Le royaume des vents - Une bonne conclusion !

28/03/2019

Titre : Le royaume des vents

Auteur : Joelle Charbonneau

Editions : Milan

Prix : 15,90 €

Parution : 13 février 2019

Nombre de pages : 288 pages

Genre : Fantasy / Young Adult

Résumé : Andreus est enfin roi d'Eden. Mais loin d'être comblé, il est hanté par ce qu'il a fait pour accéder au pouvoir : il croit avoir tué sa jumelle Carys. Et sa culpabilité redouble quand il se rend compte que ses sujets sont toujours fidèles à la disparue. Pour couronner le tout, les vents sont retombés sur Eden et les moulins ne fabriquent plus d'électricité, le royaume est plongé dans l'obscurité ; il faut trouver au plus vite le moyen de sauver le royaume.
Et si Carys était la solution à tous ces problèmes ? Car Carys est en vie. Et elle compte bien revenir auprès de son frère, qu'il le veuille ou non.

.

En me plongeant dans le premier tome de cette duologie (Dividing Eden) l’année dernière, je n’attendais rien de spécial de ma lecture qui s’est finalement révélée être une bonne surprise. Même si l’histoire avait été par moments survolée, je m’étais tout de même attaché aux personnages et c’est donc avec plaisir que je les ai retrouvés dans cette suite et fin pour l’envoi de laquelle je remercie les éditions Milan. 

Contrairement au premier tome où on suivait les jumeaux Carys et Andreus qui évoluaient parallèlement au même endroit (à savoir Eden), la narration est ici véritablement scindée en deux avec la sœur d’un côté et le frère de l’autre. Laissée pour morte, Carys (à l’aide de quelques alliés) va imaginer un plan afin de reprendre sa place auprès de ses sujets. Andreus, de son côté, doit faire face à ses nouvelles responsabilités et contrer les menaces qui risquent de mettre en péril l’ensemble du royaume. La relation fraternelle est une fois de plus mise en avant, notamment à travers Carys qui veut à la fois se venger tout en continuant à protéger Andreus comme elle l’a toujours fait. 

L’histoire de ce diptyque se distingue, quant à elle, de la grande majorité des autres sagas fantasy par sa simplicité. Il y a deux gros arcs narratifs dont la structure est finalement assez linéaire (problème – quête d’une solution – solution) ainsi que quelques péripéties secondaires, et puis c’est tout. Une proposition comme celle-ci peut, à juste titre, paraître minimaliste mais finalement, de temps en temps, c’est agréable de se plonger dans un roman qui tient la route de A à Z sans partir dans tous les sens.

Le style de l’auteure est toujours aussi agréable, avec des chapitres courts et pas mal de rebondissements. J’ai notamment adoré les nombreux complots et trahisons introduits par Joelle Charbonneau, qui ont eu le mérite de rythmer le récit et de me surprendre là où je les pensais, à tort, prévisibles. 

En somme, il s’agit d’une très bonne conclusion qui m’a tenu en haleine du début à la fin. Par ailleurs, j’ai complètement adhéré au dénouement imaginé par l’auteure et j’aurais donc tendance à vous recommander cette duologie si vous cherchez de la bonne fantasy Young Adult palpitante et facile d’accès ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *