L'étranger dans la maison - Une petite déception...

07/03/2019

Titre : L'étranger dans la maison

Auteur : Shari Lapena

Editions : Presses de la cité

Prix : 19,90 €

Parution : 17 janvier 2019

Nombre de pages : 304 pages

Genre : Thriller

Résumé : " Comment te sens-tu ? " Elle voudrait répondre " terrifiée ". À la place, elle dit, avec un faible sourire : " Heureuse d'être à la maison. "
Mariés depuis deux ans, Karen et Tom ont tout pour être heureux : un train de vie confortable, un pavillon coquet, des projets d'avenir. Un soir, quand Tom rentre à la maison, Karen s'est volatilisée. Alors qu'il commence à paniquer, Tom reçoit une visite de la police : son épouse a été victime d'un grave accident de voiture, dans un quartier malfamé où elle ne met d'ordinaire
jamais les pieds. À son réveil à l'hôpital, la jeune femme a tout oublié des circonstances du drame. Les médecins parlent d'amnésie temporaire. En convalescence chez elle, Karen est
décidée à reprendre le cours de sa vie. Sauf que quelque chose cloche. Elle sait que, depuis quelques mois, quelqu'un s'introduit en leur absence dans la maison...

Après l'immense succès du Couple d'à côté, la nouvelle reine du thriller domestique revient
avec un roman toujours aussi addictif, qui raconte les faux-semblants de la vie conjugale – ou comment, à force de grands secrets ou de petites trahisons, un geste malheureux peut faire voler en éclats un bonheur de façade.

.

Vous l’avez sans doute déjà remarqué mais depuis quelques temps, les thrillers dits « domestiques » sont devenus particulièrement populaires dans le monde de l’édition. Je ne pourrais pas vous dire qui a lancé cette « mode » de mettre en scène des couples ou des familles (en exploitant notamment leurs secrets et failles), mais je suis à titre personnel un grand amateur du genre. J’en ai effectivement lus pas mal ces dernières années mais bizarrement je suis souvent passé à côté de ceux qui ont fait le buzz. J’ai par exemple vu (et adoré) le film Gone Girl mais jamais lu le roman dont il a été adapté (Les Apparences de Gillian Flynn), tout comme je n’ai toujours pas eu l’occasion de me plonger dans Derrière les portes de B.A. Paris ou encore Le couple d’à côté de Shari Lapena. C’est pourquoi lorsqu’on m’a proposé de recevoir le deuxième thriller de cette dernière, à savoir L’étranger dans la maison, je me suis dit que c’était le moment de faire partie de la vague en découvrant cette histoire en même temps que les autres. Et je pense que c’est ce trop grand enthousiasme qui a été en partie responsable de ma déception puisque je n’ai malheureusement pas vraiment passé un très bon moment… Je remercie néanmoins les éditions Presses de la cité pour leur envoi. 

Je crois que ce qui m’a dérangé en tout premier lieu, c’est le style de l’auteure. Pour tout vous dire, la plume de Shari Lapena m’a rappelé celle de Mary Higgins Clark (et ce n’est pas franchement un compliment). Mais à la différence de cette dernière avec qui je sais à quoi m’attendre, je ne pensais pas en commençant L’étranger dans la maison me retrouver face à une narration aussi vieillotte. La tournure des phrases, le choix des mots, les descriptions, … tout m’a semblé dépassé, comme si le roman avait été écrit dans les années 1980 et non pas en 2018. 

Viennent ensuite les personnages. J’ai honnêtement rarement rencontré des protagonistes aussi antipathiques, à commencer par Tom. En plus d’être mou et pas très malin, je l’ai trouvé totalement inconscient ! Je ne peux pas vous dévoiler de quoi je parle sans spoiler, mais sachez qu’une bonne partie des problèmes aurait pu être réglée en quelques minutes sans ses décisions complètement irréfléchies.
Karen, quant à elle, s’est révélée plutôt quelconque pendant les 250 premières pages et n’a gagné en intérêt que durant les 50 dernières. Étant donné le fait que l’intrigue repose principalement sur elle, c’est forcément compliqué de s’y immerger si on n’accroche pas avec le personnage qui la porte. 
Le seul protagoniste qui a vraiment titillé ma curiosité, c’est Brigid, la voisine du couple. Au fur et à mesure de l’histoire, son rôle prend de l’importance et le développement psychologique qui en découle est le facteur qui m’a poussé à continuer ma lecture. 

Enfin, l’intrigue en elle-même se voulait sans doute addictive avec des chapitres courts, une alternance de points de vue et des rebondissements réguliers, mais pour ma part je l’ai surtout trouvée prévisible. Je ne sais pas si c’est parce que l’auteure a décidé de donner trop d’indices mais j’ai vu la majorité des twists venir, chose qui m’a profondément ennuyé… Je dois tout de même avouer que l’ultime chapitre a réussi à me surprendre avec deux rebondissements de dernière minute totalement inattendus et franchement jubilatoires.

En somme, si vous souhaitez lire un bon thriller domestique, j’aurais tendance à vous recommander, par exemple, La mère parfaite d’Aimee Molloy ou encore toute la bibliographie de Liane Moriarty (qui excelle dans le genre). Pour ma part, je ne suis pas certain de me plonger un jour dans Le couple d’à côté bien qu’initialement j’en avais très envie…

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *