Plan Cœur : un bon plan français signé Netflix

10/12/2018

Titre : Plan Cœur

Créée par : Noémie Saglio, Julien Teisseire

Avec : Zita Hanrot, Sabrina Ouazani, Joséphine Drai, Marc Ruchmann, Syrus Shahidi, Tom Dingler, Guillaume Labbé, ...

Format : 30 minutes

Diffusion : Netflix

Genre : Comédie Romantique, Drame

Résumé : Alors qu’Elsa, parisienne, n’arrive pas à oublier son ex, sa meilleure amie embauche en secret un escort boy pour l’aider à passer à autre chose. Mais le plan marche un peu trop bien ...

Je vous préviens malgré la note que je lui ai mise, je vais surtout évoquer les défauts de la série dans cette critique. Je n’ai jamais été très fan des séries françaises et encore une fois, malgré que celle-ci soit plutôt bonne, j’ai noté plusieurs éléments qui m’ont gênée dans mon visionnage. Tout d’abord, le premier épisode ne m’avait pas convaincue. J’étais mitigée, même si au final, je ne regrette pas d’avoir terminé la série que je trouve dans l’ensemble réussie. L’intrigue en elle-même n’est pas mauvaise mais elle est un peu forcée. À l’image de ses acteurs d’ailleurs : les personnages sont caricaturaux, à la limite du ridicule. En fait, non, la limite a été plusieurs fois franchie : c’est ridicule. Surtout le personnage principal. Je sais que le but était de montrer une jeune fille pas très drôle, un peu ringarde, beaucoup perchée et très maladroite, mais c’était gênant et surtout pas crédible du tout. Et je ne parle même pas des acteurs qui jouent Antoine, Maxime et Mathieu… Chacune de leurs scènes, on se croirait dans Le jour où tout a basculé

En revanche, on sent qu’il y a la superproduction Netflix derrière, et ça, c’est vraiment un plus pour cette série déjà un peu trop française à mon goût (l’acting, les clichés, …). À mon sens, le personnage le plus réussi est celui de Charlotte, jouée par la sublime Sabrina Ouazani. Elle est drôle et pleine de vie et avec son sourire et son rire communicatifs, elle apporte vraiment de la fraîcheur à la série dans chacune de ses scènes. Mais son personnage est aussi le pire de tous parce que si un épisode n’avait dû se concentrer sur elle et que sur elle, ce serait vite devenu très lourd. Je m’explique : elle est très vulgaire (d’ailleurs elle pisse même devant son frère — wtf — ne s’essuie même pas et ne se lave pas les mains… ew). Aussi, dès le premier épisode, elle a répété au moins 1000 fois le mot « baiser » (et toutes ses déclinaisons comme « baisée », « baise », « baisez », …) et pour info, un épisode dure moins de 30 minutes… Et je n’exagère même pas : à chacune de ses scènes, elle utilise le mot au moins deux-trois fois, si ce n’est plus. 

En elle-même, Sabrina Ouazani est une déception. Pas forcément dans l’acting même si je trouve qu’elle ne casse pas trois pattes à un canard. Mais plutôt dans son choix de rôle. Elle a souvent mis en avant le fait qu’elle ne voulait pas jouer des rôles d’arabes de service (ce que je comprends parfaitement) ou des rôles où elle devait être forcément une arabe (ce que je n’approuve pas forcément : on peut jouer le rôle d’une meuf qui s’appelle Fatima sans pour autant que le rôle tourne toujours autour de son origine ou même en aborde le sujet). Ça a été le cas : même si elle et son frère dans la série s’appellent Charlotte et Antoine, ils ont, apparemment (on le découvre au dernier épisode), des origines arabes. Par contre, j’ai noté qu’à défaut de s’enfermer dans un rôle d’arabe (ce qui est tout à son honneur), elle s’enfermait dans un rôle d’obsédée sexuelle : avec La Source des Femmes, Pattaya, L’Embarras du choix et maintenant Plan Cœur, ça fait quand même déjà quatre fois qu’on la voit jouer les « cochonnes » de service. C’est triste et dommage.

Dernier point négatif : le petit message politique que contient la série. Alerte spoiler : avec le froid, des migrants ont élu domicile dans un immeuble vide, le propriétaire souhaite les en chasser, Elsa qui travaille à la mairie lui répond qu’ils ne gênent personne, qu’il fait froid et qu’il n’a qu’à aller se faire f*utre. Même si je suis d’accord sur le fond, je ne comprends pas trop ce que ça vient faire là. Et comme dans de précédentes chroniques, je vais encore faire la reloue qui se répète mais j’en ai un peu marre des messages politiques à tout bout de champ dans tous les films et toutes les séries du moment. Parfois, cela est nécessaire et est même plus que bienvenu, il est attendu (The Handmaid’s Tale, Orange Is the New Black, 13 Reasons Why, …). Mais parfois, comme ici, cela arrive vraiment comme un cheveu sur la soupe et c’est beaucoup trop forcé pour que cela passe crème. 

Par contre, malgré tous ces petits défauts, Plan Cœur est assez addictif. La nouvelle série frenchie de Netflix suscite la curiosité et malgré un rythme assez lent, on est accroché à l’histoire et on a hâte de savoir la suite. Les épisodes s’enchaînent rapidement et ça se regarde très facilement. En ce qui me concerne, j’ai avalé les 8 épisodes de cette première saison en l’espace de quelques heures seulement. Malgré le fait qu’elle soit assez prévisible et beaucoup clichée, Plan Cœur est une série sans prise de tête, assez feel good et même agréable à regarder. On passe un bon moment devant et dans l’ensemble, l’intrigue est prenante et plutôt réussie. La fin est ouverte donc on peut aisément s’attendre à une saison 2. 

.

Passionnée par les sushis, j’ai appris à maîtriser cet art en regardant mes séries télé préférées. Entre deux makis, je m’intéresse aussi à l’univers d’Harry Potter, de Disney, au cinéma et à la photographie. Sinon, est-ce que je vous ai dit que j’aimais les sushis ?
4 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *