13 - Le thriller de l'année ?

09/12/2018

Titre : 13

Auteur : Steve Cavanagh

Editions : Bragelonne Thriller

Prix : 20,00 €

Parution : 17 octobre 2018

Nombre de pages : 424 pages

Genre : Thriller

Résumé : Eddie Flynn doit défendre un célèbre acteur accusé du meurtre de sa femme. Mais ce qui ressemble à un crime passionnel pourrait bien être l’énième meurtre d’un des tueurs en série les plus intelligents qui aient jamais existé.
Le tueur se cache parmi les jurés
Rachel et Bobby Solomon étaient le couple le plus glamour d’Hollywood. Ils avaient le monde à leurs pieds. Mais Rachel est morte, l’arrière du crâne fracassé, et Robert se tient aujourd’hui dans le box des accusés.
C’est le procès médiatique du siècle et la défense exige qu’Eddie Flynn se charge du dossier. Tout indique que Robert est coupable, et pourtant. Dès le début du procès, une série d’événements inquiétants fait germer le doute dans l’esprit de l’ancien escroc reconverti au barreau.
Et si Robert Solomon n’était pas le seul acteur de ce procès ? Le tueur peut-il assister à l’audience ? Pire, se peut-il qu’il fasse partie du jury ?

.

Ce titre me faisait déjà de l’oeil au moment de sa sortie en VO. Sarah Pinborough (l’une de mes auteures préférées) avait effectivement affirmé qu’il s’agissait d’une pépite dans le genre et j’ai dès lors à tout prix voulu me le procurer. Lorsque les éditions Bragelonne m’ont proposé de le recevoir, vous imaginez bien que j’ai sauté sur l’occasion sans une once d’hésitation. Et alors quelle incroyable expérience de lecture ! Je vous le dis d’emblée : 13 fait partie de mes romans préférés de l’année 2018 !

Avant de vous donner mon avis, je voulais tout de même revenir sur deux éléments. Le premier concerne un souci éditorial qui n’est pas vraiment dérangeant mais qui peut porter à confusion si vous y faites attention. Dans la quatrième de couverture il est question du meurtre de la femme de Robert (dit Bobby), dont ce dernier est accusé. On nous dit donc que celle-ci se prénomme Rachel et que sa mort est due à un coup à l’arrière du crâne. Or, la femme de Bobby s’appelle en réalité Ariella et elle est décédée suite à de nombreux coups de couteau… En me rendant compte de cette erreur, je me suis donc demandé tout au long de ma lecture s’il s’agissait d’une simple maladresse ou d’un spoil (ce qui n’a heureusement pas été le cas !).
Le deuxième point est que 13 est la quatrième aventure (troisième publiée en France) qui a pour personnage recurrent l’avocat Eddie Flynn. Par conséquent, on passe forcément à côté de certains aspects de se vie privée si on n’a pas lu les précédentes mais l’enquête est, quant à elle, totalement indépendante. 
Maintenant que cela est dit, passons à la chronique ! 

J’ai immédiatement su que j’allais passer un bon moment. En effet, l’auteur a fait le choix de révéler dès le premier chapitre (je dirais même la première phrase) l’identité du coupable et bien qu’habituellement c’est un procédé qui peine à me séduire, j’ai en l’occurence rapidement adhéré à l’idée de Steve Cavanagh. J’ai trouvé que dans ce cas de figure précis, plonger le lecteur dans l’esprit dérangé d’un psychopathe un chapitre sur deux apportait une vraie plus-value à l’histoire. 

Au niveau de l’intrigue, là encore j’ai été bluffé par l’intelligence de l’auteur. 90% du roman se déroulent dans un tribunal et j’ai vraiment eu l’impression de lire un épisode de How to get away with murder, une série que j’affectionne tout particulièrement.
J’ai appris au milieu de ma lecture qu’il était lui-même avocat, d’où tous les éléments techniques qui ne font que rendre le récit plus crédible. Enfin un thriller sans invraisemblances, facilités ou surenchère de twists ! Comme quoi, il est toujours possible d’écrire une histoire passionnante et originale qui demeure cohérente. D’autant que les chapitres courts et la plume de l’auteur participent à créer un rythme soutenu de la première page à la dernière, avec de l’action et des rebondissements (surprenants et imprévisibles).

L’autre énorme point fort de ce roman concerne ses personnages. Je me suis tout de suite attaché à Eddie qui, d’après ce que j’ai pu comprendre, a traversé pas mal d’épreuves dans les « tomes » précédents. Sa vie privée étant plutôt chaotique, il ne lui reste plus que son travail d’avocat pour lequel il est particulièrement doué.
Mais surtout, celui qui m’a véritablement impressionné, c’est Joshua Kane, le psychopathe qu’on apprend à connaître un chapitre sur deux. D’une part j’ai adoré ce « méchant » dont la façon de penser et les actes font véritablement froid dans le dos. Mais le vrai tour de force réside dans le fait qu’on développe au fur et à mesure des sentiments contraires à toute forme d’éthique à son égard. On a beau avoir conscience de qui il est, à force de le côtoyer, on finit par le tolérer. L’auteur a réussi le pari de rendre un monstre presque sympathique et c’est selon moi la preuve d’un grand talent. 

Pour tout vous dire, je ne sais pas encore s’il s’agit d’un coup de coeur ou pas. J’ai besoin d’un peu plus de temps pour en être sûr, d’autant que j’aurais préféré avoir un peu plus d’informations à la fin sur le pourquoi du comment. Néanmoins, ce roman m’a indéniablement marqué au point que j’ai très envie à présent de découvrir le reste de la bibliographie de l’auteur.
Quoi qu’il en soit, si ce n’est pas déjà chose faite, je vous recommande chaudement de vous plonger dans 13, surtout si comme moi vous recherchez un thriller profond avec des personnages charismatiques et une intrigue solide de bout en bout. Un régal de lecture qui accède directement à mon top 5 de l’année ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *