La cave – Un thriller pas suffisamment (bien) équilibré et exploité

05/05/2019

Titre : La cave

Auteur : Natasha Preston

Editions : Le Livre de Poche Jeunesse

Prix : 7,90€

Parution : 27 février 2019

Nombre de pages : 400 pages

Genre : Thriller psychologique, jeunesse

Résumé : Il m'appelle Lilas. Depuis des mois il me garde enfermée dans une cave avec trois autres filles : Rose, Iris et Violette. Nous sommes ses jolies fleurs, sa famille idéale. Nous devons être parfaites, ou il nous tuera. Mais je suis Summer, quoi qu'il en dise. Jamais je ne baisserai les bras. Je sortirai de là.

Imaginez une maison comme n'importe quelle autre. Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire. Derrière cette armoire, une porte. Et en bas, une cave. Une cave où sont séquestrées quatre filles. Avant, Lilas s'appelait Summer. Elle avait des parents, un frère insupportable, des copines, un petit ami. Elle fera tout pour les retrouver.

.

Je remercie les éditions Le Livre de Poche Jeunesse pour l’envoi de ce roman. Je voulais déjà le lire depuis sa sortie en grand format en 2017, mais je n’en avais pas encore eu l’occasion. Ni une ni deux, je n’ai donc pas hésité à le découvrir au moment de sa sortie au format poche. Et je dois dire que, bien que je pensais adorer au vu du résumé, je ressors finalement de cette lecture avec un avis plutôt en demi-teinte…

Je vais commencer par le positif. Tout d’abord, une fois le roman entamé, il m’a personnellement été très difficile de le lâcher. La plume de l’auteur, étant destinée à un public « jeunesse » (à partir de 16 ans), est vraiment fluide et nous emporte comme dans un tourbillon, en plus du fait qu’évidemment on veuille à tout prix savoir comment tout ça va se terminer. L’atmosphère du roman, très stressante avec cette impression que quelque chose peut déraper à tout instant, est également un point qui a eu tendance à capter mon attention. Enfin, j’ai aussi beaucoup aimé la construction du roman, avec le choix de l’auteur de nous exposer différents points de vue : celui de Summer/Lilas (point de vue d’une des victimes), celui de Lewis, le petit ami de cette dernière (point de vue d’une personne de l’« extérieur ») et enfin celui de Trèfle (point de vue de l’agresseur). J’ai vraiment trouvé que le tout nous donnait une bonne vision d’ensemble !

Passons maintenant au négatif. Pour commencer, j’ai regretté une plume bien trop sage en ce qui concerne les scènes « choc », trop bâclées, simplifiées à outrance et répétées à mon goût (SPOILER : Trèfle tue plusieurs filles tout au long du roman, et en gros à chaque fois ça se résume en « Trèfle lui plante le couteau dans le ventre, la victime s’écroule, elle meurt en 2 secondes »). Du coup, ça entraîne déjà un manque de crédibilité… Et ce n’est pas le seul point qui nous donne cette impression, d’autres coïncidences et même incohérences s’invitant tout au long du récit (SPOILER : parallèlement à la séquestration, le gars assassine quand même des dizaines de filles et même si ce sont principalement des prostituées vivant dans la rue et que les meurtres s’étalent sur plusieurs années, personne ne remarque rien ??).  

Un autre point qui m’a dérangée, c’est ce ressenti de répétition, de tourner en rond. C’est forcément un piège quand on se lance dans l’écriture (même partielle) d’un huis clos, et l’auteur est tombé en plein dedans… La routine des filles dans la cave est particulièrement lassante au bout d’un moment.     

Je me rends aussi compte, après avoir refermé ce livre, que je ressens comme un sentiment d’inachevé, ou du moins un manque sérieux d’approfondissement concernant certains points, alors qu’à l’opposé d’autres auraient pu être zappés ou en tout cas moins détaillés (le quotidien des filles dans la cave, à nouveau). Cela touche particulièrement les personnages : ainsi, j’aurais aimé, en plus des trois points de vue présents dans le roman, avoir également celui de Rose, qui me semblait être suffisamment importante pour être développée davantage. Pareil concernant Trèfle, car même si on a effectivement des chapitres de son point de vue, la « justification » de ses actes reste finalement très floue. Entre autres, davantage de chapitres se déroulant dans son enfance auraient facilement pu remédier à cela. Car en réalité, même arrivée à la fin de l’histoire, j’ai eu l’impression de ne pas totalement comprendre son personnage…

Enfin, toujours au niveau des personnages, Summer est également problématique, mais pas pour les mêmes raisons. En effet, elle a plus eu tendance à m’énerver qu’autre chose, et puis c’est surtout une « fausse courageuse », au final il y a un réel décalage entre ce qu’elle dit, ce qu’elle prétend être et ce qu’elle fait (SPOILER : dès que Trèfle la kidnappe, et pendant un bon moment, elle n’arrête pas de dire qu’elle va se battre pour se sortir de là, or à aucun moment elle ne fait quoi que ce soit dans ce sens…).    

En bref, un thriller malheureusement pas assez équilibré et sous-exploité en ce qui me concerne, même si j’ai tout de même passé un bon moment de lecture malgré les défauts cités ci-dessus.

.

Petite belge âgée de 25 ans, je passe mon temps à lire, aller au cinéma et regarder des séries. En tant que fan de Disney, je suis une enfant coincée dans un corps d’adulescente. Grande fan de l’art de Tim Burton et accro aux tatouages, j’aime tout ce qui sort de l’ordinaire. Je passe également les 3/4 de ma vie sur mon ordi, j’ai un petit tempérament de geek.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *