Leto : un chef-d'oeuvre en noir et blanc

16/01/2019

Titre : Leto

Réalisateur : Kirill Serebrennikov

Avec : Roman Bilyk, Irina Starshenbaum, Teo Yoo, ...

Genre : Drame, Biopic

Durée : 2h06

Nationalité : Russe

Sortie : 5 décembre 2018

Résumé : Leningrad. Un été du début des années 80. En amont de la Perestroïka, les disques de Lou Reed et de David Bowie s'échangent en contrebande, et une scène rock émerge. Mike et sa femme, la belle Natacha, rencontrent le jeune Viktor Tsoï. Entourés d’une nouvelle génération de musiciens, ils vont changer le cours du rock’n’roll en Union Soviétique.

Début des années 80, à Leningrad en Russie, le rock émerge doucement et l’été est doux. Le pays, le monde entier est en plein changement, c’est le début d’une nouvelle ère et c’est ce que ce film retranscrit. A travers ce biopic de deux figures du rock russe,  Mike et Viktor Tsoï, c’est un monde, un couple et une jeunesse en pleine mutation que l’ont suit. Le film est assez particulier, il mélange de nombreux genres : drame, biopic, musical, historique. De plus le sujet, le rock dans la Russie des années 80, n’était pour moi pas très engageant. Sans compter que le film est en noir et blanc, ce qui peut rebuter beaucoup de gens. Mais spoiler alerte, pour moi ce film est un vrai chef-d’oeuvre. Ce film faisait partie de la sélection officielle du festival de Cannes 2018 mais n’a reçu aucun prix, ce qui pour moi est très étonnant. C’est un film rare, comme on en a peu vu. Le sujet est très intéressant : même si la musique et le rock ne font pas partie de vos centres d’intérêt, c’est un film qui saura vous captiver.

Les personnages sont tous très intéressants et bien écrits, ils ont tous leur importance ainsi qu’un intérêt dans l’histoire. Viktor, Natasha et Mike forment un beau trio, ils sont complexes ensemble comme individuellement. Ils sont plus qu’un simple triangle amoureux, chacun existe indépendamment des autres. Natasha est une femme forte, et bien qu’elle subisse malgré elle certains effets de son époque (femme au foyer, forcément attachée à un homme), son personnage est très intéressant. Les personnages secondaires sont tout aussi importants et complexes. Le côté groupe de rock dans les années 80 est aussi passionnant à suivre. Ce milieu est si spécifique qu’il en devient immersif. Esthétiquement on est vraiment transporté, on retrouve le style soviétique et surtout cet aspect si spécial des années 80. 

Je dois avouer que je ne connais pas du tout le rock russe, et que pour le coup je ne sais pas si le biopic est correct. Mais l’histoire est très attachante, et comme je l’ai dit, les personnages sont intéressant. Malgré tout je trouve que le scénario a un vrai coup de mou vers la deuxième heure. La pseudo romance entre Viktor et Natasha n’est pas si intéressante et surtout tourne un peu en rond.  C’est clairement pour moi le point faible du film. Bien que le scénario soit extrêmement bien écrit et que tout soit relativement fluide, cette relation prend un peu trop de place à mon goût. Malgré tout, l’histoire avance bien et le rythme est très entraînant. 

La musique a une part primordiale dans le film. Elle rythme l’histoire et les différentes scènes. Que ce soit la musique jouée par le groupe de Mike, celui de Viktor ou bien des musiques connues de l’époque, elles aident la narration et sont toutes importantes. Les musiques sont des scènes à part entière, où pendant quelques minutes les personnages ne sont plus, ils chantent et dansent comme si le temps s’arrêtait. Cet aspect irréaliste est mis en avant avec des dessins qui apparaissent sur l’écran. Les scènes musicales sont particulièrement belles à voir, et sont pour moi la raison pour laquelle le film est unique en son genre. Le film est en noir et blanc, le travail des gris est très beau et cela paraît presque naturel qu’il soit ainsi et pas en couleurs. 

L’ambiance que dégage le film est vraiment prenante, on s’ennuie peu, le mélange de scènes banales et excentriques est très bien fait, on a presque l’impression de faire partie de ce groupe d’amis et de ressentir cette pression du rock « ennemi » pour la Russie. Je pensais avoir du mal avec la langue russe qui m’est vraiment étrangère et qui me paressait très « stricte », mais en réalité les musiques peuvent être très douces et puis c’est une langue qui transporte vraiment si on ne la connaît pas.

Pour moi c’est un des meilleurs films de la sélection 2018 du festival de Cannes. Le scénario est bien écrit, les personnages également. C’est un vrai film artistique qui tente et réussit ce qu’il entreprend. Je vous conseille, si vous avez aimé le film, d’écouter l’album qui reprend toutes les musiques du film (celles en russe comme celles en anglais, mais aussi une en français). 

Je ne peux que conseiller ce film qui est vraiment frais, original et unique !

.

En 20 ans, je n’ai rien fait sauf regarder des films. Je suis étudiante en cinéma et en écriture littéraire et cinématographique. Je suis accessoirement Serpentard et vraiment fière de l’être !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *