The Expanse : un Game of Thrones du 23e siècle ?

05/04/2019

Titre : The Expanse

Créée par : Mark Fergus, Hawk Ostby

Avec : Steven Strait, Thomas Jane, Cas Anvar, Dominique Tipper, Shohreh Aghdashloo, Wes Chatham, Frankie Adams, ...

Format : 42 minutes

Diffusion : Amazon Prime Video

Genre : Science Fiction, Drame, Thriller

Résumé : Au 23e siècle, les hommes ont colonisé le système solaire et les Nations-Unies contrôlent la Terre. Mars est devenue une puissance militaire indépendante et les autres planètes dépendent des ressources de la ceinture d'astéroïdes, où les conditions de vie sont pénibles et les habitants contraints de travailler durement. Au fil des ans, les tensions entre la Terre, Mars et la Ceinture ont pris une telle ampleur qu'une simple étincelle pourrait déclencher une guerre.

Dans ce contexte tendu, la disparition d'une jeune femme va entraîner le détective chargé de l'affaire et le capitaine d'un vaisseau dans une course à travers le système solaire pour découvrir le plus grand complot de l'histoire de l'humanité.

Parfois, une série n’a pas ce qu’elle mérite. Pour d’obscures raisons (que l’on peut résumer à une promotion médiocre voire quasi nulle), il arrive qu’une très bonne série passe sous les radars, soit boudée et n’explose pas les records d’audience. Son sort est alors scellé et l’annulation n’est plus qu’une question de temps. Fort heureusement, il arrive aussi que justice soit faite.

C’est le cas pour The Expanse, qui a échappé de peu à l’annulation. Adaptée d’une série de romans de James S. A. Corey, The Expanse avait en effet été annulée par SyFy en mai 2018 avant que la plateforme de streaming Amazon Primne s’en empare et permette par là même aux fans de retrouver l’univers de cet excellent « space opera ». Il faut dire que The Expanse a un énorme potentiel, sans compter une fanbase très impliquée. Et pour cause, elle compte parmi ses membres G. R. R. Martin, l’auteur de la saga littéraire à l’origine de Game of Thrones. Toute cette agitation autour de The Expanse a donc titillé l’intérêt de Jeff Bezos (le PDG d’Amazon), qui évoqua son sauvetage à la National Space Society : « Nous sommes conscients que tout cela n’aurait pas été possible sans le mouvement hallucinant de soutien des fans de science-fiction les plus créatifs et les plus déterminés de la planète ». Et voilà comment The Expanse se retrouve désormais à bord d’un véritable destroyer, à savoir Amazon.

Mais de quoi est-ce qu’il en retourne exactement avec The Expanse ? Et pourquoi est-ce que vous devriez sincèrement lui laisser une chance ? On justifie très souvent le fait de regarder The Expanse en nous plaçant Game of Thrones comme référence, c’est-à-dire qu’on nous affirme que The Expanse est à la SF ce que Game of Thrones est à la fantasy : une formidable fresque politique et historique, une oeuvre riche en personnages, en intrigues complexes et bourrée de batailles épiques. Et il faut dire que c’est tout à fait vrai. Mais The Expanse a sa propre couleur, sa propre tonalité et les aspirations des créateurs sont très claires. En effet, lors d’une interview, le producteur Mark Fergus affirmait :

« Nous sommes de grands fans de monuments de la SF comme Blade Runner, Alien et Dark City. Mais nous souhaitions que l’aspect général de la série soit unique et qu’il se tienne aussi loin que possible des habituelles palettes de bleu froid et de noir ainsi que des concepts généralement associés au genre. Notre but était de créer un monde fonctionnel et réaliste, un monde où le modèle économique de la colonisation de l’espace serait une certaine esthétique en soi. »  

D’aucun affirment que The Expanse est à ce jour une des seules séries télévisées à offrir une sérieuse approche du genre de la SF, une approche à la fois cohérente et extrêmement travaillée, tant au niveau de l’histoire que des effets spéciaux, et ce depuis Battlestar Galactica. Ce qui ferait donc de The Expanse une espèce de digne successeur de cet autre monument du genre.

Un démarrage explosif et audacieux (et des batailles, beaucoup de batailles).

Lorsque l’on commence à regarder The Expanse, l’on est quelque peu désarçonné : tout l’univers de la série s’offre à nous avec un foisonnement de personnages et ce sans aucune autre forme de cérémonie. Il faut donc un certain temps d’adaptation pour que le tout se mette en place et que l’on se familiarise avec les personnages et l’intrigue. Car on ne comprend pas tout dès le départ, et c’est d’ailleurs une très bonne chose : on ne prend pas le téléspectateur pour une paire de globes oculaires connectés au vide, mais on lui fait confiance et on permet à l’histoire de se dérouler sans anicroche. Et comme s’il n’en fallait vraiment pas plus pour nous satisfaire, nous voilà à enchaîner les épisodes et à y penser, constamment. Les scènes de batailles dans l’espace sont réalisées avec finesse (parfois presque avec poésie tant elles ne sont là au final que pour illustrer cette fatalité humaine de se diriger constamment vers sa destruction mutuelle), les dialogues son intelligents, sans fioriture et l’histoire évolue logiquement. Encore une fois, The Expanse ne prend pas le téléspectateur pour un être passif devant son écran, et si les tractations politiques et les termes scientifiques que les scénaristes n’ont heureusement pas pris la peine d’édulcorer ni d’expliciter ne sont pas assez pour le faire cogiter, nul doute que les nombreux dilemmes moraux auxquels les personnages devront faire face suffiront à le hanter. La réflexion philosophique est donc réelle ici et chaque moment clé nous met face à notre propre cas.

Un casting convaincant pour des personnages originaux.

The Expanse, c’est aussi un casting très représentatif. La diversité des personnages est d’autant plus bienvenue qu’elle semble absolument nécessaire et incontournable. Les acteurs sont tous tellement taillés pour le rôle qu’ils interprètent qu’on s’y attache avec un peu trop de facilité. Cette authenticité des personnages rend l’intrigue toujours plus complexe et vivante, créant une espèce de lien de confiance avec nous en nous épargnant ces personnages héroïques sans faille ou ces ennemis sans saveur. Chacun des personnages aura son lot de décisions ignobles ou injustifiées. S’ils œuvrent pour la survie de l’humanité, ils restent susceptibles de commettre des actes peu glorieux, et c’est tout à fait normal. A ce sujet, Mark Fergus (le créateur) insiste dans leur choix de créer des personnages lacunaires :

« Les gens sont complexes, désordonnés, et c’est ce qui rend la vie et la narration tellement intéressantes. Les héros impeccablement propres ne sont pas réalistes et, pire, ils sont ennuyeux. Ces soi-disant « vilains » ont chacun leur point de vue, ils pensent tous être les héros de l’histoire selon leur propre angle de vue. »

Le passé de ces personnages nous est dévoilé au compte-gouttes, parfois sans même que l’on ne s’en aperçoive ; au travers d’un souvenir, d’une parole lancée en l’air ou d’une expression soudaine à l’évocation d’un mot ou d’une personne. The Expanse joue sur la discrétion, sur les non-dits et ses personnages sont tout à la fois forts, orgueilleux, revanchards et pacifistes face à un monde brutal et sans merci.
 

Un peinture honnête de notre (future) société.

Cette série semble donc avoir tout pour plaire, surtout si vous avez déjà un certain penchant pour le space opera. Ce dernier est ici orchestré avec talent et bon sens, on sent bien que la réalisation a voulu dépasser les codes du genre et faire fi des clichés : The Expanse c’est de la géopolitique, du drame, de l’action et de l’humour bien placé. Le monde créé ici est cohérent, comme si l’on assistait depuis les premières loges et par on ne sait quel miracle au déroulement authentique de notre présent vers ce futur inévitable. On y retrouve l’humanité toujours en proie aux mêmes éclats de génie très vite détournés en moyens de pression, aux mêmes affres et aux mêmes souffrances injustes. Il y a toujours toutes ces castes insupportables (comprenez par-là que le capitalisme est toujours bien d’actualité au 23e siècle et qu’il a même dépassé notre ciel), toutes ces machinations politiques dont on ne parvient pas toujours à discerner le but et toutes ces mêmes querelles aux conséquences désastreuses, comme c’est le cas aujourd’hui. Un tableau honnête, en somme, où le futur envisagé est proche de la théorie du réalisme en relations internationales, mais version science-fiction.

Un antagoniste bien particulier.

Pour résumé, dans cette série, nous n’avons pas quitté le système solaire et aucune autre forme de vie autre que ce que nous connaissons déjà n’a pointé le bout de son nez de manière formelle, du moins le pensait-on. Les terriens, les martiens, les gens de la Ceinture, les Intérieurs et les Extérieurs, tout ce beau monde présent nous maintient en haleine autour de différentes intrigues qui se croisent et se décroisent, mais qui aboutissent au final toutes à une seule constatation : comment faire face à une menace qui dépasse absolument tout le monde ? Car s’il est un thème cher à toute oeuvre qui cherche à mettre l’humanité face à elle-même, c’est bien cette fameuse menace mortelle qui pèse sur tous. Dans The Expanse, elle est judicieusement amenée, dans un Tétris qui s’imbrique à la perfection : au départ, une affaire somme toute assez banale de disparition d’une riche héritière, mission confiée à un détective revêche dans la pure tradition du film noir. Puis il y a cet équipage d’un vaisseau minier qui se retrouve au milieu d’une véritable poudrière sans qu’ils n’aient rien demandé. Enfin, il y a ces hommes et ces femmes politiques terriens et martiens qui ne cessent d’œuvrer pour la guerre. Mais tout ceci semble bien dérisoire face à l’apparition d’une menace bien plus terrible encore, certaine de causer leur perte à tous. C’est cette menace qui se retrouve au cœur de l’intrigue et sa particularité fait que l’on a hâte de voir ce que les scénaristes vont en faire puisqu’elle n’est finalement intrinsèquement ni bonne, ni mauvaise, tout dépend des mains entre lesquelles elle tombe.

Si The Expanse s’approprie les codes de la science-fiction (la technologie reste cependant, de façon tout de même assez surprenante, assez au second plan la plupart du temps), elle éveille en nous ce quelque chose de puissant et de brut. Il y a un véritable plaisir à regarder ces épisodes, à en prendre plein les yeux et les cellules grises. Le monde que nous donne à voir The Expanse est une véritable fenêtre ouverte sur notre futur.

En ce qui concerne la suite des 3 saisons déjà disponibles sur Amazon Prime, il semblerait que la saison 4 soit prévue courant 2019, vers la fin d’année. Alors pour reprendre les mots de G. R. R. Martin : « The Expanse [était] est la meilleure série spatiale à la télévision, et de loin. Rien d’autre ne vient rivaliser avec », et c’est avec plaisir qu’on assiste à son ascension.

.

94s kid. Je vis d’art, d’astres et d’eau fraîche. Je suis, semble-t-il, attachée à la littérature, aux séries et aux langues (entre autres choses tout aussi folles). Je combats les caprices des mots sur le champ des idées coincées sur la langue. Je peux faire d’une série un long film de quatorze heures et la traduction, c’est sacré !
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *