La Tempête - La conclusion d'une trilogie dont je me suis lassé...

19/02/2019

Titre : La Tempête

Auteur : Alwyn Hamilton

Editions : Pocket Jeunesse

Prix : 18,90 €

Parution : 18 octobre 2018

Nombre de pages : 432 pages

Genre : Young Adult / Fantasy

Résumé : Le destin du désert repose entre ses mains
Les rebelles sont anéantis : la plupart d'entre eux ont été capturés ou tués. Amani a été épargnée mais n'a plus le choix : à présent, elle doit agir. Accompagnée de son armée desquelettes rebelles, elle se lance dans une mission de sauvetage à travers le désert hostile. Mais serat- elle capable de prendre seule la tête de la rébellion et de mener à bien cette dangereuse expédition ?

.

Avant toute chose, sachez que le premier tome de cette trilogie ne m’avait à l’époque pas franchement séduit. J’avais en effet trouvé que le mélange des genres était déboussolant (magie/armes à feu) et l’intrigue plutôt expéditive. La fin m’avait cependant donné envie de me plonger dans la suite qui s’est révélée être une excellente surprise ! J’avais adoré la direction choisie par l’auteure, les prises de risques et les nombreux rebondissements. Par conséquent, j’étais assez excité à l’idée de connaître le dénouement de toute cette histoire qui m’a finalement déçu… Je remercie néanmoins les éditions Pocket Jeunesse pour leur envoi. 

En réalité, ce dernier tome n’est pas vraiment mauvais. Même si j’ai déjà lu mieux, j’ai très certainement lu bien pire ! Le problème vient de moi et du temps qui s’est écoulé entre le moment où j’ai fini le deuxième tome et où j’ai commencé celui-ci (plus d’un an). Bien qu’en règle générale attendre longtemps ne me dérange pas, j’ai développé en l’occurrence une forme de lassitude, que ce soit à l’égard de l’histoire ou des personnages. Je me suis en effet rendu compte que je n’étais pas tellement attaché à ces derniers au point de ne plus me rappeler ce qui leur était arrivé… Pour vous dire la vérité, j’ai même dû consulter un résumé bien spoilant avant d’entamer La Tempête. Malheureusement, même cela n’a pas suffi à me replonger dans l’ambiance de cette trilogie… 

J’ai tout d’abord eu du mal à me souvenir de tous les personnages tellement ils sont nombreux. Car même si l’intrigue gravite essentiellement autour de cinq/six protagonistes principaux, il y a également pas mal d’intervenants secondaires dont les apparitions participent à l’avancée de la narration (il est donc important de connaître leurs rôles au risque d’être complètement perdu). 
D’autre part, le rythme de ce troisième tome m’a paru assez inégal avec des pics d’intensité bourrés d’action, immédiatement suivis de longueurs qui auraient largement pu être évitées. Je me suis donc souvent ennuyé au cours de ma lecture malgré certains passages émouvants, voire choquants.
Enfin, j’ai l’impression que l’auteure a souhaité rendre ce dernier tome épique sans vraiment y parvenir. L’intrigue m’a bien souvent semblé maladroite, comme si Alwyn Hamilton s’était sentie obligée de proposer une histoire dont elle ne maîtrisait pas les codes avec une quête trop superficielle, des choix discutables et un développement scénaristique décevant… 

Malgré tout, j’ai adoré la mythologie imaginée par l’auteure avec un système magique très original et des scènes de combats mémorables. Alwyn Hamilton a indéniablement un talent de conteuse puisque en dépit de tous les points négatifs précédemment évoqués, à aucun moment je n’ai souhaité abandonner ma lecture. Je trouve donc d’autant plus dommage qu’elle se soit perdue en route car l’histoire avait un réel potentiel malheureusement gâché…

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *