Victoria - L'envers du décor de la vie d'une reine

27/04/2019

Titre : Victoria

Auteur : Daisy Goodwin

Editions : Milady

Prix : 8,20€

Parution : 13 mars 2019

Nombre de pages : 525 pages

Genre : Historique

Résumé : Alors qu’elle vient d’avoir dix-huit ans, Alexandrina Victoria est sacrée reine de Grande-Bretagne et d’Irlande. Dès lors, la jeune souveraine surprend tout le monde : elle abandonne son prénom détesté pour adopter celui de Victoria, insiste pour avoir ses propres appartements et rencontrer ses ministres en tête à tête. L’un d’entre eux, lord Melbourne, devient très vite son secrétaire particulier. Il aurait peut-être pu devenir davantage… si tout le monde n’avait pas soutenu que la reine devait épouser son cousin, le taciturne prince Albert. Mais ce que Victoria ignore encore c’est qu’en amour comme en politique, il ne faut pas se fier aux apparences.

.

Pour une férue d’Histoire comme moi, ce roman est un parfait mélange entre document historique et roman classique. Bien que j’ai étudié la reine Victoria à la fac, nous n’avions abordé que l’aspect politique de son règne tandis que dans ce roman, c’est sa vie personnelle, et notamment sa première relation amoureuse, qui est mise en avant.  

Petite déception malgré tout quant à la période choisie par l’autrice. Je m’attendais en effet à ce qu’elle aborde sa vie avec son mari, Albert, dont elle était si amoureuse et avec qui elle a eu tant d’enfants. Cela dit, elle nous mène jusqu’au moment où elle le rencontre et considère se marier avec lui. J’aurais préféré qu’elle continue.

En revanche, j’ai beaucoup aimé le fait que l’on voie sa relation avec sa mère puisque c’est quelque chose que je n’avais pas du tout étudié, et pourtant, sa mère avait un rôle très important dans la vie de Victoria et n’a pas été toujours d’un grand soutien. Il en va de même pour d’autres personnages de son entourage, tapis dans l’ombre, dont ce roman révèle l’importance. Victoria est à peine majeure et n’y connaît pas grand-chose en politique et il est très intéressant de voir comment son entourage tente de l’influencer d’une manière ou d’une autre. Il est aussi très intéressant de remarquer que Victoria est une femme de caractère, même à 18 ans, et qu’elle ne se laisse pas faire.

L’aspect politique de ce roman me faisait peur, puisque je ne m’y connais pas trop et que je ne voulais pas me retrouver au cœur de magouilles auxquelles je n’aurais rien compris mais j’ai trouvé que l’autrice s’était plutôt bien débrouillée de ce côté-là. Certains passages sont un peu longs et pas forcément nécessaires mais à la fin de la lecture, c’est surtout la vie amoureuse de Victoria qui ressort et non l’aspect politique, ce qui est un gros point positif pour moi.

En conclusion, un bon roman historique narré à la façon d’une fiction qui nous révèle certains aspects du tout début de son règne dont on ne soupçonnait pas l’existence. J’ai tout de même appris pas mal de choses même si j’aurais préféré que la période s’étende davantage.

.

Alicia, alias Cupcake, jeune étudiante en anglais, passionnée de lecture depuis la plus tendre enfance mais aussi de films et de séries. Je passe le plus clair de mon temps le nez plongé dans les bouquins, que ce soit pour la fac (les classiques américains et brittaniques n’ont plus aucun secret pour moi!) ou pour le plaisir (faut bien de temps en temps!). Mes genres préférés sont le policier, l’épouvante, le fantastique et le young adult même si je ne suis ouverte à tout !
Parmi les romans préférés on a Les âmes vagabondes (Stephenie Meyer), Fangirl (Rainbow Rowell), Avant toi (Jojo Moyes) et bien sûr la saga Harry Potter ! Que de styles différents, donc.
Et puis, comme je l’ai dit, j’adore les films et si je pouvais vivre dans un cinéma je le ferais !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *