Mes 5 films d’animation Disney préférés

29/04/2019

Tandis que les remakes live abondent en salles (avec plus ou moins de qualité, mais surtout moins), j’avais envie de revenir sur les films d’animation Disney qui ont marqué mon enfance et que j’aime encore revoir actuellement. Je parle ainsi d’œuvres m’ayant touché et gardant autant d’impact avec mon regard un peu plus adulte, si pas plus. Petite remarque avant : je ne parle que de films d’animation produits uniquement par Disney. Cela ne comprend donc pas Pixar, sinon on aurait dû en faire un top 10 avec à peu près une majorité écrasante d’œuvres venant du studio à la lampe.

 

#5 Le Bossu de Notre-Dame

Qui, parmi les responsables du studio aux grandes oreilles, s’est dit que ce serait une merveilleuse idée d’adapter le fameux roman de Victor Hugo en film d’animation grand public ? Il faut bien avouer que l’idée n’a rien d’enchanteur à première vue, surtout au vu de la cruauté du livre. Alors oui, il faut bien reconnaître que le film souffre de certains ajouts comiques et d’une structure narrative assez variable. Mais ce ne sont pas ces points que je retiens principalement du film. Je repense ainsi à la tragédie de Quasimodo, à la chasse violente et injustifiée des personnes de la communauté gitane et à Claude Frollo, LE méchant Disney le plus fourbe, le plus néfaste mais également le plus passionnant de l’univers Disney. Cet homme de loi qui se retrouve tiraillé au plus profond de sa conscience pour sa fascination envers Esmeralda et sa conception de la foi n’a rien de l’antagoniste régulier de ce genre de production. Il apporte même une dose de soufre à cette adaptation, le genre de traitement qui marque aussi bien une enfance qu’une jeune cinéphilie, m’obligeant à mettre ce film parmi mes préférés de la production animée du studio.

 

#4 Pocahontas

Le traitement des colons envers les indiens est un sujet encore sensible aux États-Unis et en parler dans un film grand public peut être assez dangereux. Nous en avions un peu parlé dans notre critique de « Lone Ranger », ce blockbuster aussi fou que son réalisateur. On aurait donc pu croire en une aseptisation ici mais, même si l’histoire n’est pas respectée au pied de la lettre, la poésie du film dissimule une cruauté des plus humaines. La quête vaine pour l’argent et le traitement irrespectueux envers les indiens ne sont pas mis de côté, le tout en traitant également de manière plus symbolique notre rapport à la nature voire à l’autre en général. Ainsi, si le merveilleux est bien présent (notamment par le biais des chansons d’Alan Menken), jamais la dramaturgie du récit n’est mise de côté et ce jusque dans un final dont la beauté apparente ne fait qu’annoncer la tragédie historique à venir…

 

#3 Atlantide, l’empire perdu

La première chose qui frappe avec « Atlantide » est la retranscription imagée d’un massacre à grande échelle n’ignorant pas la tragédie derrière cet événement. La suite du récit est du même niveau : si le souffle aventureux et les personnages colorés rendent le tout plaisant, jamais on ne met de côté la nature dramatique de l’histoire, notamment sa lecture par le biais historique. Difficile ainsi de ne pas y voir les méfaits de la colonisation avec la réappropriation destructrice d’une certaine culture pour raisons économiques même s’il faut tuer et anéantir une culture étrangère. De quoi rendre l’échec du film des plus tristes (notamment par rapport aux rumeurs d’attractions pour les parcs annulées en dernière minute).

 

#2 Kuzco, l’empereur mégalo

Il est compliqué de revenir sur le génie permanent du récit. L’objet de départ peut paraître simple avec ce personnage égoïste et égocentrique qui doit prendre conscience du monde qui l’entoure. Mais le film de Mark Dindal part dans un délire burlesque slapstick tellement fou qu’il est difficile de ne pas être hilare par le niveau non sensique des blagues. Il y a ainsi une véritable folie qui fait avancer l’histoire à un certain rythme et en imposant des moments humoristiques d’anthologie qui mériteraient d’être vus et revus. Bref, si l’on savait que les films d’animation Disney pouvaient être colorés, adultes, poétiques ou autres qualités narratives, on ne pouvait être préparés à l’humour dévastateur de Kuzco. Bisous à Kronk.

 

#1 Aladdin

Et voilà, LE Disney que j’ai dû voir le plus, le meilleur tout simplement à mes yeux (avec une objectivité subjective tout à fait assumée). Meilleure chanson Disney avec Prince Ali, meilleur personnage Disney avec le Génie, une réappropriation du conte intelligente sans tomber dans le n’importe quoi au risque de s’aliéner le public (coucou comédie de merde sur laquelle j’ai écrit il y a un moment). Il est compliqué pour moi de vous dire toutes les raisons pour lesquelles j’aime ce film aussi bien avec mon cœur d’enfant que mon regard d’adulte pas tout à fait mature. Il n’empêche que j’aime me revoir celui-ci sans aucun ennui et que les images du remake live m’ont procuré une sensation extrêmement désagréable que je n’écrirai pas pour ne pas tomber dans la vulgarité gratuite (recoucou comédie stupide !). En clair, si je ne devais retenir qu’un film d’animation Disney, ce serait celui-ci.

 

Et vous ? Quel est votre film d’animation Disney préféré ? 😊

Amoureux du cinéma, je suis belge, pas drôle et végétarien (dans cet ordre ^^). Le septième art est ma grande passion et j’adore parler films, qu’importe leurs styles.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *