Monteperdido - Sombre et angoissant !

14/01/2019

Titre : Monteperdido

Auteur : Agustín Martínez

Editions : Babel Noir

Prix : 9,80 €

Parution : 7 novembre 2018

Nombre de pages : 459 pages

Genre : Thriller

Résumé : Monteperdido : un village de montagne acculé aux plus hauts pics des Pyrénées. Des routes sinueuses, impraticables en hiver, des congères, des rivières qui débordent. C'est là que disparaissent un jour deux fillettes de onze ans qui, comme tous les soirs, traversaient la pinède de retour du collège. Malgré la mobilisation exemplaire du village, on n'a jamais retrouvé leur trace. Cinq ans plus tard, au fond d'un ravin, on découvre une voiture accidentée et le cadavre d'un homme. A ses côtés, une adolescente désorientée mais vivante : Ana, une des fillettes disparues. Si l'autre est toujours en vie, le temps presse. Deux inspecteurs de Madrid viennent rouvrir l'enquête mais se heurtent à l'hostilité des habitants, prêts à lutter jusqu'à la mort pour cacher leurs terrifiants secrets. Il apparaît pourtant qu'Ana connaît son ravisseur. Est-ce uniquement la peur et la proximité de son bourreau qui la musellent ? Un roman puissant, âpre et vertigineux à l'image de son saisissant décor.

.

En 2019, l’une mes principales résolutions livresques est de voyager un peu plus à travers mes lectures, ce qui passe forcément par la découverte de nouveaux auteurs. J’ai en effet pour habitude de principalement lire des histoires écrites par des anglo-saxons ou des français qui les situent assez logiquement dans leur pays de résidence. Avec Monteperdido, je suis donc sorti de ma zone de confort en partant dans les Pyrénées sous la plume d’un auteur espagnol. Et je dois dire que j’ai passé un très bon moment pour lequel je remercie les éditions Babel Noir. 

Contrairement à l’image de l’Espagne traditionnellement véhiculée, à savoir un pays chaud, festif et propice à la détente, Agustín Martínez a décidé de dévoiler un côté plus sombre, plus angoissant, voire tabou. Un village brumeux, perdu dans les montagnes où tout le monde se connaît et se déteste. Où les secrets des uns profitent aux autres. Et où les disparitions mystérieuses sont aussi fréquentes que les meurtres sanglants. C’est dans ce décor que l’auteur a choisi de poser son intrigue aux multiples rebondissements. 

Monteperdido est sans conteste un thriller atmosphérique. Un de ceux qui vous rendent heureux d’être au chaud sous votre couette et non pas au fond d’un ravin, une jambe cassée et de la boue jusqu’au menton. C’est pourtant là où vont devoir se rendre les deux inspecteurs de Madrid, venus enquêter sur une affaire datant d’il y a cinq ans. J’ai adoré ces deux flics, Sara et Santiago, qui forment une équipe pour le moins atypique dont les deux membres sont aussi charismatiques que caractériels.
Lorsqu’ils arrivent au village, le moins qu’on puisse dire est qu’ils se retrouvent confrontés à des habitants plus qu’hostiles. On sent que ces derniers ne souhaitent pas voir deux « citadins » venir fouiner dans leurs affaires, d’autant que chaque villageois semble dissimuler une part d’ombre qui le fait paraître coupable. 
A mesure que les fausses pistes s’accumulent, de troublantes révélations émergent au grand jour et viennent perturber les deux enquêteurs qui, à chaque décision prise, s’éloignent un peu plus de la vérité… 

J’ai trouvé l’enquête passionnante, bien qu’un poil trop longue et la fin m’a ravi car elle ne s’inscrit pas dans les dynamiques des thrillers actuellement sur le marché. Il me semble toutefois que le roman aurait gagné en dynamisme avec des chapitres plus courts et moins de descriptions qui participent certes à instaurer cette ambiance singulière mais qui alourdissent également le récit.

En somme, cette lecture m’a permis de m’éloigner un peu des thrillers modernes qui se ressemblent de plus en plus et je pense que s’il avait été mieux équilibré, j’aurais certainement eu un coup de cœur pour ce roman. Je recommande donc ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *