La Roue du Temps #1 - Entre Tolkien et George R. R. Martin

01/12/2018

Titre : La Roue du Temps #1 - L'Oeil du Monde (parties 1 et 2)

Auteur : Robert Jordan

Editions : Bragelonne

Prix : 7,90€ (par tome)

Parution : 17 octobre 2018

Nombre de pages : 620 (par tome) pages

Genre : Fantasy

Résumé : C'est la Nuit de l'Hiver dans la contrée de Deux-Rivières et, en ce soir de fête, l'excitation des villageois est à son comble. Arrivent alors trois étrangers comme le jeune Rand et ses amis d'enfance Mat et Perrin n'en avaient jamais vu : une dame noble et fascinante nommée Moiraine, son robuste compagnon et un trouvère.
De quoi leur faire oublier ce cavalier sombre et sinistre aperçu dans les bois, dont la cape ne bougeait pas même en plein vent...
Mais, quand une horde de monstres sanguinaires déferle et met le village à feu et à sang, la mystérieuse Moiraine devine qu'ils recherchaient quelqu'un. Pour les trois amis l'heure est venue de partir. Car la Roue du Temps interdit aux jeunes gens de flâner trop longtemps sur les routes du destin...

.

On ne peut pas vraiment dire que je suis tombée dans la marmite de la littérature fantasy quand j’étais petite. Ou plutôt, si, puisque j’ai vécu toute mon adolescence dans des contrées pleines de dragons, de guerriers courageux et de sorcières rusées. Et puis je me suis lassée de ces mondes imaginaires et pendant de longues années, je n’ai plus touché à un livre de fantasy, considérant que c’était fini pour moi.

J’ai renoué avec la fantasy quand on m’a mis Le Trône de Fer dans les mains, un peu avant que la série sorte en me disant que j’allais adorer et que j’allais regretter d’avoir vu la série en premier. Évidemment, mon ami avait vu juste et j’étais à nouveau complètement tombée dans la fantasy. Mais bon, il n’est pas si simple de se remettre en selle après avoir lu quelques 5000 pages écrites par Georges R. R. Martin. Depuis lors, même si je lis de la fantasy moins ambitieuse (comprenez qui ne soit pas écrite en tomes de 1000 pages), je suis toujours à la recherche d’aventures aussi fouillées et aussi complexes que celles proposées par l’auteur du célèbre Trône de Fer.

C’est comme ça que j’ai entendu parler de La Roue du Temps de Robert Jordan. Sur le coup, je n’avais pas tellement plus creusé que ça parce que, oui, on me disait que c’était formidable et complexe et très riche, cela dit on m’avait aussi dit que l’auteur était mort avant d’avoir écrit le tome final de son œuvre – ce qui est quand même un peu embêtant. Entre temps, l’éditeur de Robert Jordan avait trouvé un « successeur » à l’auteur, capable de terminer l’œuvre à partir des notes du roman. Évidemment, je n’étais pas spécialement jouasse, me méfiant toujours des fins réalisées par quelqu’un d’autre que l’auteur original. Cela dit, dans le cas de La Roue du Temps, le successeur de l’auteur n’est autre que Brandon Sanderson, un autre auteur de fantasy bien complexe comme j’aime. J’étais rassurée, j’allais pouvoir me lancer dans cette série, enfin. Vous voyez bien venir le dernier rebondissement, n’est-ce pas ? En me renseignant un peu plus, je me suis rendu compte que la fin de la série n’était pas traduite en français. Pire encore, plusieurs maisons d’édition s’étaient succédé et aucune n’avait publié toute la série (bon, à l’époque le tout dernier tome n’était pas encore sorti, mais bon, on n’en était assez loin en version française). Persuadée que la série ne serait jamais traduite dans son intégralité, je passais à autre chose.

Mais ça, c’était avant. C’était avant puisque les Éditions Bragelonne ont annoncé qu’ils allaient publier toute la série en français. Imaginez un peu ma joie !

C’est donc le cœur léger que je me suis enfin lancée dans cette saga qui m’avait tant fait hésiter. Et je suis tellement contente de m’être penchée dessus !

Tout d’abord, je tiens à préciser que, comme souvent dans les longues séries de fantasy, il s’agit là d’un premier tome assez introductif. Même si le roman commence par soulever beaucoup d’interrogations chez le lecteur – pourquoi des illustres inconnus sont soudain poursuivis ? – il faut bien avoir à l’esprit que la saga fait près d’une quinzaine de tomes, l’auteur prend donc bien le temps de nous présenter son univers et ses enjeux le temps de ce premier tome, ce que j’ai personnellement beaucoup apprécié.

Les personnages sont donc vraiment bien construits et très fouillés, on est loin de l’archétype du guerrier courageux, sans peur et sans reproche qui va faire des tas de choses héroïques sans se poser la question. Car nos héros sont, ne l’oublions pas, de simples paysans d’un village qui n’ont jamais été confrontés au combat. Cela permet à l’auteur de nous présenter des personnages principaux finalement assez peu héroïques.

Dans ce roman, on suit surtout le personnage de Rand, mais j’ai regretté de ne pas en apprendre plus sur d’autres personnages, notamment Mat le jongleur ou encore Moiraine la puissante mage. Peut-être que les prochains tomes verront un changement des points de vue ?

A propos des personnages, j’ai aussi beaucoup apprécié que les personnages féminins prennent une place assez importante dans l’intrigue. J’attends de voir comment se présentent les choses dans les prochains tomes, mais pour le moment, c’est plutôt engageant du point de vue des personnages féminins.

L’écriture de l’auteur est fluide, et malgré le nombre de pages – ce premier tome est divisé en deux tomes d’environ 600 pages chacun en version poche – je n’ai pas vraiment eu le temps de m’ennuyer.

Pardon de refaire encore un parallèle avec d’autres œuvres, mais en lisant ce premier tome, j’ai eu l’impression d’atterrir dans un mélange d’univers de Tolkien et de George R. R. Martin. J’ai retrouvé la même sensation de course-poursuite que dans le Seigneur des Anneaux, quand des personnages simples et peut-être un peu naïfs se retrouvent dans la position des hommes à abattre et qu’ils doivent fuir au plus vite. À la fois, Robert Jordan se détache vraiment de la simple opposition entre le bien et le mal et nous propose des personnages relevant bien plus des nuances de gris. J’attends donc de voir comment la suite de cette série évoluera, mais une chose est sûre, je serai au rendez-vous !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *