L'Ange : WTF ?!

08/01/2019

Titre : L'Ange

Réalisateur : Luis Ortega

Avec : Lorenzo Ferro, Chino Darín, Daniel Fanego, Mercedes Morán, Malena Villa, Cecilia Roth, Luis Gnecco, Peter Lanzani, ...

Genre : Biopic, Drame, Judiciaire

Durée : 2h

Nationalité : Argentin, Espagnol

Sortie : 9 janvier 2019

Résumé : Buenos Aires, 1971. Carlitos est un adolescent de 17 ans au visage d’ange à qui personne ne résiste. Ce qu’il veut il l’obtient. Au lycée, sa route croise celle de Ramon. Ensemble ils forment un duo trouble au charme vénéneux. Ils s’engagent sur un chemin fait de vols, de mensonges où tuer devient bientôt une façon de s’exprimer...

J’ai eu beaucoup de mal à donner une note à ce film. Et j’ai même beaucoup de mal à en faire une critique, puisqu’il m’a laissée sans voix. Je ne sais pas comment le décrire et décrire exactement ce que j’ai ressenti en le regardant. Il est vraiment spécial. Je n’ai, personnellement, jamais regardé un tel film. 

Tout d’abord, la cinématographie est incroyable. Les images sont magnifiques. J’ai découvert Buenos Aires au travers du film et la ville est juste sublime. Honnêtement, je n’ai rien à redire là-dessus : la mise en scène est vraiment belle. La bande-son est prenante également. Et elle est représentative du film : de la musique aux vêtements aux personnages à l’intrigue en passant même par la cinématographie, tout est très rock’n’roll

Le jeu d’acteur est très bon aussi. J’ai personnellement eu un coup de cœur pour Daniel Fanego, qui interprète le père de Ramon (l’ami de Carlitos, le personnage principal). Il a un charisme de malade et une voix très rauque extrêmement belle. Et je dois reconnaître que dans ce film, tous les acteurs ont un très très bon jeu. 

Mais je me suis quand même énormément ennuyée devant. Pas tout le temps car certaines scènes et plusieurs répliques m’ont fait sourire, voire rire. Puis vers la fin, les choses s’accélèrent et j’avoue que j’ai été complètement captivée par les événements qu’il dépeignait. Mais je me suis quand même très majoritairement ennuyée devant. Ce n’est pas un film grand public, au contraire. C’est assez perché. 

Dans l’ensemble, j’ai quand même aimé le message final qu’a voulu faire passer le film. Carlitos, avec sa belle bouille, ses boucles blondes et son visage féminin, est comparé à un ange (il est donc « L’Ange » du titre). Mais il n’a réellement d’angélique que le physique. C’est un malade mental sociopathe. Et comme dit dans le film, L’Ange réfute donc ainsi les théories selon lesquelles les délinquants sont forcément des personnes laides et/ou basanées. Donc en conclusion, je reste assez perplexe devant. 

.

Passionnée par les sushis, j’ai appris à maîtriser cet art en regardant mes séries télé préférées. Entre deux makis, je m’intéresse aussi à l’univers d’Harry Potter, de Disney, au cinéma et à la photographie. Sinon, est-ce que je vous ai dit que j’aimais les sushis ?
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *