La chasseuse de trolls - Un thriller fantastique envoûtant !

30/05/2019

Titre : La chasseuse de trolls

Auteur : Stefan Spjut

Editions : Actes Sud

Prix : 23,80 €

Parution : 13 mars 2019

Nombre de pages : 632 pages

Genre : Thriller / Fantastique

Résumé : Nul n'a jamais su ce qui est arrivé au petit Magnus Brodin, disparu dans la forêt du Färnebofjärden en 1978, à l'âge de quatre ans. Sa mère avait affirmé qu'un géant était sorti des bois et lui avait volé son fils, mais personne n'accorde de crédit au témoignage d'une femme sous le choc. Vingt-cinq ans plus tard, une nouvelle disparition et des témoignages troublants mettent une jeune cryptozoologue sur la piste de créatures indomptables qui se cachent habilement depuis la nuit des temps. Des êtres qui semblent avoir une prédilection particulière pour les petits enfants. Et un avantage imparable pour agir en toute impunité : personne ne croit en leur réalité... Persuadée qu'elle va enfin pouvoir prouver l'existence des trolls, elle entreprend un terrifiant saut dans l'inconnu. Ignorant ce conseil que ses ancêtres ne pouvaient se permettre d'oublier : garde-toi bien de réveiller les forces obscures qui se cachent dans la forêt, car lorsque l'homme affronte la nature, c'est toujours elle qui gagne.

.

Alors que je ne suis généralement pas attiré par les thrillers fantastiques, quelque chose dans le résumé de La chasseuse de trolls a titillé ma curiosité. J’avais en effet l’impression que la touche de surnaturel présente ici allait non seulement servir la narration mais surtout en faire un récit original, qui se démarquerait des autres. Autant vous dire que cette lecture s’est révélée très singulière, loin de ma zone de confort, ce qui explique sans doute le fait que je l’ai autant appréciée. Un grand merci aux éditions Actes Sud pour leur envoi donc !

Ce roman démarre comme un thriller classique avec une disparition d’enfant, une enquête qui piétine et le témoignage d’une mère qui n’est pas vraiment pris au sérieux. Puis, petit à petit, le folklore scandinave et la mythologie nordique viennent s’imbriquer à l’intrigue et celle-ci devient alors complètement envoûtante. L’auteur prend le temps d’installer le cadre, d’instaurer cette ambiance particulière en amenant à son rythme les différents éléments sans se précipiter ni, pour autant, délaisser le suspense.

J’ai adoré le personnage de Susso, une cryptozoologue chargée de faire des recherches sur les animaux (ou créatures) dont l’existence n’a pas (encore) été prouvée. C’est d’ailleurs à travers ses yeux qu’on découvre les nombreuses légendes scandinaves qui rendent ce récit aussi dense et documenté. Il ne s’agit dès lors plus d’un simple thriller à suspense mais d’une véritable plongée dans la culture suédoise, ses contrées éloignées et ses paysages à couper le souffle. Les descriptions sont certes nombreuses mais elles participent pleinement à créer cette atmosphère, à la fois lourde et inquiétante.
L’autre point de vue de ce roman est celui de Seved, un fermier un peu spécial qui mène une existence loin de tout avec des bébêtes un poil plus… exotiques qu’un chat ou un chien. C’est un personnage plus complexe et mystérieux aussi. J’ai pour tout vous dire eu un peu de mal à le cerner au départ mais il s’avère que sa présence devient de plus en plus importante par la suite. Le duo qu’il va finalement former avec Susso se révèle très attachant au point de vous faire tourner les pages afin de ne serait-ce que passer plus de temps avec eux. 

J’ai découvert au milieu de ma lecture qu’il s’agissait en réalité du premier tome d’une duologie et effectivement, en arrivant à la fin, j’aurais aimé l’avoir sous la main pour pouvoir m’y plonger sur le champ, afin de demeurer dans ce cocon dans lequel je me suis retrouvé enfermé le temps de quelques heures. Comme vous l’aurez compris, je vous recommande donc chaudement cette histoire, surtout si, comme moi, vous êtes passionnés par les mythes et légendes du monde et que vous souhaitez les découvrir mêlés à de la fiction. 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *