Hugo de la nuit : un conte merveilleusement horrifique

22/05/2019

Titre : Hugo de la nuit

Auteur : Bertrand Santini

Editions : Le Livre de Poche Jeunesse

Prix : 5,90€

Parution : 27 mars 2019

Nombre de pages : 172 pages

Genre : Littérature jeunesse

Résumé : Une nuit d'été, un enfant, des fantômes, un secret. Un conte fantastique surprenant, drôle, inquiétant et magique.

 

 

 

A la croisée des genres, entre baroque et modernité, il y a quelque chose de Tim Burton dans cet Hugo de la nuit, fantasque et horrifique. On y croise une famille classique coulant des jours paisibles dans une belle et lointaine contrée, qu’une menace humaine pourrait bien perturber. Car, comme l’avertit l’oncle Oscar :

« Les vivants sont plus à craindre que les morts. »

C’est sur ces mots que le jeune Hugo se laisse happer dans un profond sommeil. Voulant échapper à un mystérieux homme vêtu de noir, venu détrôner sa famille du précieux puits de pétrole sur lequel elle habitait, Hugo fait une chute mortelle. On pourrait croire que l’histoire va s’arrêter sur cette tragédie… Elle ne fait pourtant que commencer.

Notre narrateur va alors mener une nouvelle vie, dans un état fantomatique. Lui qui était terrifié par la mort, le voilà entouré de revenants ! Mais ces esprits ne semblent pas maléfiques, bien au contraire… Et, devenu lui-même transparent, Hugo assiste à bien des situations que de chair et d’os il n’aurait pas vues. Des situations cruelles, des situations horrifiques qui révèlent l’impuissance des hommes face au mal qui les guette.

Coincé dans cet entre-deux éternel, le sort d’Hugo ne semble pourtant pas définitif. Et si la libération de sa famille résidait en lui ? Son impuissance actuelle devant la menace qui guette ses parents ne serait-elle pas révocable ? Les réponses à toutes ces questions et au mystère de son état fantomatique pourraient bien vous surprendre…

Contée à la manière de Ransom Riggs dans son célèbre Miss Peregrine et les Enfants Particuliers, cette histoire fantastique est prenante, insolente, mystérieuse. Bertrand Santini nous parle avec les codes d’un polar détourné, où le coupable d’un triple meurtre pourrait bien être démasqué et puni d’une façon cruellement originale.

Ce mélange des genres littéraires et cinématographiques est diablement plaisant, on découvre à chaque page un élément culturel commun, à terminer par l’univers de The Walking Dead, plus comique et pathétique que sérieusement terrifiant. Une rencontre entre classique baroque et modernisme déjanté : il fallait oser !

Un conte glaçant, fantastique, où l’horreur rencontre l’innocence. Portée par une galerie de personnages tout aussi différents qu’attachants, cette histoire se dévore comme de la chaire humaine !

Merci au Livre de Poche Jeunesse pour cette découverte !

.

Chroniqueuse littéraire, je suis tombée dans la marmite de livres étant petite. Libraire dans l’âme, attachée de presse dans la vraie vie, je m’attache à transmettre le grand secret de la vie éternelle : la lecture (et la pierre philosophale pour les plus chanceux) !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *