À même la peau - Lisa Gardner au sommet de son art !

01/03/2019

Titre : À même la peau

Auteur : Lisa Gardner

Editions : Albin Michel

Prix : 22,90 €

Parution : 2 janvier 2019

Nombre de pages : 512 pages

Genre : Thriller

Résumé : Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d'intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l'assassin a déposé une rose.

L'inspectrice D.D. Warren, chargée de l'enquête, décèle vite une similitude entre ces mises en scène macabres et une longue série de meurtres ayant défrayé la chronique à Boston quarante ans plus tôt et dont l'auteur, Harry Day, s'est suicidé depuis.

Seul recours pour D.D. Warren : se rapprocher des deux filles de Harry Day. Se pourrait-il qu'il y ait un lien entre les récents crimes et Shana et Adeline ? Pour le savoir, D.D. Warren va devoir se confronter à cette interrogation : peut-on échapper à son destin lorsqu'il est marqué du sceau de la mort ?

Une plongée stupéfiante au coeur d'un enfer familial : Lisa Gardner s'impose définitivement comme une virtuose du thriller psychologique.

.

Depuis que j’ai découvert Lisa Gardner avec Le Saut de l’ange, je suis tombé amoureux de sa plume et de ses personnages. La sortie annuelle du nouveau roman de l’auteure est donc devenue une espèce de rituel que j’attends toujours avec impatience. En l’occurrence, j’ai non seulement eu un gros coup de cœur pour À même la peau, mais surtout, il a détrôné Arrêtez-moi en devenant ainsi mon préféré de la romancière à ce jour. Un grand merci donc aux éditions Albin Michel pour leur envoi.

Il faut savoir avant toute chose que Lisa Gardner a créé plusieurs personnages récurrents avec lesquels elle jongle d’un récit à l’autre. On gagne donc forcément à lire les romans dans l’ordre de publication afin de ressentir autant de plaisir en suivant les péripéties de l’enquête qu’en retrouvant le quotidien des protagonistes. Cependant, les intrigues principales sont toujours indépendantes les unes des autres et vous pouvez donc aisément piocher dans la bibliographie de l’auteure le roman susceptible de vous intéresser sans vous demander de quelle série il fait partie ou à quel moment il a été édité.

Comme à son habitude, Lisa Gardner a une fois de plus décidé d’utiliser la même structure narrative qu’on retrouve dans ses autres écrits pour raconter cette histoire, à savoir : une alternance de points de vue entre un nouveau personnage féminin, ici Adeline, et l’inspectrice chargée de l’enquête, cette fois-ci D.D. Warren. Ce procédé fonctionne parfaitement puisqu’il permet d’apporter un véritable relief à l’intrigue en plus de créer un rythme redoutable qui tient le lecteur en haleine sur les 500 pages. J’ai personnellement développé un vrai attachement pour cette inspectrice de Boston que je retrouve toujours avec grand plaisir et enthousiasme. Quant à Adeline, je crois que c’est le personnage « éphémère » pour lequel j’ai ressenti le plus de tendresse parmi toutes celles rencontrées dans les récits précédents.  

Ce que j’apprécie tout particulièrement dans les histoires imaginées par cette auteure, c’est le long travail de recherche qui précède leur écriture. On sent systématiquement une vraie documentation derrière chaque thématique abordée qui, en plus d’ancrer l’intrigue dans la réalité, permet de se coucher moins bête le soir ! Dans À même la peau, on va donc faire la connaissance d’une jeune femme atteinte d’une maladie rare dont j’avais déjà brièvement entendu parler et sur laquelle j’ai adoré en apprendre davantage. Bien que ce ne serait pas vraiment spoilant de vous dire en quoi elle consiste, je préfère vous laisser le découvrir par vous-mêmes. Sachez simplement que la notion de douleur y est centrale et que la réflexion qui en découle m’a passionné. 

L’enquête, quant à elle, s’est révélée une fois encore palpitante du début à la fin, pleine de rebondissements et de suspense. Tout est parfaitement dosé, sans twists abracadabrants et par conséquent totalement crédible. Le dénouement est amené avec beaucoup de finesse et subtilité, et la conclusion m’a même profondément ému. 

En somme, il s’agit là d’un véritable coup de cœur que je vous recommande chaudement. Si vous n’avez encore jamais lu de Lisa Gardner et ne savez pas par lequel commencer, je pense que A même la peau est une excellente façon de vous faire une idée de son style. Quant à moi, je suis d’ores et déjà impatient à l’idée de me plonger dans le suivant, que ce soit le nouveau grand format (certainement prévu pour début 2020) ou un des poches que j’ai déjà en ma possession. Sachez d’ailleurs que Le Saut de l’ange dont je vous ai parlé précédemment vient tout juste de paraître aux éditions Le Livre de Poche ; plus aucune raison de ne pas franchir le pas donc ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *