Une présence dans la nuit - Original et prenant !

30/01/2019

Titre : Une présence dans la nuit

Auteur : Emily Elgar

Editions : Belfond

Prix : 21,00 €

Parution : 15 novembre 2018

Nombre de pages : 395 pages

Genre : Thriller

Résumé : Vie parfaite ou parfait mensonge ? Nouvelle venue sur la scène du suspense psychologique à l'anglaise, Emily Elgar livre un roman compulsif et émouvant, à recommander à tous les fans de Clare Mackintosh et de Fiona Barton.
Infirmière en soins intensifs, Alice Taylor le sait : séparer travail et sentiments est primordial dans son métier. Mais l'arrivée d'une nouvelle patiente fait bientôt chavirer cette ligne de conduite...
Fauchée par un automobiliste anonyme, Cassie Jensen est plongée dans un coma dont personne ne sait si elle sortira un jour. Mais alors que la famille de la jeune femme se précipite à son chevet, Alice s'interroge : pourquoi nul ne semble dévasté de chagrin ? Ignorent-ils tous la grossesse de Cassie ? Se pourrait-il qu'elle ait caché d'autres secrets à ses proches ?
De son lit, face à celui de Cassie, Frank aussi observe. Il sait que Cassie est en danger ; il connaît même l'identité du chauffard et son mobile. Pourtant, Frank ne peut rien révéler. Atteint du syndrome d'enfermement, cet homme est prisonnier de son propre corps, et seules ses paupières peuvent bouger... Mais parviendra-t-il à se faire comprendre d'Alice, avant qu'il ne soit trop tard ?

.

J’ai immédiatement été attiré par le résumé qui promettait un thriller addictif et plutôt original. J’étais en effet particulièrement intrigué par cet espèce de huis clos dans une chambre d’hôpital au sein duquel trois points de vue vont s’alterner. Très rapidement je me suis pris au jeu proposé par l’auteure et je dois dire que j’ai passé un excellent moment pour lequel je remercie les éditions Belfond.

Je pense que ce que j’ai préféré au cours de ma lecture, c’est le sentiment de frustration que celle-ci m’a procuré. Pour que vous compreniez mieux, je vous laisse imaginer trois protagonistes : Alice, Cassie et Frank. La première est une infirmière passionnée par son travail qui s’attache tellement à ses patients qu’elle passe plus de temps à l’hôpital que chez elle. La seconde, victime d’un accident, se retrouve dans le coma et dissimule ainsi malgré elle de lourds secrets susceptibles de la mettre en danger. Et enfin, le troisième (c’est à mon sens le personnage le plus intéressant et touchant), Frank, qui semble tout savoir mais qui est incapable d’agir à cause du syndrome d’enfermement dont il est atteint. La frustration que j’ai ressentie émane donc de ce trio car ensemble ils pourraient facilement résoudre le mystère qui entoure l’accident de Cassie mais le fait est qu’ils sont dans l’incapacité d’interagir les uns avec les autres ! Il s’agit donc d’un procédé narratif très intéressant que l’auteure est parvenue à maîtriser avec brio.

D’autre part, j’ai adoré le style d’Emily Elgar et le rythme qu’elle a réussi à instaurer. Entre l’alternance des points de vue, les flashbacks, les chapitres courts et les révélations, je me suis retrouvé à tourner les pages avec frénésie afin d’arriver le plus rapidement possible à la fin pour connaître le dénouement. Ce que j’ai également beaucoup apprécié, c’est la profondeur sentimentale incorporée par l’auteure dans son roman qui est autant un thriller psychologique qu’une histoire émouvante et pleine d’espoir. On s’attache très rapidement aux protagonistes et c’est presque avec regret qu’on referme le roman tant on n’a pas envie de les quitter.

Mon seul bémol concerne l’absence d’un gros twist à la fin qui serait venu tout remettre en cause. En l’occurrence, Emily Elgar a privilégié une intrigue plus « linéaire », certes plus régulière (plusieurs petits retournements de situation tout au long du roman) mais moins surprenante. Il n’empêche que j’ai tout de même passé un excellent moment de lecture (d’autant qu’il s’agit d’un premier roman) et je suis d’ores et déjà impatient de découvrir le prochain titre de l’auteure ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *