Le Magicien d’Oz – Après Poucette, la déception continue...

18/01/2019

Titre : Le Magicien d'Oz

Auteur : Sébastien Perez (auteur), Benjamin Lacombe (illustrateur)

Editions : Albin Michel Jeunesse

Prix : 25,00 €

Parution : 7 novembre 2018

Nombre de pages : 120 pages

Genre : Conte

Résumé : L'histoire du Magicien d'Oz est racontée ici par l'épouvantail donnant un ton naïf à cette quête où cheminent ensemble des personnages très disparates (Dorothy sans moyen de rentrer chez elle, l'épouvantail sans cerveau, l'homme de fer sans cœur, le lion sans courage et le chien Toto). Effrayés par le pouvoir d'Oz et des sorcières, obnubilés par le Palais d' Émeraude, ils s'apercevront qu'ils portent en eux ce qu'ils cherchaient ailleurs. Le style est alerte, les dialogues sont légers.
Points de vue et échelles, portraits attendrissants, motifs arts déco, omniprésence du vert émeraude donnée par un pantone vert irisé : les images de Benjamin Lacombe imprègnent le récit d'une atmosphère magnétique et troublante, loin du kitsch et du maniéré souvent associés à cette histoire. Une transposition et un renouvellement graphique audacieux.

.

Je remercie les éditions Albin Michel Jeunesse pour l’envoi de cet ouvrage. C’est le second de la nouvelle collection de classiques illustrés dirigée par Benjamin Lacombe que je lis, après Poucette. Ayant moyennement apprécié ce dernier, je plaçais d’autant plus d’espoirs en Le Magicien d’Oz. Malheureusement, une fois de plus, la sauce n’a pas pris.

 

Dans un sens, on pourrait dire que j’ai moyennement apprécié ce livre pour les raisons inverses par rapport à Poucette.

 

En effet, ici, aucun problème avec les illustrations, au contraire. J’avais déjà adoré l’art de Benjamin Lacombe dans le premier volet des Contes Macabres, je partais donc en toute connaissance de cause. Concernant Le Magicien d’Oz, je suis très fan des doubles-pages entièrement illustrées que je trouve vraiment majestueuses, oui, c’est le mot. J’ai un peu moins apprécié les petites illustrations qui accompagnent les pages où il y a du texte, trop monochromes à mon goût (les traits en noir, pas de remplissage ou remplissage exclusivement vert), mais cela reste logique et en lien avec l’histoire, le vert étant une composante importante de cette dernière.  

 

Non, ici, ce qui m’a gênée, c’est l’intrigue. Je ne connaissais pas Le Magicien d’Oz (en dehors de l’adaptation préquelle de Disney, Le Monde fantastique d’Oz), j’étais donc curieuse de découvrir l’histoire et c’est l’une des raisons (en plus de la présence de Benjamin Lacombe aux illustrations) qui m’ont poussée à jeter mon dévolu sur ce livre. Et au final, je suis très mitigée face à ce récit. L’intrigue, les personnages, rien ne m’a emballée plus que ça. J’ai bien cru à un moment que l’histoire se terminerait sur une belle morale (les personnages courent tous après quelque chose qui au final est déjà ancré en eux dès le départ) mais en fait non, même pas (je pense que ceux qui connaissent l’histoire comprendront de quoi je parle, du moins je l’espère). Et je ne suis pas non plus convaincue par la lecture sous-jacente (point abordé en fin de roman) que l’on peut faire de cette œuvre, ou si pas convaincue, pas intéressée…

 

En bref, après deux ouvrages lus dans cette collection, je n’arrive pas à accrocher. Cependant, c’est à chaque fois pour une raison différente, ce qui me laisse penser que la troisième fois sera peut-être la bonne… Je redonnerai donc encore une chance à cette collection, peut-être en lisant Pinocchio (déjà paru) ou l’un des prochains titres !  

.

Petite belge âgée de 25 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *