L'estrange malaventure de Mirella - Le joueur de flûte de Hamelin comme vous ne l'avez jamais vu !

23/05/2019

Titre : L'estrange malaventure de Mirella

Auteur : Flore Vesco

Editions : Ecole des Loisirs

Prix : 15,50 €

Parution : 17 avril 2019

Nombre de pages : 215 pages

Genre : Jeunesse, Réécriture de conte

Résumé : Moyen Age. Les rats ont envahi la paisible bourgade d'Hamelin. Vous croyez connaître cette histoire par coeur ? Vous savez qu'un joueur de flûte va arriver, noyer les rats en musique, puis les enfants d'Hamelin ? Oubliez ces sornettes : la véritable histoire est bien pire, et c'est grâce à Mirella, une jeune fille de 15 ans, qu'on l'a enfin compris. Jusqu'ici, elle passait inaperçue en ville qui s'intéresserait à une porteuse d'eau, à une crève-la-faim, une enfant trouvée ? Seulement voilà, Mirella a un don ignoré de tous : elle voit ce que personne d'autre ne voit. Par exemple, elle a bien repéré ce beau jeune homme en noir, qui murmure à l'oreille de ceux qui vont mourir de la peste... Et ça lui donne une sacrée longueur d'avance. Y compris sur le plus célèbre dératiseur de tous les temps.

.

Je pense que nous sommes nombreux à être dans ce cas, mais j’aime beaucoup les réécritures de contes. Il faut dire que j’ai toujours adoré les contes, en découvrir plein de versions différentes et en voir la morale évoluer au fil des époques. Forcément, quand on parle de réécriture, on parle souvent d’un twist dans le décor, dans l’intrigue ou dans la fin du conte original. Et je dois dire que je ne me lasse pas de voir ce que les auteurs ont pu imaginer à partir de ces contes que je connais si bien. Les réécritures de contes sont pour moi des bonbons que j’ai toujours pris grand plaisir à découvrir.

C’est un peu comme ça que je suis tombée sur L’estrange malaventure de Mirella. Enfin, un peu comme ça et un peu parce que mon attention avait été attirée par le nom de l’auteure qui ne m’est pas tout à fait inconnu, puisqu’il s’agit de Flore Vesco. Rappelez vous, je vous parlais de deux de ses romans (ici et ) mettant en scène la S.S.S.S.S.S. – la Société Super Secrète des Savants et Sciences Surnaturelles – où j’avais adoré que l’auteure arrive si bien à faire se croiser sciences, fantastique et bien sûr, humour !

Forcément, en voyant que Flore Vesco s’attaquait à la réécriture de conte, ni une, ni deux, je me suis lancée la tête la première dans L’estrange malaventure de Mirella.

Je ne vous mentirai pas : si j’ai toujours adoré les contes, je dois bien avouer que celui du joueur de flûte de Hamelin n’a jamais compté parmi mes favoris. Probablement l’histoire des rats qui n’a jamais su trop me séduire, j’imagine. Mais là j’étais presque sûre que l’auteure allait nous faire découvrir une version truculente et complètement loufoque de ce conte qui ne m’avait jamais vraiment fait ni chaud, ni froid.

Et évidemment, la plume de Flore Vesco ne m’a pas déçue. Ce que je trouve extrêmement agréable avec cette auteure, c’est que son écriture est vraiment d’une grande qualité – alors même qu’elle s’adresse à un public de jeunes lecteurs. Comprenez-moi bien, je ne prétends pas du tout que les jeunes lecteurs n’auraient pas besoin d’écriture de qualité, mais je trouve que souvent dans les romans jeunesse, c’est avant tout l’intrigue qui prime – pour une raison bien simple, c’est que c’est ce à quoi les jeunes lecteurs vont s’intéresser en premier. Chez Flore Vesco, j’adore voir qu’il y a vraiment plusieurs niveaux de lecture et que l’humour de l’auteur et sa petite marotte des jeux de mots transparaissent dans chacun de ses romans.

Ici, c’est encore plus perceptible, puisque l’auteure fait le choix d’adopter un ton très moyenâgeux pour la narration du roman. Elle a donc recours à certains termes d’ancien français et transforme aussi certains mots de la langue courante pour les moyenâgiser, nous donnant un ensemble vraiment haut en couleur. J’imagine que cela pourrait ne pas plaire à tout le monde, mais de mon côté, j’ai vraiment sauté à pieds joints dans cette écriture vraiment très fraîche et extrêmement drôle.

Au niveau de l’intrigue cependant, je dois bien avouer que je n’ai pas été aussi conquise. J’ai trouvé les personnages finalement assez peu attachants, on reste en réalité vraiment très proche de la forme originelle du conte, où les personnages sont plutôt des archétypes et n’ont pas réellement d’épaisseur psychologique (à part quelques exceptions comme le personnage de Peest que j’ai absolument adoré). J’ai trouvé ça un peu décevant, parce que c’est l’une des choses que j’apprécie dans les réécritures : voir l’auteur s’emparer de l’archétype d’un personnage et lui apporter une véritable personnalité, voire l’extraire de son stéréotype de départ. Ici, ce n’est pas le cas et l’auteure reste bien plus proche d’un conte – quoique revisité et enrichi. D’un autre côté, le narrateur prétend d’entrée de jeu nous raconter le véritable conte du joueur de flûte de Hamelin donc ce choix semble être complètement éclairé, cependant, je n’ai pas pu m’empêcher d’être un peu déçue.

Enfin, j’ai eu un peu de mal à m’investir dans l’intrigue au début du roman, les premiers chapitres m’ont semblé très introductifs et j’aurais aimé que les aventures de Mirella commencent plus vite et à l’inverse, j’aurais aimé que l’histoire finisse avec un ou deux chapitres de plus ! En effet, à partir de la deuxième partie du roman, je me suis complètement laissée happer dans l’histoire et je l’ai fini d’une traite, regrettant qu’il ne soit pas un peu plus long.

Dernier petit point, j’ai beaucoup aimé retrouver certains thèmes qui semblent être chers à l’auteure, notamment la place que tiennent les personnages féminins qui me plaît toujours beaucoup chez Flore Vesco.

En somme, j’ai été une fois de plus conquise à 100% par la plume de Flore Vesco et son écriture est définitivement un coup de cœur pour moi. J’ai moins apprécié l’intrigue et la forme de ce roman-conte, même si j’ai complètement adoré l’un des personnages. Avis à ceux dont le joueur de flûte de Hamelin est le conte préféré, je suis persuadée que cette nouvelle version saura vous convaincre !

.

Passionnée de lecture et de cuisine, j’adore voyager main dans la main avec les héros d’un roman. J’ai toujours un livre dans mon sac et mon téléphone à la main. Mon éternel compagnon d’aventure dans toutes mes lectures ? Une grande tasse de thé fumante !
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *