Never again - Un presque coup de cœur !

20/12/2018

Titre : Never again

Auteur : Sarah Dessen

Editions : Lumen

Prix : 15,00€

Parution : 15 novembre 2018

Nombre de pages : 476 pages

Genre : Young adult

Résumé : Comment pardonner l'impardonnable ?
Le frère de Sydney, beau et charismatique, domine depuis toujours sa petite famille : Peyton monopolise toute l'attention de leurs parents et se taille la part du lion quel que soit le domaine. Mais quand il atterrit en prison après avoir provoqué un accident grave, la jeune fille, au lieu de retrouver un peu d'air, se sent au contraire de plus en plus invisible, comme si elle errait à la dérive dans sa propre vie, perdue, sans attaches.

Elle s'inquiète surtout du désintérêt des siens pour la véritable victime, le garçon que Peyton a condamné à vivre dans un fauteuil roulant. Après avoir changé de lycée, elle se lie d'amitié avec un frère et une sœur dont elle ne tarde pas à rencontrer la famille. Excentriques et accueillants, blessés par la vie mais infiniment joyeux, les Chatham vont l'aider à se trouver une place dans son nouvel environnement. Rompre définitivement ou pardonner, forcer ses parents à la regarder en face au moins une fois, choisir son chemin et parvenir à s'avouer les sentiments qu'elle sent naître en elle... Autant de défis qu'ils vont l'aider à relever à leur manière.

Un roman de Sarah Dessen n'est jamais, jamais une déception. La reine de la fiction young adult observe les mouvements du cœur d'une adolescente dans la tourmente avec une justesse stupéfiante – ce qui fait dire à tout le milieu littéraire aux États-Unis qu'elle est, ni plus ni moins, une rock star. Émotion à fleur de peau et regard acéré sur les choses : venez savourer en sa compagnie une gourmandise à nulle autre pareille...

.

Je remercie les éditions Lumen pour leur envoi. C’est difficile à croire, et pourtant, il y a quelques mois à peine encore, j’étais loin d’être une amatrice de Sarah Dessen. C’est seulement avec Once and for all, premier roman de l’auteur à être publié chez Lumen, que je me suis « réconciliée » avec cette dernière. J’avais donc hâte de découvrir son nouveau roman (à tel point que je n’ai pratiquement pas pris la peine de lire le résumé avant de demander à le recevoir), et même s’il ne s’agit toujours pas d’un coup de cœur, je l’ai encore plus apprécié que le précédent.

 

C’est vraiment étrange, car tout ce que je reprochais auparavant à Sarah Dessen, à savoir que je ne parvenais pas à ressentir les émotions qu’elle voulait nous transmettre et qu’elle mettait en scène des personnages un peu fades, semble avoir complètement disparu. J’avais déjà eu ce ressenti dans son roman précédent, et c’est à nouveau le cas ici. Au train où vont les choses, sa prochaine histoire risque vraiment d’être un coup de cœur !

 

Déjà, je n’ai pas du tout l’habitude de lire des romans qui touchent de près ou de loin au milieu carcéral, mais ici, j’ai trouvé que cela s’imbriquait parfaitement dans l’histoire, et surtout que c’était parfaitement dosé (young adult oblige, on n’est pas abruti d’informations inutiles, l’auteur se contente d’aller à l’essentiel). Je dirais même que c’est un thème assez original dans la littérature young adult (tout comme les mariages dans Once and for all). Et c’est vraiment ce thème qui berce tout le roman en background, puisqu’il concerne directement Sydney, narratrice de l’histoire, dont le quotidien est très impacté par les actes de son frère. En dehors de cela, on retrouve évidemment également des thèmes récurrents du young adult comme la romance, par ailleurs particulièrement bien amenée ici : l’auteur prend le temps qu’il faut pour la faire s’installer, elle ne débarque pas de nulle part et ça fait du bien. C’est clairement pour moi l’un des points forts des histoires de Sarah Dessen : elle fait du young adult, mais du young adult intelligent, bien construit et qui prend son temps (d’où des romans tournant souvent autour des 500 pages).

 

L’autre gros point fort de l’auteur, ce sont justement ses personnages. C’était un pur plaisir de plonger dans l’histoire du point de vue de Sydney, cette jeune fille sage qui adulait son grand frère et qui au final vit toujours dans son ombre, même après ses actes criminels. En plus de cela, elle porte une grosse culpabilité sur ses épaules puisque contrairement à ses parents (ou du moins à l’image qu’ils renvoient), ou même carrément à son frère, elle se sent très coupable des actes de ce dernier, et cela fait d’elle la plus humaine de toute sa famille. C’est une fille simple, authentique, qu’on a envie d’aider, de couver, de protéger à tout prix.

Je me suis aussi immédiatement prise d’affection pour la famille Chatham, en particulier pour la maman ainsi que 2 des 3 enfants de la fratrie, Mac et Layla. Cette famille constitue vraiment un pilier pour Sydney, et ce malgré le fait que ses membres aient malheureusement eux aussi leur lot de difficultés.

En revanche, j’ai eu beaucoup de mal avec la maman de Sydney (je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement avec une personne de mon propre entourage…), avec ses parents de manière générale d’ailleurs. J’ai trouvé leur attitude révoltante, entre une mère qui ne se préoccupe que de son fils qu’elle semble dédouaner de ses actes et un père presque totalement effacé et indifférent. Mais aussi et surtout avec Ames (certainement l’un des personnages les plus malaisants que j’ai pu croiser au cours de mes lectures). Mais c’est aussi ça qui fait que j’ai adoré ce livre : tout est loin d’être simple ou tout rose.  

 

Je ne vous en dis pas plus puisque comme moi, vous méritez d’avoir le plaisir de découvrir cette histoire par vous-mêmes (d’ailleurs attention, je trouve que le résumé présent sur la quatrième de couverture en dit beaucoup !). Surtout ne passez pas à côté, car il s’agit là d’un très bon roman young adult, même si une fois n’est pas coutume, il m’a manqué ce petit je-ne-sais-quoi pour avoir le coup de cœur. À présent, j’attends à nouveau avec une impatience non dissimulée le prochain roman de l’auteur !

.

Petite belge âgée de 25 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
1 I like it
0 I don't like it