Sous les décombres - Un beau roman !

30/03/2019

Titre : Sous les décombres

Auteur : Mechtild Borrmann

Editions : Le Masque (JC Lattès)

Prix : 20,90 €

Parution : 6 février 2019

Nombre de pages : 288 pages

Genre : Historique / Policier

Résumé : Casser des cailloux, chercher des vieux métaux, aller au marché noir. Le jeune Hanno Dietz, 14 ans, se bat pour survivre avec sa famille dans les ruines du Hambourg de l’après-guerre. L’Allemagne subit le terrible hiver 1946-1947, marqué par plusieurs mois de froid intense. Un jour, Hanno découvre dans les décombres le cadavre d’une femme nue et, non loin de là, un garçonnet d’environ trois ans. Le petit est recueilli par la famille Dietz qui le prénomme Joost. Des mois durant, l’enfant ne parle pas. Hanno ne dit rien non plus de sa macabre découverte. Mais l’image de la femme morte le hante.
Des années plus tard, Joost, devenu un architecte renommé, débarque dans l’Uckermark pour restaurer un domaine. Il y fait la connaissance d’Anna Meerbaum, dont la mère a passé sa jeunesse au domaine et refuse d’en parler, tout comme elle refuse d’évoquer leur fuite de la zone soviétique en 1946. Le hasard mettra Anna et Joost sur la piste d’un crime qui a marqué pour toujours l’histoire de leurs deux familles.

.

Même si le roman historique n’est pas mon genre de prédilection, selon la thématique abordée je peux totalement être embarqué dans une histoire pourtant loin de ma zone de confort. En l’occurrence, il y avait également l’aspect policier du résumé qui a titillé ma curiosité et m’a définitivement convaincu de tenter l’expérience. Tout compte fait j’ai passé un bon moment de lecture pour lequel je remercie les éditions Le Masque !

Sous les décombres est à la fois un roman historique qui dépeint une époque sombre de l’Histoire et une enquête policière sous fond de secrets de famille. Je ne vous cache pas que j’ai tout d’abord eu du mal à me situer dans ce récit qui mélange les genres, notamment à cause du fait que j’ai rarement eu l’occasion de lire quelque chose de similaire. Etant habitué aux codes du thriller moderne, il me faut toujours un temps d’adaptation lorsque je me plonge dans une histoire qui ne s’y plie pas. 

Malgré mes appréhensions, je me suis très rapidement pris au jeu de l’auteure qui m’a surpris par son habilité stylistique. J’ai en effet trouvé la plume de Mechtild Borrmann particulièrement efficace et immersive. Avec un roman aussi court (même pas 300 pages), le piège aurait été de tout baser sur l’action en délaissant le reste, or, ici, une ambiance singulière est instaurée dès le départ et maintenue tout au long de la narration. 

L’enquête policière est, quant à elle, finalement peu présente, l’accent étant essentiellement mis sur les personnages et leurs relations. On va notamment beaucoup se concentrer sur les liens familiaux et les sacrifices qu’on peut faire afin de protéger les siens. Même si je comprends le choix de l’auteure, j’aurais peut-être préféré que l’histoire tourne davantage autour du meurtre (ce qui n’engage évidemment que moi et mes goûts personnels).

En somme, il s’agit d’un très bon roman historique qui plaira sans aucun doute aux amateurs du genre. J’ai d’ailleurs appris par la suite que Sous les décombres était inspiré d’un fait réel (un assassinat affreux toujours non résolu effectivement perpétré à Hambourg). A l’avenir je n’hésiterai donc plus à m’éloigner un peu de mes genres préférés car c’est souvent comme ça qu’on découvre des pépites !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *