Provenance - Une idée intéressante mais pas aboutie...

28/11/2018

Titre : Provenance

Auteur : Ann Leckie

Editions : J'ai Lu (collection Nouveaux Millénaires)

Prix : 20,00 €

Parution : 3 octobre 2018

Nombre de pages : 416 pages

Genre : Science-Fiction

Résumé : Ingray Aughskold a tout prévu : 1) libérer Pahlad Budrakim de la planète prison où il a été envoyé passer le reste de ses jours, 2) le forcer à révéler où il a caché les vestiges garseddaïs dont le vol lui a valu sa condamnation, 3) confier les précieux vestiges à sa mère, Nétano Aughskold, pour assurer à cette dernière un avantage politique décisif, et 4) prouver à sa famille qu'elle est digne d'accéder, le jour venu, à la tête du clan. Mais ce faisant, Ingray va sans le savoir tirer le fil d'une conspiration interplanétaire qui dépasse de loin ses pauvres ambitions...

.

Je me lance rarement dans de la science-fiction pure car j’ai toujours peur que ce soit trop complexe et pas suffisamment accessible. Malheureusement, je dois dire que Provenance n’a fait que confirmer cet a priori car même si j’ai plutôt apprécié ma lecture, je n’ai jamais vraiment réussi à m’immerger complètement dedans. Je remercie néanmoins les éditions J’ai Lu pour leur envoi. 

J’ai cru comprendre que l’intrigue de ce roman se déroulait dans le même univers qu’une autre saga d’Ann Leckie mais ne l’ayant pas lue, je n’ai forcément pas pu remarquer d’éventuels clins d’œil. En revanche, je n’ai pas non plus eu de problèmes de compréhension ; Provenance est donc totalement indépendant.
Ceci étant dit, le plus gros problème que j’ai rencontré au cours de ma lecture, c’est le rythme. Peu d’action, pas mal de descriptions et beaucoup de longueurs. La première moitié est clairement introductive avec l’explication du système politique, la mise en scène de l’histoire et la présentation des personnages. Il est vrai qu’il y a pas mal d’interactions entre eux mais il n’empêche que j’ai trouvé l’ensemble assez lourd et peu fluide…

Au niveau des protagonistes, là encore je ne me suis pas vraiment attaché à eux. Ils m’ont semblé assez distants et peu exploités. Il s’agit d’un one-shot et non d’une saga, et j’ai clairement eu l’impression que l’auteure n’a pas su gérer ce changement de format. Elle qui a visiblement l’habitude d’écrire des histoires sur plusieurs tomes n’a pas spécialement réussi l’exercice de concevoir une intrigue complète et bien aboutie en un seul roman. 

J’avoue qu’il y a tout de même de bons points, ceux qui m’ont fait continuer et ont eu le mérite de m’intéresser. Notamment toute la réflexion autour des peuples et des cultures. Comment celles-ci s’opposent parfois sans forcément avoir quelque chose à se reprocher mais simplement à cause de leurs différences qui rentrent en contradiction. D’autre part, durant les 100 dernières pages tout s’accélère, les pièces du puzzle se mettent en place et le dénouement est, je dois dire, quand même bien trouvé.

En conclusion, Provenance m’a globalement conforté dans l’idée que la science-fiction adulte n’est pas mon genre de prédilection bien que je ne sois pas opposé à retenter l’expérience à l’occasion. Néanmoins, je pense que ce roman peut plaire aux admirateurs de l’auteure et surtout à ceux qui ont lu sa précédente saga située dans le même univers !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *