent (Kell), d'autres encore nous surprennent (Alucard), mais aucun ne nous laisse indifférent. Lila est, quant à elle, une véritable révélation. C'est une femme forte, indépendante, intrépide et totalement casse-cou. Au fil des tomes elle nous a déjà appris à nous méfier d'elle mais dans Shades of Light, c'est indéniablement elle qui tient les rênes. 
Chaque protagoniste est finement étudié, chaque psychologie intelligemment pensée. Victoria Schwab a su créer des héros uniques, qui tantôt nous touchent par leur histoire, tantôt nous étonnent par leurs actes. Et il va de soi qu'un tome final se doit d'être surprenant, aussi bien dans son intrigue que dans le destin qu'il réserve aux personnages. Et comme l'auteure l'a dit elle-même, elle croit aux fins heureuses ; elle considère, toutefois, que celles-ci doivent se mériter...

Je ne vais pas spécialement rentrer dans les détails de l'intrigue car s'agissant d'un tome 3, j'aurais trop peur de vous spoiler les précédents. Sachez toutefois que c'est justement à cause de l'intrigue que je n'ai pas eu le coup de cœur escompté. Et ce pour deux raisons.
La première concerne l'univers en général. Dans ma chronique de Shades of Magic, j'avais comparé le monde imaginé par V. E. Schwab à une grande bouffée d'air frais. Il est vrai que celui-ci a quelque chose d'incontestablement original et novateur qui m'avait tout de suite séduit l'année dernière. En revanche, je trouve que l'auteure ne l'a pas suffisamment exploré. J'aurais par exemple adoré découvrir d'autres parties de l'Empire, voyager dans plus d'endroits, en apprendre davantage sur le Londres Noir, ... Malheureusement, 70% du roman se déroulent dans le Londres Rouge (comme c'était déjà le cas dans Shades of Magic et Shades of Shadows), ce qui m'a laissé une impression de déjà-vu assez désagréable. 
La seconde raison est surtout liée à une promesse non tenue. Depuis le premier tome, une interrogation plane autour de Kell au sujet de ses origines. Il y a toute une partie de sa vie que le jeune magicien (et le lecteur avec) ignore et avec laquelle l'auteure joue depuis le départ. A cette interrogation s'ajoute une autre, cette fois au sujet de Lila. Je ne vais pas trop en dire car ce serait spoiler mais on apprend effectivement quelque chose sur la voleuse dans Shades of Shadows qui chamboule complètement le déroulé de l'histoire. À juste titre, le lecteur s'attend donc à avoir des réponses à ces questions qui... ne sont jamais données. Ou en tout cas, pas dans cette première trilogie. Car oui, V. E. Schwab a confirmé qu'une seconde trilogie nommée Threads of Power allait voir le jour (le premier tome est d'ailleurs prévu en VO pour l'automne 2019), et il faudra donc la lire afin d'avoir toutes les réponses aux questions que l'on se pose. Je ne sais pas vous, mais je trouve ce procédé assez déloyal vis-à-vis des lecteurs puisqu'il ne s'agit pas simplement de petits doutes mais de grosses zones d'ombre que j'aurais, personnellement, aimé que l'auteure éclaire dès à présent...

Malgré ces bémols, je dois quand même avouer que j'ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de ces personnages auxquels je me suis fortement attaché. J'ai d'ailleurs eu un peu de mal à les quitter et c'est pourquoi je lirai évidemment Threads of Power, ne serait-ce que pour retrouver tous ceux qui ont survécu à ce tome final sanglant...
En attendant l'incipit de cette nouvelle trilogie, j'attends désormais avec impatience la traduction des quatre autres romans de V. E. Schwab même si j'ignore encore lequel de Vicious ou This Savage Song apparaîtra sur les étals des nos librairie en premier...

.

2 I like it
0 I don't like it