La fille muette - Un thriller addictif !

16/01/2019

Titre : La fille muette

Auteur : Michael Hjorth & Hans Rosenfeldt

Editions : Actes Noirs

Prix : 23,00 €

Parution : 10 octobre 2018

Nombre de pages : 480 pages

Genre : Thriller

Résumé : Dans une petite ville au coeur des forêts du Värmland, la famille Carlsten est sauvagement assassinée dans sa propre maison. L'enquête est confiée à la brigade criminelle et prend une tournure inattendue lorsque la police découvre qu'il existe un témoin : Nicole, dix ans, a disparu après avoir laissé ses empreintes de pieds dans le sang de son petit cousin. La police doit la retrouver avant que le tueur ne soit informé par les médias de son erreur. Lorsque Nicole est enfin localisée, après plusieurs jours de fuite, elle se trouve dans un état de choc profond. Incapable de prononcer le moindre mot, c'est par des dessins qu'elle parvient à exprimer son traumatisme. Le profiler Sebastian Bergman doit à tout prix réussir à sortir la fillette de son mutisme avant qu'il ne soit trop tard : le meurtrier semble prêt à tout pour faire en sorte qu'elle soit à jamais réduite au silence.

.

Avant de me plonger dans cette lecture je ne savais pas qu’il s’agissait du quatrième tome d’une saga plutôt populaire. Le point positif est que je n’ai ressenti aucune difficulté particulière de compréhension et cette histoire m’a d’ailleurs donné envie de découvrir les précédentes ! Un grand merci donc aux éditions Actes Noirs pour leur envoi. 

La fille muette est typiquement le genre de thrillers que j’aime. Prenant, intelligent, intriguant et surtout surprenant à bien des égards.

Surprenant par sa construction tout d’abord, notamment grâce au style des auteurs. J’ai trouvé ce dernier saccadé, incisif, presque brutal. Pour tout vous dire, la lecture de ce roman m’a fait l’effet d’une course à pied au bout de laquelle on est tellement essoufflé qu’on a du mal à s’en remettre. Le début est certes un peu lent mais très rapidement les différents éléments se mettent en place et l’ensemble devient véritablement haletant. L’action presque omniprésente et les nombreux rebondissements rendent donc cette l’enquête addictive quasiment du début à la fin.

Surprenant également grâce à ses personnages, et surtout Sebastian Bergman, l’anti-héros par excellence auquel on finit indéniablement par s’attacher. Alors qu’il est plutôt détesté par ses collègues qui n’éprouvent pas vraiment de sympathie à son égard, le lecteur, lui, le découvre également dans l’intimité avec ses failles et faiblesses. Je pense d’ailleurs que c’est la seule fois au cours de ma lecture où j’aurais aimé avoir lu les tomes précédents.

Surprenant, enfin, pour son cadre. Comme je vous l’ai dit lors de ma chronique précédente, j’aimerais voyager un peu plus cette année grâce à la littérature et en l’occurrence, en plus de me proposer une intrigue maîtrisée, La fille muette m’a offert une visite guidée de la Suède. Alors certes les descriptions ne sont pas nombreuses mais le fait que les auteurs s’attardent régulièrement sur des sujets liés au pays, comme la politique ou la vie en société, a suffi pour m’immerger pleinement dans cette histoire. 

Mon seul bémol concerne la fin et la résolution qui aurait pu être moins prévisible, notamment au niveau de l’identité du coupable. Je ne sais pas vraiment si c’est de ma faute parce que j’ai tendance à trop réfléchir quand je lis un thriller ou si c’est dû à l’intrigue, mais j’ai rapidement deviné qui était le meurtrier. Heureusement que l’explication, très intéressante, a rattrapé la fin qui m’a beaucoup plu ! 

En somme, j’ai donc passé un très bon moment avec des personnages aux psychologies étudiées et évoluant dans un contexte original et plein de surprises. Je suis par conséquent impatient de découvrir les autres romans de cette saga dont La fille muette me semble être une excellente promesse ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *