Vicious - Captivant et unique !

24/03/2019

Titre : Vicious

Auteur : V.E. Schwab

Editions : Lumen

Prix : 16,00 €

Parution : 7 février 2019

Nombre de pages : 532 pages

Genre : Science-fiction

Résumé : Le combat du mal contre le mal absolu.
Autrefois, Eli et Victor étaient les meilleurs amis du monde. Mais cette époque est bien finie. Elle est même... morte et enterrée.

À la fac, Eli le brun et Victor le blond partagent la même chambre. Ils sont inséparables et pourtant absolument aux antipodes l'un de l'autre. Victor, c'est l'ombre : complexe et torturé, il passe ses journées à noircir les ouvrages de développement personnel de ses parents pour laisser apparaître des slogans d'un pessimisme saisissant. Eli, c'est la lumière – un garçon fascinant, doté de toutes les qualités, charismatique et solaire. Pourtant, sous la surface lisse du visage parfait de son ami, Victor entrevoit des démons inavouables. Et il n'est pas au bout de ses surprises...

Car un jour, Eli fait la découverte du siècle : des pouvoirs surhumains semblent se manifester chez ceux qui ont subi une expérience de mort imminente. On les appelle des EO – pour " ExtraOrdinaires ". Aveuglés par l'ambition et la curiosité, les deux amis se lancent un défi insensé : celui de frôler la mort pour percer ce mystère. Malheureusement, leur tentative tourne au désastre. Dix ans plus tard, Victor croupit en prison, tandis qu'Eli est acclamé en héros. Mais ce que le monde entier ignore, c'est que le véritable monstre rôde dehors, en toute liberté...

Le combat du mal contre le mal absolu commence ! Après Shades of Magic, retrouvez une jeune auteure prodige dans une nouvelle série unanimement saluée par la critique. Avec la virtuosité qui a fait sa réputation, V. E. Schwab précipite les uns contre les autres des personnages beaucoup trop intelligents pour leur propre bien, dans un voyage qui va les emmener au bout d'eux-mêmes. Écriture léchée, littéralement addictive, talent pour décortiquer les démons et les jalousies de ses héros et faire monter un suspense insupportable, une intrigue imprévisible... Du grand art !

.

En sachant que j’avais lu et adoré la saga Shades of Magic de V.E. Schwab, j’avais particulièrement hâte de découvrir Vicious qui semble être, d’après les critiques, la quintessence de son art. J’étais donc très curieux de me plonger dans cette histoire menée par des anti-héros aux pouvoirs étranges dont la nature n’est pas sans rappeler ceux des X-Men. Et alors quelle lecture ! Je ne m’attendais pas à autant aimer ce roman qui m’a totalement embarqué de la première page à la dernière et pour l’envoi duquel je remercie les éditions Lumen. 

Vicious est avant tout une histoire de rivalités. Victor et Eli se sont rencontrés à l’université et sont rapidement devenus amis avant de développer une relation d’amour/haine assez spéciale. En cause, les réussites de l’un et les échecs de l’autre. Alors que tout semble sourire à Eli, Victor est constamment tiraillé entre ses angoisses profondes, son envie de réussir et la jalousie qu’il éprouve à l’égard de son ami. Tout se complique le jour où Eli se met en tête de percer le secret des EO, ces Extra-Ordinaires qui obsèdent tout autant qu’ils effraient le jeune homme.
Je ne vais pas en dire beaucoup plus sur l’intrigue mais sachez néanmoins que la narration est scindée en six ou sept temporalités différentes avec lesquelles jongle aisément l’auteure d’un chapitre à l’autre. A mon plus grand bonheur, j’ai retrouvé ici la plume qui m’avait tant plu dans Shades of Magic, à la fois percutante et poétique. V.E. Schwab manie les mots avec habilité et intelligence, créant ainsi un rythme soutenu qui m’a tenu en haleine tout au long des 540 pages.

L’univers de Vicious est, quant à lui, particulièrement sombre avec des antagonistes aussi complexes qu’attachants. Même si Victor est indéniablement au cœur du récit, c’est Eli (pourtant en retrait la plupart du temps) qui m’a réellement marqué. Malgré le fait qu’il soit profondément mauvais (aussi bien dans ses actes que dans ses propos), je l’ai trouvé moins vicieux que son ami/ennemi. En effet, tandis que les motivations d’Eli (bien que discutables) sont claires dès le départ, Victor m’a paru de son côté plus difficile à cerner. 
D’autre part, j’ai eu un gros coup de cœur pour les sœurs Clarke, autant pour Serena que pour Sydney. La première est diaboliquement fascinante, une espèce de femme fatale à qui personne ne peut résister ; la seconde est étonnement mature pour son jeune âge et complètement imprévisible. Leur relation n’est certes pas aussi toxique que celle de Victor et Eli mais elle est en tout cas plus touchante car elle remet totalement en cause la sacralité des liens du sang. 

Il m’est assez difficile de rédiger cette chronique car bien qu’imparfait (certains passages trop rapides, une façon parfois maladroite d’introduire les personnages,…), ce roman m’a profondément marqué. Vicious est indéniablement unique, aussi bien dans la forme que dans le fond qui sortent des sentiers battus. Près d’une semaine après l’avoir fini je continue à y songer et j’ai d’ailleurs très hâte de me plonger dans la suite, Vengeful, qui devrait prochainement sortir en français.
Si vous n’avez toujours pas eu l’occasion de découvrir V.E. Schwab, je vous recommande chaudement de franchir le pas car ses histoires méritent vraiment le coup d’œil. En tout cas, à titre personnel, je compte bien me procurer le reste de sa bibliographie afin de compléter ma collection grandissante !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *