Les Immortalistes - Un roman singulier

26/05/2019

Titre : Les Immortalistes

Auteur : Chloe Benjamin

Editions : Le Livre de Poche

Prix : 8,40 €

Parution : 27 mars 2019

Nombre de pages : 512 pages

Genre : Contemporain

Résumé : New York, été 1969. Pour tromper l’ennui, les enfants Gold vont consulter une voyante capable de prédire avec exactitude la date de leur mort. Varya, Daniel, Klara et Simon veulent savoir de quoi demain sera fait. Mais ils sont loin de se douter de ce qui les attend.
Des années plus tard, hantés par la prophétie, leurs choix de vie sont radicalement opposés.
Et lorsque le premier d’entre eux trouve la mort à la date annoncée, les trois autres craignent le pire. Doivent-ils prendre au sérieux cette prémonition ? N’est-ce pas la puissance de l’autosuggestion qui les pousse à s’orienter irrémédiablement vers leur mort ?

Fresque de grande envergure, Les Immortalistes se situe entre le destin et le libre arbitre, le réel et l’illusion, l’ici-bas et l’au-delà. Une ode magnifique à ce qui nous échappe et à la force implacable des liens familiaux.

.

Ce roman m’avait déjà intrigué lorsque j’étais tombé dessus par hasard dans une librairie au moment de sa sortie en VO. Je me souviens avoir longuement hésité avant de finalement le reposer pour une raison qui m’échappe toujours. Par la suite je n’y ai plus vraiment pensé jusqu’à ce que les éditions Le Livre de Poche me proposent de le recevoir. Je me suis alors dit que c’était l’occasion de découvrir cette histoire à mi-chemin entre récit initiatique et conte philosophique.

Qu’est-ce que je ferais si moi aussi je connaissais la date exacte de ma mort ? Cette question m’a accompagné tout au long de ma lecture sans que je ne parvienne véritablement à trouver la réponse. Y croirais-je, déjà ? Pourquoi en effet se fier à une voyante qui vous annonce que le libre-arbitre n’existe pas, que vos choix, quels qu’ils soient, mènent indéniablement au même résultat et que vous aurez beau chercher, vous n’arriverez jamais à tromper votre destin ? Comme vous pouvez le constater, ce roman soulève pas mal d’interrogations et pour ma part, c’est bon signe car cela signifie qu’il ne me rend pas indifférent.

Évidemment cette histoire ne serait rien sans les personnages pour la porter, cette fratrie de quatre enfants qui, pour tromper l’ennui dans un New York des années 1960, va se laisser tenter par une séance de voyance a priori innocente. Dès lors, tout va changer et ce malgré le souhait profond de ne pas croire aux prédictions qui vont malgré tout guider la vie des enfants Gold. 
Je me suis beaucoup attaché à ces frères et sœurs qui vont tous emprunter un chemin différent, chacun poussé par ses propres convictions et rêves. On va alors découvrir leurs histoires une par une, des tranches de vie dispersées aux quatre coins de l’Amérique liées par une prophétie impossible à oublier.

La plume de Chloe Benjamin s’est révélée quant à elle très efficace et particulièrement belle. Elle a ce côté à la fois lyrique et visuel qui permet de s’immerger immédiatement dans le récit. L’auteure vous alpague dès les premières pages, à la fois par son style sobre et son intrigue prenante. Malgré quelques longueurs, et certaines parties moins denses que d’autres, Les Immortalistes devient rapidement difficile à lâcher et laisse un sentiment de vide lorsqu’on le referme.

Une excellente lecture donc que je vous recommande chaudement si vous aimez les grandes fresques familiales dépeintes dans le cadre incertain d’une Amérique en proie aux doutes et remises en question.

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *