Un si petit oiseau - Coup de cœur massif !

22/01/2019

Titre : Un si petit oiseau

Auteur : Marie Pavlenko

Editions : Flammarion

Prix : 17,50 €

Parution : 2 janvier 2019

Nombre de pages : 390 pages

Genre : Tranche de vie

Résumé : Elle ferme les yeux, écoute la nuit, elle sent battre le coeur de la Terre, sous elle, celui des hommes, des arbres, des animaux, ce coeur nocturne qui bat depuis le commencement, qui battra après elle. Elle appartient à ce monde immense. Et son bras, peut-être, alors, est dérisoire.

.

Cela fait quelques années que ma première lecture de janvier est systématiquement un coup de cœur. C’était vraiment un chouette constat, puisque je commençais vraiment l’année du bon pied, avec un roman que je portais avec moi pendant de longs mois. Mais forcément, cet état de grâce ne pouvait pas durer toujours et cette année, ma première lecture n’a pas été un coup de cœur. Sans forcément que ce soit une mauvaise lecture, je sais que ce ne sera pas une lecture emblématique pour 2019.

Pour remédier à ça, je me suis tournée vers une auteure dont j’ai réellement aimé tous les livres que j’ai lus, en me disant que je ne pourrais pas être déçue. Rappelez-vous, je vous avais parlé de Marie Pavlenko lorsque j’avais lu son roman Je suis ton soleil, un peu par hasard, il y a quelques années. J’avais été transportée par la capacité de l’auteure à mettre en scène des personnages d’une grande justesse. Vous l’aurez compris, je me disais qu’avec son nouveau roman, je ne pouvais pas me tromper.

Et verdict, ça donne quoi ?

Une fois de plus, Marie Pavlenko a su conquérir mon cœur et a fait – à mon sens – un sans faute.

Pourtant ce n’était pas forcément très bien parti pour moi. Le roman s’ouvre avec la description très graphique d’un accident de voiture. Cela ne dure qu’une ou deux pages, mais moi qui suis un peu sensible, je vous assure que je ne m’attendais pas à ça. Suite à cet accident, Abi, le personnage principal, a perdu son bras droit et doit apprendre à vivre avec ce nouveau corps qu’elle ne (re)connaît pas. Je vais peut-être sembler avoir un cœur de pierre, mais j’ai en général du mal à m’attacher à des personnages qui traversent des expériences vraiment très éloignées de celles que j’ai pu vivre moi aussi. Quand j’ai compris que le roman allait suivre le parcours d’Abi, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que « bon tant pis », ce roman ne serait pas un coup de cœur comme l’avait été Je suis ton soleil.

Bien évidemment, je me trompais.

Encore une fois, Marie Pavlenko a tout juste dans ce roman parce qu’elle ne tombe ni dans le pathos, ni dans le désespoir. Bien au contraire, l’espoir, ce roman en est rempli.

Si j’ai effectivement eu du mal à me mettre à la place d’Abi – ayant la chance de n’avoir jamais eu de blessure plus importante qu’une déchirure des ligaments – j’ai pourtant passé un moment complètement incroyable avec ce roman. À mon sens, la force de ce récit réside dans la multiplicité des points de vue, puisqu’on suit non seulement Abi mais aussi ses parents, sa tante et sa sœur dans leur quotidien d’après l’accident. A la lecture du livre, on voit clairement que si Abi est celle qui souffre concrètement de l’accident, tous ses proches sont impactés avec des conséquences que je n’aurais même pas envisagées avant de lire ce roman.

Le deuil, la colère, le sentiment d’impuissance, mais aussi la joie et le rire : finalement j’ai retrouvé dans Un si petit oiseau tous les ingrédients qui avaient fait de ma lecture de Je suis ton soleil un coup de cœur monumental que je continue à conseiller et à offrir.

Je vous laisse donc avec le même conseil que dans ma dernière chronique sur un ouvrage de Marie Pavlenko : courez vers la librairie ou la bibliothèque la plus proche, procurez-vous ce roman et lisez-le au plus vite.

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *