Toute la ville en parle - Un coup de coeur inattendu !

13/04/2019

Titre : Toute la ville en parle

Auteur : Fannie Flagg

Editions : Cherche Midi

Prix : 21,00 €

Parution : 7 février 2019

Nombre de pages : 512 pages

Genre : Feel good

Résumé : Plus qu'un roman : un appel au bonheur !
L'auteur de Beignets de tomates vertes nous conte, dans ce roman choral, l'histoire d'un petit village du Missouri, Elmwood Springs, depuis sa fondation en 1889 jusqu'à nos jours. Les années passent, les bonheurs et les drames se succèdent, la société et le monde se transforment, mais les humains, avec leurs plaisirs, leurs peurs, leurs croyances, leurs amours, ne changent guère. Et c'est la même chose au cimetière puisque, loin de jouir d'un repos éternel, les défunts y continuent leurs existences, sous une forme particulière. Au fil des décès, ils voient ainsi arriver avec plaisir leurs proches et leurs descendants, qui leur donnent des nouvelles fraîches du village. Tout irait ainsi pour le mieux dans ce monde, et dans l'autre, si d'inexplicables disparitions ne venaient bouleverser la vie, et la mort, de cette paisible petite communauté.

.

Si on m’avait dit que la lecture de ce roman se conclurait par un énorme coup de coeur, je ne l’aurais certainement pas cru. Non pas que le feel good soit un genre qui me déplaise mais il est vrai qu’on est loin ici de ma zone de confort. Pourtant, dès les premières lignes j’ai su que j’allais adorer cette histoire pour l’envoi de laquelle je remercie chaudement les éditions Cherche Midi. 

Fannie Flagg est évidemment connue pour son célèbre Beignets de tomates vertes, un livre que je n’ai pas encore lu mais que j’ai désormais très envie de sortir de ma pile à lire. Je savais que l’auteure était réputée pour son optimisme mais je ne pensais pas que celui-ci me toucherait autant. Pour tout vous dire cette lecture m’a fait l’effet d’un énorme câlin, réconfortant et rassurant ; et je crois que c’est exactement ce dont j’avais besoin.

Dans Toute la ville en parle, on va suivre l’histoire d’une communauté menée par Lordor Nordstrom, un immigré suédois qui décide de bâtir une ville dans le Missouri. Peu à peu, les habitants des villages alentours vont le rejoindre dans cette aventure et c’est donc leur vie (et celle des générations futures) qu’on découvre au fil des chapitres et du temps. Comme vous l’avez sans doute compris, les personnages de ce roman sont très nombreux et on ne peut pas vraiment en qualifier certains de principaux et d’autres de secondaires car leur statut change à tour de rôle. 

La grande force de ce roman repose sur son originalité, à la fois scénaristique et stylistique. Fannie Flagg parvient en effet à créer une ambiance tellement apaisante au sein de laquelle on se sent bien. Par conséquent, malgré les chapitres courts qui me faisaient tourner les pages à toute vitesse, je faisais exprès de ralentir ma progression de façon à prolonger ce moment de lecture unique. 
L’intrigue de cette histoire est, quant à elle, hors du commun puisqu’elle se déroule quasiment sur deux siècles. De fait, vous imaginez forcément que les protagonistes, aussi attachants soient-ils, ne peuvent vivre aussi longtemps. Et alors que Fannie Flagg aurait pu rendre leurs départs larmoyants et tristes, elle a décidé d’aborder la mort avec beaucoup de philosophie et positivisme. A l’aide d’une petite touche de fantastique, on va donc retrouver ceux qui ne font plus partie du monde des vivants dans un ailleurs paisible. Ce procédé narratif va également créer du dynamisme entre les nouveaux arrivants et les « anciens » qui se posent forcément des questions sur ceux qu’ils ont laissé derrière eux.

Je pense honnêtement que Toute la ville en parle peut plaire à tout le monde, surtout si vous traversez une passe difficile et que vous avez besoin de réconfort. Pour ma part, je compte me procurer tous les autres romans de l’auteure en espérant retrouver cet état d’esprit tranquille que j’ai eu tout au long des 500 pages. En somme : une excellente découverte, un grand coup de coeur et, sans hésitation, une de mes meilleures lectures de l’année !

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *