Les femmes de Stepford - Entre Desperate Housewives et Black Mirror !

31/12/2018

Titre : Les femmes de Stepford

Auteur : Ira Levin

Editions : J'ai Lu

Prix : 5,60 €

Parution : 7 novembre 2018 (réédition)

Nombre de pages : 160 pages

Genre : Thriller

Résumé : Dans l'espoir d'une vie meilleure, Joanna emménage avec son mari à Stepford, petite ville américaine aux allures de banlieue idéale. La perfection a cependant un prix. Qui sont ces ménagères, qui tiennent leur intérieur avec une méticulosité effrayante ? Qui sont ces hommes, qui se réunissent en club dans le plus grand secret ? Que se trame-t-il à Stepford ?

.

Étant un grand fan de Desperate Housewives, je n’ai pas pu résister quand j’ai lu ce résumé qui m’a fortement rappelé la série culte. Ajoutez à cela une touche de mystère et des secrets dissimulés sous des apparences trompeuses, et vous obtenez typiquement le genre de romans que j’adore. Je n’ai donc franchement pas hésité très longtemps avant d’accepter de le recevoir et j’en profite d’ailleurs pour remercier les éditions J’ai Lu pour leur envoi.

Pour être totalement honnête, Les femmes de Stepford n’a pas forcément été le livre auquel je m’attendais. D’une part en tant qu’objet (j’ai effectivement été assez surpris de découvrir qu’il ne faisait que 160 pages) et de l’autre en tant qu’histoire que celui-ci contenait. Ayant vu la mention « thriller », je m’attendais en effet à une enquête qui servirait de fil rouge à l’intrigue. Or, s’il y a bien un suspense, il ne s’installe véritablement qu’au bout d’une centaine de pages et ce d’une manière totalement différente de celle que j’avais imaginée. Je ne vais évidemment pas vous révéler la nature du propos mais sachez que bien qu’on l’ait catégorisé ainsi, Les femmes de Stepford n’est pas un thriller mais plutôt un roman à suspense. 

Comme vous vous en doutez, étant donné la longueur du roman, il ne m’a pas fallu plus de quelques heures pour en venir à bout. Bien que l’ensemble ne soit divisé qu’en trois chapitres (voire deux, le dernier étant plutôt un épilogue), il n’empêche que les pages ont défilé à vitesse grand V sans que je réussisse à interrompre ma lecture. Ceci est principalement dû à l’action, presque omniprésente, à l’abondance de dialogues et à la quasi absence de descriptions. C’est d’ailleurs assez impressionnant en sachant que l’auteur est parvenu à créer une vraie ambiance angoissante, voire anxiogène, avec très peu de détails. Une ambiance qui m’a rappelé ce que je ressentais devant un épisode de Black Mirror où je suis la plupart du temps tiraillé entre fascination et malaise.

Je disais plus haut que le suspense n’était véritablement mis en place qu’aux deux tiers du roman, ce qui ne veut pas pour autant dire que les 100 premières pages sont inutiles, bien au contraire ! Au cours de celles-ci, on fait effectivement la connaissance de nombreux personnages avant de découvrir Stepford, cette ville figée dans le temps où les habitudes sont des plus archaïques. A travers les yeux de Joanna, nouvelle arrivée, on va donc faire la connaissances des autres femmes au foyer qui ne semblent avoir qu’un seul objectif : exceller dans leurs tâches ménagères afin de satisfaire leurs maris. Je ne vais pas vous en dire plus sur l’intrigue mais sachez que cette vision des choses va agacer la jeune femme au point de mettre en place une révolution dont les conséquences risquent pourtant de lui être fatales…

Pour vous dire la vérité, je ne sais pas vraiment quoi penser de ma lecture. Elle m’a indéniablement marqué, puisque j’ai ressenti pas mal d’émotions au fil des pages qui m’ont notamment poussé à réfléchir sur notre propre société et son fonctionnement. D’un autre côté, il m’a vraiment manqué quelque chose au niveau de l’histoire en elle-même pour en faire un roman inoubliable. Il s’agit peut-être de la fin, beaucoup trop ouverte à mon goût, qui n’a apporté aucune réponse à mes interrogations. Quoi qu’il en soit, cette lecture m’a placé dans une position inédite et plutôt inconfortable puisque je ne suis pas en mesure de dire si je l’ai aimée ou pas. 
Etant donné que c’est une réédition, je suppose que certains d’entre vous ont déjà lu ce roman auparavant et pour le coup je serais vraiment curieux de connaître votre avis si tel est le cas ! N’hésitez donc pas à le partager dans les commentaires afin qu’on en discute ensemble. 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *