Un texte inédit de Tolkien retrouvé !

23/02/2019

On le connaît pour ses romans à succès Le Seigneur des Anneaux ou encore Le Hobbit. Cette fois, il revient avec un texte inédit et original : une étude intitulée Clarendon Chaucer, sur l’œuvre du poète anglais du XVe siècle, Geoffey Chaucer (connu notamment pour Les Contes de Canterbury). Cette étude avait été abandonnée par Tolkien après trente ans de travail.

On doit cette découverte littéraire au professeur John M. Bowers qui, dans un ouvrage à paraître en septembre prochain, rassemblera les lettres et les conférences de Tolkien, et développera l’histoire de tous ces textes inédits, avec des documents annotés par l’auteur.

John M. Bowers a lui-même publié des ouvrages sur Chaucer, mais également sur Langland et le poète Gawain. Il est considéré comme le spécialiste de la littérature anglaise médiévale, et a été soutenu par des bourses comme celle de la National Endowment for the Humanities ou encore celle de la Fondation John Smion Guggenheim. Diplômé des universités de Rhodes, Duke, Virginia et Oxford, il a enseigné à Caltech et à Priceton, avant de s’établir à l’Université du Nevada à Las Vegas.

 

 

Son ouvrage sur l’étude de Tolkien – Tolkien’s Lost Chaucer – paraîtra en septembre 2019 chez Oxford University Press. Pour le moment, aucune information sur une traduction française n’a été communiquée. Seul un résumé traduit en français :

« Tolkien’s Lost Chaucer raconte l’histoire d’un ouvrage inédit et jusqu’alors inconnu de l’auteur du Seigneur des Anneaux. Entre 1922 et 1928, Tolkien travailla à une sélection de prose et de poésie de Chaucer, pour les éditions Clarendon. Bien que jamais terminée, ses 160 pages de commentaires en révèlent beaucoup sur sa pensée, sur le langage et la narration, alors qu’il était encore au seuil de sa carrière d’écrivain de littérature fantastique. Se basant sur d’autres nouveaux documents, comme son édition du Conte du Régisseur (The Reeve’s Tale) et ses conférences oxoniennes sur Le Conte du vendeur d’indulgences (The Pardoner’s Tale), cet ouvrage révèle que Chaucer était une influence majeure de l’imagination littéraire de Tolkien. »

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *