Cinéma 2018 : les tops et flops de la rédac' !

09/01/2019

2018 a été une très bonne année pour le cinéma. Des gros blockbusters très attendus sont sortis, et des films à la production plus modeste se sont largement fait une place au box office. Le cinéma cette année a su se démarquer, que ce soit en bien ou en mal. Beaucoup de messages politiques, écologiques ou en faveur de la diversité se sont fait entendre cette année. Le monde du cinéma a été bouleversé par les nombreux scandales, mais pourtant il semble plus fort et imposant que jamais. L’équipe de NiNeHank revient sur ses tops et flops cinéma de l’année.

1. A star is born : Reprise contemporaine du film de George Cukor sorti dans les années 1950, A star is born est une histoire d’amour et de musique enchanteresse. On y découvre une Lady Gaga talentueuse, réservée au commencement mais qui finira par s’assumer femme et chanteuse. Face à elle un Bradley Cooper, apprenti chanteur, charmeur mais terriblement abîmé par la vie et la musique. L’alchimie des deux acteurs fonctionne à merveille, si bien qu’on se prend à leur jeu. On se surprend à aimer à notre tour et à vouloir poursuivre nos rêves…
2. The Greatest Showman : LA comédie musicale du début d’année. Noël dure un peu plus longtemps grâce à ce conte musical et féerique, mettant en scène un homme parti de rien qui monte le plus grand spectacle du monde. Là encore, le réalisateur nous fait rêver, fait passer un message avec beaucoup de poésie et d’émotion : vive la différence !
3. Les Animaux Fantastiques 2 : Après le bon accueil du premier volet, on retrouve avec excitation l’univers magique d’Harry Potter, sans Harry Potter. L’histoire se concentre cette fois sur Grindelwald, grand ennemi du Ministère de la Magie et de Dumbledore qui, on l’apprendra vite, ne peut se résoudre à le combattre. Malgré quelques révélations surprenantes, on passe un merveilleux moment devant ce nouvel épisode magique signé J.K. Rowling.
4. Bohemian Rapsody : Ce biopic haut en couleurs et en musique nous raconte avec frénésie l’histoire de Queen et de son chanteur Freddie Mercury. On y découvre le destin houleux de l’homme et l’amitié parsemée d’embûches du groupe. On se prête facilement au jeu de cette histoire fulgurante qui se déroule sous nos yeux, et on vit avec plaisir et intensité les scènes de concert. Un film à découvrir pour tous les amateurs de rock !

1. Phantom Thread : Ce film retrace la vie mouvementée du grand couturier Reynolds Woodcock, interprété par Daniel Day-Lewis. Toutefois, malgré la poésie qui émane des tissus et des relations entre les personnages, l’extrême lenteur et l’obscurité de l’atmosphère rendent la vision de ce film très pesante, voire oppressante.
2. Le Grand Bain : Une équipe d’hommes en route pour une compétition mondiale de natation synchronisée. L’idée de départ est originale, les personnages masculins attachants bien que tous dépressifs, et les coachs féminines occupent fortement l’espace. Malgré tout, le mélange de ces ingrédients ne parvient pas à produire un film qui maintient notre attention et nous protège de l’ennui. Dommage !
3. Call me by your name : Adaptation du livre éponyme d’André Aciman, ce film reprend avec la même lenteur et le même détachement la naissance d’un amour interdit entre un adolescent et un homme de dix ans son aîné. Malgré la délicatesse de la caméra et la poésie des sentiments peu à peu dévoilés, l’extrême lenteur du film en écho au temps estival en suspens finit par peser et nous ennuyer.

1 Ready Player One/Pentagone Papers : Quand un maître du cinéma aborde plusieurs thématiques de sa glorieuse filmographie en deux films en apparence opposés, cela donne deux œuvres déjà importantes et passionnantes à analyser.
2 The Shape of Water : Le film somme d’un cinéaste romantique et poétique, relevant de la lettre d’amour dans ce que le sentiment a de plus euphorisant.
3 Tigers are not afraid : Retenez bien le nom d’Issa López car en un film adoubé par Guillermo del Toro et Stephen King, elle nous balance toute la beauté du septième art avec une violence qui en ressort plus marquante et bouleversante.
4 Spider-Man New Generation : Le comic book ultime ainsi qu’une véritable œuvre d’art pop culturelle qui a tout compris à son médium d’origine.
5 Roma : On savait Alfonso Cuarón talentueux mais personne n’est prêt pour une telle leçon de mise en scène.
6 How to talk to girls at parties : Aussi fou que Neil Gaiman, auteur de la nouvelle d’origine, aussi  touchant qu’un premier amour.
7 En liberté : Pierre Salvadori rappelle que les comédies populaires françaises peuvent être intelligentes, respectueuses envers le spectateur et hilarantes. Certains devraient prendre des notes.
8 Pour vivre heureux : Une pure étreinte cinématographique, le genre de film à l’apparence balisé et pourtant si doux, original et violent à la fois.
9 Les Indestructibles 2 : Brad Bird montre qu’il est l’un des maîtres du genre super-héroïque à une époque où l’on croit la mouvance épuisée. Le blockbuster familial à son plus haut niveau.
10 Halloween : David Gordon Green arrive à fournir un slasher divertissant ainsi qu’une analyse d’un trauma populaire dans une Amérique marquée et souffrante.

1 Gaston Lagaffe : Sans doute le pire dans ce que le cinéma français a à offrir.
2 Venom : On aura beau se plaindre du MCU ou du DCEU mais il est difficile de faire produit super-héroïque plus désincarné et navrant que ce Venom.
3 Truth or dare : Une redite sans saveur de « Destination finale » sans le gore ou son sous-texte de la crainte de l’âge adulte. High concept pour un film qui se crashe.
4 Pacific Rim Uprising : Vous enlevez tout ce qui faisait du film de del Toro un blockbuster grandiose, vous le mixez aux poncifs des films à gros budgets et vous obtenez cette bouse rapidement oubliée.
5 A wrinkle in time : Prix de la scène la plus nawak de l’année avec Reese Whiterspoon en Pokémon type salade qui emmène des enfants caresser la joue d’une Oprah de 30 mètres de haut. On aurait aimé le film mais même quelques idées visuelles et le charisme de Chris Pine n’aident pas.
6 Ant-Man et la guêpe : Paul Rudd est un bon Ant-Man dans de mauvais films. Ambitions plus petites qu’une fourmi, amusement aussi grand qu’une molécule.
7 Victor Crowley : Oui, c’est sympa les slashers bien gores mais cela n’empêche pas de faire un bon film maîtrisé, non ?
8 Slenderman : Un plan sincèrement terrifiant appuie la frustration devant ce truc non fini et incohérent au possible.
9 Robin des bois : Robin des bois à la sauce « on veut faire un film mature à la Batman Begins sans comprendre ce qui fonctionnait dedans ». Rien n’est assumé, tout est oublié.
10 Tomb Raider : Alicia Vikander est une bonne Lara Croft qui n’est jamais transformée en objet sexuel par la mise en scène, ce qui fait plaisir. Dommage que ce soit l’un des rares bons points d’un film prévisible au possible.

1. Les Indestructibles 2 : ÉNORME coup de cœur pour cette suite attendue depuis 14 ans. J’ai été complètement embarquée dans le film que je suis retournée voir 2 fois au cinéma. Le rythme est effréné et malgré les 2 heures que l’histoire dure, on ne voit pas le temps passer et on regrette même de voir le film terminé. Mention spéciale à bébé Jack-Jack. Aussi mignon que drôle.
2. Bohemian Rhapsody : Ce film m’a bouleversée. Étant une grande fan de Queen et de Freddie Mercury depuis maintenant plusieurs années, j’ai adoré voir l’histoire du groupe et les coulisses des compositions des chansons les plus légendaires. Et Rami Malek mérite un Oscar à 100%.
3. Crazy Rich Asians : J’ai adoré ce film. Il m’a fait rire. Il m’a touché. Il m’a donné envie de voyager (Singapour fait clairement partie de ma wishlist depuis le visionnage) et les messages politiques, subtiles mais présents, sont impeccablement transmis. Quant aux images et aux couleurs, elles sont sublimissimes.
4. Truth or Dare : Une intrigue simple et pourtant… des sourires effrayants et une fin magistrale. J’ai été conquise par ce film et j’espère qu’il y aura une suite, un prequel ou un spin-off !
5. Sans un bruit : Je suis une fan inconditionnelle d’Emily Blunt et la retrouver dans un tout autre registre m’a énormément plu. Sans surprise, elle joue extrêmement bien. Quant au film, il est tellement prenant qu’on se surprend à retenir sa respiration pour éviter de faire du bruit.
6. Razzia : Ce film marocain n’est que très peu connu et pourtant c’est le même réalisateur que le décrié Much Loved qui est derrière. Et encore une fois, il signe un film poignant et la façon dont il dépeint ses personnages est toujours aussi criante de réalisme et de vérité. Bouleversant.
7. Darkest Minds : Contrairement à beaucoup et même contrairement à mes habitudes, j’ai beaucoup aimé ce film young adult. J’ai été prise par l’histoire captivante de ces ados aux pouvoirs magiques et j’espère qu’il y aura une suite.
8. Love, Simon : Et là, comme beaucoup, j’ai beaucoup aimé cette superbe ôde à la tolérance et à l’ouverture d’esprit. L’histoire de Simon est touchante au possible et mérite d’être vue par le plus grand nombre.
9. Mektoub my love, canto uno : Le dernier Abdelatif Kechiche est encore une fois passionnant et prenant. Une jolie réussite avec des acteurs incroyablement talentueux.
10. Overlord : Plus que le film, c’est plus l’expérience de le voir en 4DX qui m’a énormément plu. C’était incroyable et je le recommande à tous.

1. The Nun : ENORME déception pour ce spin-off pourtant extrêmement attendu. La déception est à la hauteur de l’attente : monumentale. Pourtant, Valak était le personnage le plus effrayant de la saga Conjuring. Dans The Nun, il fout à peine le frisson, la faute à une intrigue bancale et insipide et à un rythme d’une lenteur, quant à elle, effroyable.
2. Les Animaux Fantastiques 2 : Attention, je n’ai pas détesté cette suite. En revanche, avec le recul, elle m’a énormément déçue puisque je la trouve décousue et beaucoup tirée par les cheveux par moments.

1. La Forme de l’Eau : Mon premier coup de cœur de l’année, et mon coup de cœur n°1 parmi tous les films vus cette année. Je suis tombée amoureuse de cette histoire d’amour fantastique réalisée par l’un de mes réalisateurs favoris de tous les temps, à savoir le grand Guillermo del Toro.  
2. A Star is Born : Une autre histoire d’amour, assez dramatique au final, qui m’a prise aux tripes du début à la fin et qui m’en a fait voir de toutes les couleurs niveau émotions. En plus, la BO est sublime, et il y a une alchimie monstre entre Bradley Cooper et Lady Gaga (qu’on découvre vraiment sous un jour nouveau).  
3. Bohemian Rhapsody : Une partie de l’histoire de l’un des plus grands groupes de rock de tous les temps. J’ai vraiment eu l’impression de partager le quotidien du groupe pendant les 2h13 que dure le film, de partager les joies et les difficultés. Et évidemment, en tant que grande fan de la musique de Queen, comment ne pas avoir un coup de cœur pour ce film bourré de leurs titres les plus épiques ?
4. Le Grinch : Je suis littéralement retombée en enfance avec ce film, qui m’en a mis plein les yeux du début à la fin. J’ai été émerveillée devant cette explosion de couleurs et de bons sentiments en provenance directe de Chouville.
5. Infinity War Partie 1 : Ce film a été une claque. J’ai adoré voir tous les héros Marvel réunis en un seul et même film… et alors cette fin, mais quelle fin ! Je n’ai qu’une hâte : découvrir la suite prévue pour avril 2019.
6. À tous les garçons que j’ai aimés : Une histoire d’amour toute mignonne portée par deux acteurs tout aussi mignons et à laquelle je n’ai tout simplement pas pu résister, en grande amatrice de romance que je suis !
7. Black Panther : Un Marvel qui sort du moule et ne ressemble à aucun autre de ses prédécesseurs, une vraie bouffée d’air frais pour le studio. Avec en prime un Michael B. Jordan charismatique as f*ck. Que demander de plus ?
8. Jean-Christophe et Winnie : Ce film est d’une douceur et d’une tendresse incomparables et m’a rappelé, dès les premières images, à quel point j’aimais le personnage de Winnie étant enfant. Alors que les peluches me faisaient peur dans les vidéos promotionnelles, je n’avais qu’une envie en regardant le film : leur faire un gros câlin.
9. The Greatest Showman : Une comédie musicale toute en couleurs et en émotions qui m’a fait démarrer l’année 2018 sur les chapeaux de roues !
10. Ready Player One : Un OVNI cinématographique bourré de références à la pop culture qui m’en a mis plein les yeux. J’avais peur d’être gênée par le côté très « numérique », mais au final ça m’a vraiment plu !

1. Escape from Mr. Lemoncello’s Library : Je suis très attachée à la saga littéraire qui a inspiré ce film, et Nickelodeon en a fait un vrai désastre ambulant (au vu de la chaîne, aurait-il pu en être autrement ?). Ils ont littéralement massacré ma saga chérie et j’aurais préféré ne jamais avoir vu cette « adaptation » qui est une insulte aux livres.
2. Un raccourci dans le temps : J’étais déjà très mitigée sur le livre qui a inspiré ce film, mais j’avais tout de même de l’espoir puisque l’adaptation était produite par Disney… Mais non, au final c’est une catastrophe sans nom et qui en plus n’a absolument aucun sens.
3. Elizabeth Harvest : Je suis tombée par hasard sur ce film et je n’en attendais rien de particulier… jusqu’à ce que je me rende compte qu’il s’inspire de la légende de Barbe-Bleue, que j’adore. Et ne mentons pas : cette « revisite » est vraiment mauvaise, principalement à cause du jeu pitoyable des acteurs et d’un doublage français catastrophique.
4. Under the silver lake : Je n’attendais pas grand-chose de particulier concernant ce film, mais j’ai franchement regretté d’avoir payé une place de cinéma pour voir un délire extrême à ce point… Incompréhensible me concernant ! J’aurais sûrement quitté la salle avant la fin sans la présence d’Andrew Garfield.
5. Hérédité : Je m’attendais au meilleur film d’horreur de l’année en allant le voir au cinéma, et je suis ressortie de ma séance horriblement mitigée puisque je n’ai pas aimé le délire dans lequel il nous emmène, et qu’en dehors dudit délire je ne lui trouve aucune originalité niveau « horreur ».  

1. Le remède mortel : Etant une grande fan de la trilogie livresque, j’étais hyper contente de voir ce dernier volet au cinéma. J’ai adoré tous les films, malgré que certains détails manquent par rapport aux livres… Cependant, ça reste une très bonne adaptation avec de l’action.
2. Dans la brume : Une fin du monde plutôt particulière. Paris est plongée sous une brume… Seul problème : si vous touchez la brume, vous mourez sur le champ. C’est ce que va devoir supporter un couple mais avec une difficulté en plus : leur fille atteinte d’une maladie grave doit vivre dans une sorte de bulle sous oxygène. Ils vont devoir descendre plusieurs fois pour lui changer son oxygène sans jamais se faire toucher par la brume. Un film prenant, stressant, que j’ai adoré.
3. Sans un bruit : Un film sans paroles. C’était la première fois que j’en voyais un et à ma plus grande surprise, ça a été un coup de cœur. Là aussi, nous sommes face à une fin du monde plutôt particulière où des monstres bizarres envahissent la planète et si ils vous entendent, ils se jettent sur vous et vous tuent. Les survivants vont devoir apprendre à vivre sans bruit, marcher pieds nus, jouer en silence, ne plus se parler à part en langage des signes. Cela m’a fait beaucoup penser à ma lecture de In the After de Demetria Lunetta. C’est un film étonnant, haletant et super intéressant !
4. Les Animaux Fantastiques 2 : Une suite à la hauteur de mes attentes. Grande fan d’Harry Potter, il est agréable de poursuivre les aventures avec Les Animaux Fantastiques. Cela fait du bien de se replonger dans un monde de magie, où les décors et les costumes sont dingues. L’histoire est bien pensée et on va de révélation en révélation !
5. Love Simon : Un film plein d’espoir. J’avais eu un coup de cœur pour le livre lu juste avant la sortie du film. J’attendais beaucoup de ce film et je n’ai pas été déçue. Certes, le film est un peu différent du livre mais cela reste une bonne adaptation. C’est un film dont le message est important : tout le monde a le droit d’être aimé et d’aimer.

1. Sale temps à l’hôtel El Royale : Un huis clos où chaque personnage a son importance. Une ambiance exceptionnelle, qui inclut vraiment le spectateur. Drew Goddard est pour moi une vraie découverte et surtout un réalisateur à surveiller de près.
2. Leto : Un film unique, qui mélange art, histoire et musique. J’y suis allée sans rien attendre et le film m’a vraiment surprise et transporté dans son univers si particulier. C’est un biopic/drame-musical qui bouleverse tous les genres.
3. L’île aux chiens : Une très jolie histoire, les personnages sont vraiment touchants et attachants. Le rythme et les idées font de ce film une perle d’originalité. Un vrai coup de cœur.
4. Under The Silver Lake : Un film qui pour le coup ne peut pas plaire à tout le monde, mais qui a su me séduire. Sur fond de complot, on découvre un Los Angeles comme rarement dans les films. C’est un scénario qui fait des nœuds avec notre cerveau, mais qu’est-ce que j’aime ça !
5. Bohemian Rhapsody : Une vraie claque. Ce biopic est, pour moi, le biopic parfait. Un des meilleurs films de 2018.
6 Une affaire de famille : Une belle histoire sur une famille japonaise qui vit dans la pauvreté. C’est un film qui a une vraie force et qui montre une image peu connue du Japon. Les acteurs sont incroyables et les ressorts scénaristiques vraiment intéressants.
7. Les veuves : Une film avec quatre femmes incroyablement fortes et une histoire vraiment trépidante. Un thriller qui fait vraiment son effet et qui pose de vraies questions politiques et éthiques.
8 Les Frères Sisters : Deux frères émouvants, qui posent la question de la violence et de son hérédité. Les paysages sont à couper le souffle et le casting n’aurait pas pu être mieux choisi.
9 Avengers Infinity War : Il faut dire que Marvel a mon cœur mais j’ai vraiment aimé ce film. Les personnages et les différentes histoires m’ont beaucoup plu, les personnages cohabitent sans que cela soit gênant. Mais surtout le film m’a donné envie de retourner au plus vite au cinéma pour voir la suite !  

1. Venom : Une vraie déception, un film sans rythme qui bâcle sa fin. Les personnages sont clichés et la première heure du film n’en finit jamais. Venom est censé être un méchant, un vrai méchant, ici il sert juste de ressort comique. La dualité entre Venom et son hôte ne dure même pas un quart du film. Malgré tout, j’espère que le film saura transformer ses défauts en forces pour le second film.
2. Les Animaux Fantastique 2 : Le 1 ne m’avait pas transporté, bien que fan de l’univers je n’ai pas spécialement été séduite. Et avec celui-ci, c’est pire. Le méchant n’a aucune prestance et n’a pas vraiment d’importance. Le fan service est presque outrageux de la part de J. K. Rowling. Mais le pire, c’est le scénario qui n’apporte rien et qui surtout tue des personnages qu’on vient à peine de rencontrer.


1. Les Indestructibles 2 : Retrouver notre famille de super-héros après une décennie a été la plus belle chose de cet été 2018 (en plus de notre victoire au mondial de foot). Je n’ai pas été déçue de ce que j’ai vu. C’est un film qui évolue avec son temps en abordant des thématiques plus liées au quotidien (la famille, la place de la femme, être un bon père de famille) enrobé sous le genre super-héros. Et ça fonctionne toujours autant sur moi. Sans oublier une animation de grande qualité à laquelle Pixar nous a toujours habitués.
2. L’île aux chiens : C’est seulement mon deuxième film de Wes Anderson et je suis toujours aussi séduite par le style de ce cinéaste. J’ai adoré les choix artistiques de la mise en scène, l’animation artisanale de ce film est juste magnifique. L’histoire d’amitié entre une bande de chiens et un gamin sous couvert d’un complot génocidaire est juste simple, drôle et dure à la fois mais efficace. Les personnages sont sympathiques et attachants grâce au casting 5 étoiles et la bande son d’Alexandre Desplat aux sonorités japonaises est juste une orgie pour mes oreilles. Bref, j’ai adoré.
3. Black Panther / Crazy Rich Asians : Le choix de ces deux films peut paraître arbitraire mais pour moi ils ont marqué mon année de cinéphile parce qu’ils mettent en avant des minorités de manière positive. A travers ces héros et leurs mésaventures, beaucoup se retrouveront en eux. Ils sont la preuve qu’on peut raconter n’importe quelle histoire avec n’importe quelle ethnie, qu’elle soit racisée ou non. Pour Black Panther, j’ai aussi bien adoré la mise en scène (décors, musique, costumes) que l’intrigue et les thématiques abordées. Mais surtout la valorisation du continent africain présenté sous ses plus beaux atours qui ma éblouie, tant de diversité ethnique, ça fait plaisir à voir. Pour Crazy Rich Asians, l’intrigue était une romance des plus basiques mais servie par un casting intégralement asiatique avec des thématiques qui leur sont propres, et j’ai adoré. J’ai adoré voir du bling-bling, une histoire d’amour contrariée et de magnifiques toilettes.
4. Ready Player One : Y a-t-il vraiment besoin d’expliquer la présence de ce film dans ce top ? Ready Player One du grand Spielberg a été le grande délir de l’année. L’univers est ouf, les références à la culture geek et aux années 80-90 sont foisonnantes. Tout le monde peut y retrouver un quelque chose qu’il connaît. Le film surfe à merveille sur la nostalgie même si certains éléments sont à prendre avec des pincettes. J’ai passé un excellent moment devant ce film et j’en ai pris plein les yeux.
5. BlacKkKlansman : Spike Lee nous démontre grâce à ce film que la question du racisme et de la place des noirs dans la société américaine sont toujours d’actualité. Il la dénonce toujours avec un aplomb mêlant comique et drame, des dialogues percutants et de qualité et une mise en scène dont il a le secret. Le duo d’acteurs est intéressant et l’intrigue inspirée de faits réels est judicieusement portée à l’écran. Un très bon film qui, à la lumière des tragiques événements de Charlotesville, devrait être vu par le plus grand nombre.
6. Parvana : Cette fable bouleversante d’une petite fille devant se travestir dans les rue de Kaboul m’a rappelé la chance que nous avons, nous occidentales, d’avoir un enseignement, d’être libre de circuler et de jouir de notre corps. C’est une histoire touchante portée par un casting authentique et une animation d’une grande beauté, qui fait honneur à cette région du monde défigurée par la guerre et les conflits idéologiques. Je le conseille vivement.
7. Mauvaise réputation : La question de la tradition qui doit être transmise à des générations plus jeunes mais en terre occidentale est une thématique qui me fascine autant qu’elle me dérange. Avec ce film, tiré d’une histoire vraie, c’est celle d’une adolescente chez une famille d’origine pakistanaise très conservatrice installée dans le nord de l’Europe qui, suite à un événement, va subir le rejet des siens et particulièrement de son père. Ça parle d’amour et de liberté, mais aussi de violence. C’est un film dur, percutant et difficile. C’est violent de voir un amour virer à la haine, de voir deux visions du monde se confronter, de voir un père faire les pires choses pour sauver l’honneur de sa famille. J’ai été bouleversée par ce film qui est criant de réalisme et par le jeu du père et de la fille.
8. La révolution silencieuse : Un film vu sur un coup de tête qui m’a beaucoup surprise. Lui aussi est tiré d’une histoire vrai et raconte l’action portée par une groupe d’élèves qui va résister à l’autorité en gardant le silence dans une Allemagne de l’est communiste. C’est un film historique avec une mise en scène et un scénario classiques mais bien mené. Ce qui est marquant, c’est la composition des personnages ainsi que la tension et l’intensité de certains dialogues. Un beau moment de cinéma.
9. La mort de Staline : Ce film m’a bien fait marrer. C’est une satire politique et historique sur les événements qui ont suivi la mort de Staline. Porté par des acteurs charismatiques à mourir de rire et une mise en scène très réussie. C’est à la fois comique, grotesque et absurde mais aussi tragique. J’ai retrouvé cet humour so british que j’affectionne. C’est divertissant et instructif, féru d’Histoire ou pas je vous le conseille vivement.
10. Une affaire de famille : Je suis tombée sous le charme de ce film sorti en fin d’année mais récompensé sur la croisette. Il montre un aspect d’un Japon moins clinquant et moins traditionnel, avec le quotidien d’une famille de marginaux, dont les liens forts se délitent suite à l’arrivée d’une petite fille. C’est un drame qui parle de la famille et des liens mais aussi de la survie. Les relations humaines sont ici décortiquées avec subtilité et simplicité, j’ai adoré.

1. 15 : 17 pour Paris : Un film sans intérêt et une mise en scène qui exalte le patriotisme et la figure du héros américain à outrance. C’est lent, long et soporifique. Seule la reconstitution de l’attentat est intéressante, contrairement à celle de l’Elysée qui est ridicule. Prendre les véritables héros de cet événement pour jouer dans le film est selon moi l’erreur majeure de ce film. J’ai perdu mon temps avec ce film qui m’a prise pour une c….e.
2. Darkest Minds : Je suis fatiguée des adaptations young adult de ce genre. C’est lassant et dommage de voir les mêmes rouages scénaristiques, les mêmes histoires ou les mêmes types de personnages. Ce qui fonctionne sur papier ne marche visiblement pas sur écran, en tout cas tel quel. C’est du teen movie sans rien d’original, à savoir déjà vu et donc prévisible. Les effets visuels ne sont pas exceptionnels, l’histoire est tirée par les cheveux et les enjeux ne sont pas prenants. Le casting n’est vraiment pas terrible et les personnages qu’il interprète ne sont pas attachants du tout. Le problème, c’est que ça va trop vite et le film ne prend pas le temps de se poser pour développer. Et mon dieu, la romance, elle prendre trop de place. Je m’attendais à beaucoup mieux mais je suis ressortie déçue.
3. Mortal Engines / Un raccourci dans le temps : Ces deux films, deux adaptations d’œuvres littéraires de jeunesse, se ressemblent à bien des égards. Ils sont très ambitieux, portés par de grands réalisateurs (ou en devenir) avec les meilleures intentions du monde mais qui se sont foiré. Pour Un raccourci dans le temps, que ce soit l’histoire, la performance des acteurs ou la mise en scène très stylisée, rien n’est à la hauteur. Je n’ai été convaincue par rien. Je me suis vraiment ennuyée avec cette morale simplette, cet abus du CGI et ces personnages manichéens. Pour ce qui est Mortal Engines, j’ai loué la performance visuelle du film et le concept de cet univers mais je suis restée de marbre devant le scénario et les enjeux. Et bien sûr, j’ai dormi pendant ces deux films, et ça c’est mauvais signe et ça mérite de figurer dans le flop.
4. Mamma Mia 2 : Autant j’ai adoré le premier Mamma Mia pour sa mise en scène kitsch, ses scènes musicales et ses acteurs, autant j’ai détesté la suite pour à peu près les mêmes raisons. Où est Meryl Streep ??? Les tubes d’ABBA utilisés pour cette suite sont beaucoup moins entraînants car moins connus. Je m’attendais à voir une histoire sur Sophia paniquée à l’idée d’être mère comme la bande annonce nous l’a promis, mais non, pas d’annonce de grossesse avant la fin du film. Les acteurs ne sont vraiment pas terribles, le scénario est presque inexistant ou mal exploité. Ça manque de rythme, d’une narration ou d’un enjeu clair. Seule l’actrice Lily James sauve à peu près les meubles. Ce film est une vraie déception et indigne du premier film.
5. Ocean’s 8 : Encore un film qui se revendique d’un film mythique mais qui n’est guère à la hauteur. Il faut arrêter de massacrer des licences avec des suites sans intérêt, de mettre un casting de femmes et de faire toute sa promo dessus. C’est une mauvaise copie du premier film qui ne raconte rien et qui se veut féministe mais qui tombe dans les clichés et stéréotypes de la femme vénale qui aime les belles choses, à savoir des vêtements et des bijoux. Je n’ai pas retrouvé la magie des dialogues, de la mise en scène ou de la direction des acteurs. C’est banal et sans profondeur. Je m’attendais à mieux, j’ai juste eu le droit à une mini sieste dans la salle de ciné.

 

Voila les tops et flops cinéma de l’équipe NiNeHank. Bohemian Rahpsody semble être le grand gagnant pour nous ! 2019 s’annonce aussi excellente, alors nous vous souhaitons une bonne année pleine de bons films ! 

En 20 ans, je n’ai rien fait sauf regarder des films. Je suis étudiante en cinéma et en écriture littéraire et cinématographique. Je suis accessoirement Serpentard et vraiment fière de l’être !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *