Crime en toutes lettres - Une catastrophe.

11/11/2018

Titre : Crime en toutes lettres

Auteur : Sophie Hannah (en reprenant le personnage d'Agatha Christie)

Editions : Le Masque

Prix : 20,90 €

Parution : 19 septembre 2018

Nombre de pages : 368 pages

Genre : Policier

Résumé : Alors qu’Hercule Poirot rentre chez lui après un déjeuner fort agréable, il découvre une femme très en colère devant sa porte. Elle s’appelle Sylvia Rule et demande à savoir pourquoi Poirot l’a accusée du meurtre de Barnaby Pandy, un homme qu’elle ne connaît pas et qu’elle n’a jamais rencontré. Elle est furieuse et sous le choc, tout comme Poirot, d’ailleurs, qui ne connaît pas non plus le monsieur en question. Une deuxième surprise attend Poirot dans son bureau où il retrouve John McCrodden, qui lui annonce avoir, lui aussi, reçu une lettre ce matin-là, signée par Poirot et l’accusant du meurtre de Barnaby Pandy…
Poirot s’interroge alors sur l’identité de ce mystérieux expéditeur. Combien de lettres ont ainsi été envoyées de sa part ? Et, plus important encore, qui est ce Barnaby Randy et a-t-il bien été victime d’un meurtre ?

.

Étant un très grand fan d’Agatha Christie, de son oeuvre en général et de son détective mondialement connu Hercule Poirot en particulier, j’ai été fortement étonné lorsque j’ai su que Sophie Hannah avait obtenu les droits de faire « revivre » ce personnage mythique dans de nouvelles histoires. Ce choix m’a tout d’abord semblé absurde, voire irrespectueux (imaginez quelqu’un d’autre que J. K. Rowling s’approprier Harry Potter), mais je me suis dit qu’avant de juger, je me devais de découvrir par moi-même le résultat. Et autant vous dire que j’aurais vraiment dû m’abstenir… Je remercie toutefois les éditions Le Masque pour leur envoi. 

Le style de l’auteure m’a immédiatement gêné. Je ne sais pas si elle a souhaité calquer celui d’Agatha Christie (si c’est le cas, c’est raté) mais j’ai trouvé la plume de Sophie Hannah tellement niaise et maladroite que la lecture de Crime en toutes lettres en est devenue éprouvante. J’avais l’impression d’avoir le script d’un épisode de télénovela kitsch et pas crédible. J’ignore si c’est dû à la traduction mais rien n’allait : que ce soit le choix des mots et expressions, l’introduction des dialogues ou les descriptions des lieux. Là où l’écriture d’Agatha Christie est tout en nuances et subtilités, celle de Sophie Hannah (dans ce roman en tout cas) m’a paru fade et grossière. 

Passons à l’intrigue. Pour tout vous dire, j’ai eu la nette impression que l’auteure a essayé de copier la façon qu’Agatha Christie a de dérouler son histoire sans y parvenir. Crime en toutes lettres n’est ni plus ni moins qu’une caricature qui ne rend absolument pas hommage à la reine du crime. Là où cette dernière parvient systématiquement à surprendre ses lecteurs avec des retournements de situation imprévisibles, Sophie Hannah essaye désespérément de captiver son lecteur en échouant lamentablement malgré deux ou trois twists intéressants. Le final, notamment, a été pour moi un énorme flop car l’originalité d’Agatha Christie réside justement dans ce climax au cours duquel toute la vérité est dévoilée par le détective à l’ensemble des protagonistes. En l’occurrence, Sophie Hannah s’est uniquement contentée de rassembler tous les personnages dans une pièce, mais fallait-il encore que la révélation soit à la hauteur du suspense. 

Et alors on arrive à ce qui m’a le plus dérangé, et je dirais même énervé au cours de ma lecture : Hercule Poirot. Dès la première page, j’ai su qu’il y avait un problème. Le grand détective est certes réputé pour ses tocs et manies mais sa personnalité ne se résume pas qu’à cela ! Hercule Poirot est sans doute l’un de mes personnages préférés toutes fictions confondues et ça m’a tellement fait de la peine de voir ce que Sophie Hannah en a fait. Un héros effacé, ridicule, qui manque cruellement de réflexion et de charisme, dépassé par l’enquête et procédant sans aucune méthode. 
J’ai vu par la suite que l’agent de l’auteure avait déclaré qu’elle s’était approprié le personnage en se permettant donc de le « retravailler », sauf qu’en le faisant elle a manqué de respect à tous les fans d’Agatha Christie.

En conclusion, si comme moi vous êtes un grand admirateur du travail de la reine du crime, rendez-vous service et ne lisez pas cet hommage raté. Et si vous n’avez encore jamais eu l’occasion de croiser le chemin du détective belge, je n’aurais qu’un conseil à vous donner : privilégiez l’original ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *