Bad Man - La relève de Stephen King ?

05/05/2019

Titre : Bad Man

Auteur : Dathan Auerbach

Editions : Belfond Noir

Prix : 21,90 €

Parution : 21 février 2019

Nombre de pages : 448 pages

Genre : Thriller

Résumé : On dit que, passé quarante-huit heures, les chances de retrouver une personne disparue sont quasi nulles. Deux jours pour ratisser les bois alentour, frapper à toutes les portes, remuer ciel et terre. Passé ce délai, l'espoir n'est plus permis.

Eric, trois ans, a disparu il y a cinq ans. Peu à peu, les affichettes ont jauni, les policiers se sont désintéressés de l'affaire, la vie a repris son cours dans cette petite ville désaffectée de Floride.

Pas pour Ben, le grand frère de la victime. Qui ne s'est jamais remis du drame. Qui a vu sa famille sombrer. Mais qui n'a jamais cessé ses recherches.

Recruté en tant que magasinier de nuit dans le supermarché même où Eric a disparu, Ben sent que les lieux ont quelque chose à lui révéler. Quelqu'un sait où est son frère, une personne qui prend un malin plaisir à se jouer de lui. Qui ? Le directeur qui n'a jamais collaboré à l'enquête ? Ses collègues auxquels il a accordé trop vite sa confiance ? Mais il y a plus que ça, une présence impalpable, diffuse, qui brouille ses pensées... Qui est ce bad man dont l'ombre inquiétante plane sur la ville ?

.

Je suis sûr que tout comme moi vous avez déjà remarqué ces bandeaux qui présentent un tel auteur comme le nouveau Stephen King ou un tel roman comme celui qui vous fera le plus frissonner cette année. Très souvent (je trouve à titre personnel en tout cas), ces mentions sont loin de refléter la réalité. C’est donc presque à reculons que je me suis plongé dans Bad Man, effrayé d’être une nouvelle fois confronté à de la publicité mensongère. Et alors je ne vous cache pas que j’ai rarement été aussi heureux de m’être trompé ! Ce roman s’est finalement révélé être une véritable claque pour laquelle je remercie les éditions Belfond. 

Contrairement à ce que pourrait faire croire son résumé, Bad Man n’est pas uniquement un thriller basé sur un simple suspense. La disparition d’Eric est certes l’événement qui lance l’intrigue mais s’il y a bien un personnage qui compte dans toute cette histoire, c’est Ben. Chargé de s’occuper de son petit frère le jour du drame, il s’en veut toujours autant cinq ans plus tard d’avoir manqué de vigilance. Avec le temps, tout le monde a fini par délaisser cette affaire, aussi bien les policiers que ses parents, alors qu’Eric n’a jamais été retrouvé. Cette situation rend Ben furieux et alors qu’il souhaite aider financièrement sa famille, il parvient à se faire embaucher dans le fameux supermarché où la disparition a eu lieu, voyant là une occasion unique de mener ses propres investigations. 

J’évoquais plus tôt Stephen King en disant qu’on le mentionne de plus en plus souvent alors que dans 90% des cas la comparaison n’a pas lieu d’être. Bad Man fait partie des 10% restants. Que ce soit dans la manière d’introduire les personnages, la façon de donner de l’importance à chacun d’entre eux ou l’instauration d’une ambiance générale aussi angoissante qu’hypnotisante, j’ai retrouvé ici l’influence du maître de l’horreur. Pour autant, Dathan Auerbach a son style bien à lui mais pour une fois, je dois avouer que l’ombre de Stephen King n’était pas bien loin.

L’intrigue s’apparente quant à elle à ces histoires qui sont racontées avec beaucoup de nuances et de profondeur. Chaque détail semble avoir son importance, chaque mot est savamment pesé. Certains diraient qu’il y a donc des longueurs mais pour ma part, je n’ai pas du tout été gêné par cette absence d’action. Ne vous méprenez pas, de l’action il y en a ! Seulement, elle n’est pas omniprésente et c’est justement ce parfait équilibre avec les descriptions et les révélations qui fait de Bad Man une histoire fascinante. 
Le dénouement, enfin, m’a bluffé par son intelligence avec notamment un jeu ingénieux entre le prologue et l’épilogue. Les principales questions obtiennent leurs réponses et même si quelques zones d’ombres demeurent, ce n’est absolument pas dérangeant puisque grâce à cela on continue à penser à cette histoire après l’avoir terminée. 

En conclusion, ce roman dont je n’attendais rien m’a explosé au visage tant la surprise était grande. Je peux donc d’ores et déjà vous dire que Bad Man fait partie de mes meilleures lectures de l’année, quant à l’auteur j’attends désormais avec impatience la sortie de son prochain roman ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *