Bakhita, une vie romancée bouleversante

09/04/2019

Titre : Bakhita

Auteur : Véronique Olmi

Editions : Le Livre de Poche

Prix : 8,70€

Parution : 30 janvier 2019

Nombre de pages : 474 pages

Genre : Littérature contemporaine

Résumé : Elle a été enlevée à sept ans dans son village du Darfour et a connu toutes les horreurs et les souffrances de l’esclavage. Rachetée à l’adolescence par le consul d’Italie, elle découvre un pays d’inégalités, de pauvreté et d’exclusion. Affranchie à la suite d’un procès retentissant à Venise, elle entre dans les ordres et traverse le tumulte des deux guerres mondiales et du fascisme en vouant sa vie aux enfants pauvres. Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte. Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme dont la source cachée puise au souvenir de sa petite enfance avant qu’elle soit razziée.

.

Depuis son enfance, Bakhita survit chaque jour à l’esclavage. Cet avilissement des hommes et femmes noirs qui devient leur quotidien effaçant toute trace de leur existence passée. Bakhita n’a plus de nom, plus de terre natale, plus de dialecte, plus de famille (bien qu’elle garde sa mère et sa sœur éveillées dans un coin de sa mémoire).

Au détour des chemins, elle croise la route de nombreux enfants qui, comme elle, subissent la violence, la torture, le viol des hommes blancs. Tour à tour, elle voit les mêmes enfants qu’elle mourir sous les coups et une culpabilité s’installe chez elle vis-à-vis d’eux, vis-à-vis de sa famille qu’elle imagine morte également. Mais, malgré tout cela, malgré sa beauté déformée par la fureur des hommes, Bakhita survit. Et cette force intérieure qu’elle gagne au fil des expériences désastreuses ne la quittera jamais.

Bakhita traverse le temps, les époques, les guerres, les continents. Arrivée en Italie, sous le commandement d’un maître étonnamment plus humain que les précédents, la vie de la jeune fille change radicalement pour connaître une autre forme d’esclavage, moral cette fois. Mais, encore une fois, malgré la violence du monde, elle parvient à conserver une humanité et une altérité exemplaires. C’est ce qui définira ce personnage historique et l’élèvera au rang de sainte.

Véronique Olmi transmet avec une grande justesse cette vie humaine qui a évolué dans un monde gouverné par la violence et l’inhumanité. Son écriture fluide et accessible, parfois tranchante, nous entraîne sur les pas de cette petite fille tour à tour enlevée, réduite en esclavage, torturée, affranchie, religieuse, puis finalement canonisée.

Élevée au rang de sainte, son histoire nous est racontée de façon bouleversante grâce à ce livre. Contrairement au fascisme de Mussolini qui s’était emparé du témoignage de Bakhita, qui l’avait travestie à des fins politiques, Véronique Olmi la reprend non pas pour l’utiliser, encore une fois malgré elle, mais pour lui rendre enfin un hommage juste et touchant.

 

Prix du roman Fnac 2017, Bakhita est un roman qui nous touche, nous émeut, tant par la petite histoire racontée dans la grande que par le destin incroyablement humain de cette petite fille enlevée à l’âge de sept ans et qui traversera le temps, la violence des hommes, tout en gardant une part lumineuse d’humanité.

Merci au Livre de Poche pour la reprise et la découverte de cette histoire.

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *