La Reine Rouge - Une lecture dense mais passionnante !

11/01/2019

Titre : La Reine Rouge (L'intégrale)

Auteur : Mark Lawrence

Editions : Bragelonne

Prix : 25,00 €

Parution : 14 novembre 2018

Nombre de pages : 1199 pages

Genre : Fantasy

Résumé : La Reine Rouge est crainte dans tout l’Empire Brisé.
Lâche, tricheur et séducteur invétéré, son petit-fils le prince Jalan ne figure qu’en dixième position dans la ligne de succession. Tandis que la souveraine façonne la destinée de millions de sujets, Jalan, lui, s’adonne à ses plaisirs coupables. Jusqu’au jour où il croise le chemin de Snorri, un colosse armé d’une hache décidé à venger sa famille. Le voilà entraîné vers le Nord glacé, dans un voyage mortel où il découvrira à ses risques et périls le véritable secret de la Reine Rouge…

.

Je n’avais jamais rien lu de cet auteur avant cette trilogie mais j’en avais entendu beaucoup de bien. Je crois d’ailleurs que celle-ci fait partie du même univers qu’une autre saga mais sachez que même sans l’avoir lue, je n’ai eu aucun problème de compréhension. D’ailleurs, cette lecture m’a vraiment donné envie de me plonger dans le reste de la bibliographie de l’auteur car j’ai passé un excellent moment de lecture pour lequel je remercie les éditions Bragelonne. 

La Reine Rouge est typiquement le genre d’histoires que j’aime ! C’est de la bonne fantasy épique, avec de la magie, différents peuples, un système politique intéressant et des personnages hauts en couleurs. Au cours des 1200 pages, l’auteur prend le temps d’élargir un peu plus son univers, ce qui garantit une immersion quasi immédiate, surtout si, comme moi, vous décidez d’enchaîner les trois tomes. J’ai particulièrement apprécié le fait que l’auteur ait pris le temps d’approfondir le monde qu’il a créé, en rajoutant constamment de nouveaux éléments afin d’enrichir et de rendre plus originale une base, somme toute, assez classique. 

Je ne vais peut-être pas revenir sur les intrigues des trois tomes, d’autant qu’il y a pas mal de mystères et de secrets qui planent au-dessus de cette histoire, en revanche je vais m’attarder un peu plus longtemps sur le premier. Intitulé Le Prince des fous, il porte finalement bien son nom. On y rencontre en effet Jalan, un prince assez atypique dont le statut (seulement en dixième position dans la ligne de succession) lui permet de profiter de la vie sans trop se mêler des affaires de la cour, qui ne le concernent pas tant que ça. Le jour où il rencontre Snorri, un viking charismatique au passé trouble et aux motivations sombres, son quotidien bascule littéralement puisqu’il se retrouve embarqué dans une quête périlleuse dont il ne sortira pas indemne…

J’ai adoré suivre les péripéties de ces deux protagonistes, qu’on pourrait presque qualifier d’anti-héros mais auxquels on finit immanquablement par s’attacher. Snorri, notamment, s’est révélé être un personnage étonnant aussi bien par son histoire que par ses réactions. Jalan, de l’autre côté, m’a paru plus difficile à cerner. Un coup détestable, un coup vulnérable, je n’ai pas cessé de changer d’avis le concernant tout au long de ma lecture. Et puis il y a évidemment ce « secret » qui concerne la fameuse Reine Rouge et qui a titillé dès le départ ma curiosité. En parlant de cela, j’ai d’ailleurs trouvé l’auteur particulièrement sadique car il prend un malin plaisir à distiller les réponses ici et là tout en restant vague. Une bonne façon de tenir le lecteur en haleine et de le pousser à lire encore un chapitre avant d’aller se coucher.

En conclusion, j’ai vraiment adoré cette trilogie dont je ne peux malheureusement pas vous parler en détails au risque de vous spoiler mais qui vaut le coup d’être lue. Il s’agit d’une histoire pleine de rebondissements, de complots politiques et de magie, au style très abordable qui permet de s’y immerger de la première à la dernière page !  

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
2 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *