American Satan / Paradise City : où en est-on ?

13/01/2019

Comment Remington Leith est devenu la ‘Voix’ d’Andy Biersack ?
 
// Traduction d’un article Alpress //

 

L’année dernière sortait sur les écrans du monde – France à part – American Satan, le film en tout point Rock’n’Roll, d’Ash Avildsen – directeur de Sumerian Record, label fondé en 2006, aux Etats-Unis.

Le film met en scène un groupe de jeunes gens, originaires d’Amérique et d’Angleterre, débarquant à Los Angeles pour percer dans le milieu de la musique, nous les suivons – de leurs déboires jusqu’à leur apogée, à travers de nombreuses situations voulant dévoiler l’ampleur du proverbe «Sex, Drugs & Rock’n’Roll ». À une intrigue bien ficelée, s’ajoutent des musiques originales imputées à un groupe frictionnel : The Relentless, dont le leader n’est autre qu’Andy Biersack. Il s’agit du film le plus passionnant – sur l’histoire du Rock’n’roll – que notre scène ait connu depuis des années.

Alternative Press a pu discuter avec Ash Avildsen et Remington Leith, la voix qui interprète donc les chansons de Johnny Faust dans le film – à propos du rôle de celui-ci, des chansons de The Relentless et des plans de la franchise dans le futur.

«  Il n’y a pas beaucoup de monde qui peut dire que la voix d’Andy Biersack a été synchronisée sur la leur, alors quand on m’a demandé, j’ai dit : »
« Bordel, oui ! – Je veux en faire partie ! »
Remington Leith


Le chanteur de Palaye Royale, Remington Leith, n’a pas eu à y réfléchir deux fois pour être de la partie et intégrer la bande-son d’American Satan. Le film de Sumerian Record ayant en tête d’affiche Andy Biersack, Ben Bruce d’Asking Alexandria, Denise Richards et Malcolm McDowell, pour n’en citer que quelques-uns – est sorti en octobre 2017. Quand il est devenu évident que le leader des Black Veil Brides ne chanterait pas dans American Satan, Remington était l’auteur/compositeur affilié à Sumerian et le choix numéro 1 d’Ash Avildsen pour reprendre le flambeau.

«  Sa voix colle vraiment bien à Johnny Faust’ explique Advilsen. «  Remington ressemble à une âme torturée. Sa voix est un mélange d’agression et de désespoir, et ça fait parfaitement écho au personnage de l’histoire. Je travaillais déjà avec Palaye Royale sur leur album, et je voulais utiliser un chanteur qui soit relativement nouveau sur scène, pour que, quand les gens voient le film et entendent la musique, ils ne reconnaissent pas instantanément la voix et soient distraits par cela. Plutôt que d’aller chercher un chanteur vraiment célèbre, je pensais qu’avoir un gamin qui avait à peine la vingtaine, et qui pouvait chanter avec autant de ralliement dans la voix était parfait pour le personnage. »

Comme le précise Ash Avildsen, il voit l’absence de la voix d’Andy Biersack comme un bénéfice pour le film : 

« Mon premier plan, c’était d’avoir Andy en tant qu’acteur, et il était préférable qu’il ne chante pas dans le film, de toute façon, à cause de la suspension consentie d’incrédulité* de l’audience’ dit Avildsen. « Il y a beaucoup de gamins qui sont fans d’Asking Alexandria, d’Andy et de Black Veil Brides et ils vont regarder ce film, car ils veulent voir leurs artistes favoris jouer dedans. De voir Andy jouer le chanteur d’un groupe, de le voir chanter avec une voix qu’ils connaissent déjà, je pense que ça aurait été plus compliqué pour eux de se perdre dans le personnage et dans l’histoire. »


« Une fois qu’ils y sont, ça prend son sens, les gens voient qu’Andy ne chante pas et Ben ne joue pas de la guitare – Ces chansons n’ont pas les riffs d’Asking Alexandria et les paroles ne sont pas ‘Andy Biersackisé’. C’est la même chose quand Andy est sur scène, il a fait en sorte que ce soit vraiment visible et que le public ne le retrouve pas – via des manières, des singularités et des mouvements et d’autres choses qu’ils ne verraient pas chez Andy Black ou lors d’un concert de Black Veil Brides. Le fait d’avoir une voix différente et un jeu de scène différent, a permis à Andy de réellement donner vie au personnage de Johnny Faust et la performance vocale de Remington est géniale ! »

Le processus d’enregistrement était un peu étrange pour Remington, mais c’est une situation qu’il a très vite apprivoisée.

« C’était différent, car à chaque fois que j’entre dans un studio d’enregistrement, je sais que j’interpréterais éventuellement cette chanson en live, et j’ai toujours hâte de pouvoir présenter une chanson que j’ai écrite», partage le chanteur de Palaye Royale. « Alors que là, je chantais une chanson que je ne jouerais probablement jamais plus par la suite. C’était un sentiment très bizarre, et à la fois très drôle : car ma mère a assisté à un jour de tournage à Los Angeles et elle a filmé Andy en train de chanter avec ma voix ! Elle me l’a envoyé, il y a un moment, et ayant toujours admiré Black Veil Brides quand j’étais petit, c’était une expérience sympa de voir Andy chanter ma chanson. »

L’investissement de Remington avec American Satan ne se limite pas à chanter la part de Johnny Faust dans le film. Sumerian compte réaliser un album complet des Relentless, contenant toutes les chansons du film, aussi bien que des covers d’autres artistes aussi divers que Moody Blues et Neil Young. De plus, Avildsen prévoit de créer toute une franchise autour d’Americain Satan.

Ce film ne sera pas la dernière fois que vous entendrez parler de Johnny Faust !

« Il va y avoir une série TV qui sera un spin-off du film, où l’histoire des Relentless continue et les autres personnages du film seront inclus dedans. » Révèle Avildsen. « Il va aussi y avoir une bande dessinée, nous travaillons dessus. J’essaie de créer un univers Rock’n’roll où il y a plus de personnages et d’histoires liées ensemble, plutôt qu’il ne s’agisse que d’un film indépendant et l’affaire est classée. Il y a beaucoup à venir l’année prochaine et tout sera relié aux Relentless et aux personnages dans American Satan. »

L’année 2018 est arrivée à son terme et il est temps de faire
un bilan sur cet engagement !
 

Pour ce qui est de l’album contenant les titres de The Relentless, sachez qu’il est bel et bien sorti et disponible sur le site de Sumerian, les personnes ayant commandé le bundle par le passé ont reçu la version physique en deux CDs, un vinyle est également disponible et il est canon ! La preuve en image : 

La série a réellement commencé à faire parler d’elle, notamment grâce aux réseaux sociaux tels que Twitter et Instagram, les stars elles-même font une promotion de la série, laissent filtrer quelques photos et commentaires à ce propos. Andy Biersack a donc confirmé qu’il serait au casting de la série, reprenant le rôle de Johnny Faust. Il a été rejoint par Ben Bruce et James Cassells (Asking Alexandria) et Kellin Quinn (Sleeping With Sirens). Juliet Simms serait dans un groupe de rock féminin, nommé The Mavens, faisant la première partie des Relentless. Bella Thorne et Drea De Matteo, toutes deux actrices notamment vues dans Famous in Love, Midnight Sun pour Bella, Desparate Housewife et Sons of Anarchy pour Drea, endosseraient le rôle d’une figure Rock’n’roll au sein de la série.  

Si rien n’est encore fait pour le comic – ou mes oreilles ont été imperméables à la nouvelle, il est certain que la plupart des engagements pris par Avildsen ont vu le jour et on en est ravis !

Pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance de voir American Satan, c’est un film que je vous recommande à 300%. Il est disponible sur tous les sites de streaming vidéo légaux en anglais sous-titré et vous fera passer une agréable soirée !

Pour les plus récalcitrants, sachez également que la différence de voix entre Andy Biersack et Remington Leith ne choque pas plus de quelques secondes tant il est facile de se laisser captiver par l’univers du film d’Ash Avildsen.

Tout ce que vous avez à faire, c’est de vous laisser aller
et de pactiser avec le diable. . .

Note : suspension consentie d’incrédulité *: C’est le terme qui sert à définir « proprement » la volonté pour un lecteur ou un spectateur d’œuvre de fiction de suspendre ses facultés critiques et de croire à quelque chose de surréaliste – il fait le sacrifice du réalisme et de la logique, pour le plaisir.

Quand Ronnie Radke dit « Daddy should’ve never raised me on Black Sabbath! », je remercie sincèrement le mien de l’avoir fait. Née au début des années 90, j’ai grandi au son d’une vieille platine et des vinyles 33T d’AC/DC, Iron Maiden, Led Zepplin et tant d’autres encore. Passionnée d’art, de littérature, de voyage et de photographie, j’ai vite vite réalisé, pourtant, que sans musique, la vie n’a pas de saveur. C’est pourquoi je m’efforce, au quotidien, de faire partager cet outil qui transcende toutes les langues au monde.
4 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *