Sœurs de cœur – Très jeunesse et trop déjà-vu

25/02/2019

Titre : Sœurs de cœur

Auteur : Salla Simukka

Editions : Hachette

Prix : 12,90 €

Parution : 2 janvier 2019

Nombre de pages : 176 pages

Genre : Jeunesse, conte

Résumé : Un étrange hiver s’est abattu sur la ville. Peu à peu, le froid glace le cœur des hommes. Et seule Alice semble s’en rendre compte.

Mais une simple libellule va tout changer. Intriguée par ses ailes couleur de l’arc-en-ciel, Alice la suit, tombe… et n’arrête plus de tomber.

Elle se réveille dans un endroit merveilleux : le pays des sœurs. C’est là qu’elle rencontre Océane, sa future meilleure amie. Ensemble, elles découvrent des créatures enchantées. Ensemble, elles partent à la recherche d’histoires oubliées. Et ensemble, elles devront affronter la reine Lili, qui veut ensevelir le monde sous un hiver éternel…

.

Je remercie les éditions Hachette pour l’envoi de ce livre. C’est surtout la mention d’Alice au pays des merveilles et de La reine des neiges dans la présentation de l’ouvrage qui m’ont poussée à le demander, plus le fait que ça m’avait tout l’air d’être un joli conte idéal pour l’hiver. Après ma lecture, je peux vous dire que c’est bien le cas, mais malheureusement je n’ai pas été transportée plus que cela par cette lecture.

D’ailleurs, ma chronique sera certainement assez courte puisque je n’ai pas grand-chose à dire sur cette histoire. Déjà, clairement je ne suis pas le public visé puisque je pense que ce livre est destiné aux enfants à partir de 8 ans. Mais malgré ça, parfois, je m’aventure à lire des livres qui ne me sont pas destinés à la base et ça paye quand même puisque ça peut aboutir à de belles découvertes. « Sœurs de cœur » n’est certes pas une découverte désagréable (l’amitié profonde qui lie Alice et Océane est belle à lire, on est immergé dans ce monde imaginaire tout du long), mais je suis restée assez hermétique au tout, et ce pour une raison principalement : pour moi, le livre se repose trop sur des histoires déjà existantes.

Évidemment, les références les plus flagrantes concernent Alice au pays des merveilles (l’arrivée à Sororland se fait par une sorte de passage souterrain rappelant le terrier, il y a des fleurs chantantes, des créatures imaginaires aux noms parfois farfelus comme les loubellules, …) et La reine des neiges (la reine Lili, le palais Neigefort, …), l’influence de ceux-ci étant si forte qu’un passage de chaque est cité en début de roman. Mais pas que. J’ai également retrouvé des détails empruntés à Peter Pan, et même un précisément à Harry Potter (du moins c’est mon ressenti, mais je reconnais que c’est subjectif pour ce point), et j’en ai certainement loupé d’autres. Et ça m’a ennuyée parce que tout du long, je n’ai pas arrêté de me dire « ah tiens, ça, ça vient de tel livre » ; je n’ai pas su me détacher des contes déjà existants et ayant fortement inspiré celui-ci pour lui trouver une véritable identité.

Concernant la plume, elle conviendra parfaitement aux plus jeunes (beaucoup de dialogues et peu de descriptions ou d’introspection), tout comme la longueur du roman (176 pages). Le livre est divisé en plusieurs parties et les chapitres sont vraiment courts, ce qui rend la lecture encore plus rapide. Mais vous vous doutez que de ce fait, l’histoire reste assez simple et peu développée.

En bref, ça ne l’a pas fait avec moi mais n’hésitez pas à acheter ce livre à de (très) jeunes ados, ils devraient adorer ! De plus, je recommande vraiment la lecture de ce livre en plein hiver au coin du feu, pour une immersion encore plus grande.

.

Petite belge âgée de 25 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *