L'Oiseau et la lame - De la fantasy historique !

23/05/2019

Titre : L'Oiseau et la lame

Auteur : Megan Bannen

Editions : Albin Michel

Prix : 18,50 €

Parution : 27 février 2019

Nombre de pages : 384 pages

Genre : Fantasy / Historique

Résumé : 1279. Tandis que l'empire mongol s'étend inexorablement, la jeune Jinhua est réduite en esclavage et, désormais orpheline, se retrouve au service du kahn Timur et de ses fils. Le jour où la cité est attaquée par une tribu ennemie, Jinhua n'a d'autre choix que de fuir avec le khan et son plus jeune fils, Khalaf, le seul héritier survivant.

Pour sauver sa lignée, Khalaf a un plan : aller à la rencontre de la princesse Turandokht, fille du grand Khan qui a juré d'épouser l'homme qui répondrait à trois de ses énigmes. En cas d'échec, Khalaf sera exécuté.

Alors que Jinhua se rapproche de Khalaf et tombe peu à peu amoureuse de lui, elle craint de plus en plus l'arrivée devant Turandokht. La princesse pourrait signer l'arrêt de mort de Khalaf, mais aussi révéler les secrets que cache Jinhua...

Avec la vie de Khalaf en danger, Jinhua doit prouver son courage, même si cela implique de sacrifier ce qui lui est le plus cher.

.

L’Oiseau et la lame est un roman qui m’attirait depuis sa sortie en VO. Grand amateur de fantasy et intrigué par l’Asie du 13ème siècle, j’étais en effet curieux de découvrir ce mélange de genres, d’autant que s’agissant d’un one shot, je n’allais pas entamer une énième saga que je n’étais pas sûr de terminer un jour ! Je remercie donc les éditions Albin Michel pour cette formidable découverte grâce à laquelle j’ai pu voyager dans le temps et l’espace.

Je dois avouer qu’en refermant ce livre je me suis demandé pourquoi l’auteure avait fait le choix d’en faire seulement un one shot. Alors je sais, je viens de vous dire que je me réjouissais au départ de ne pas me lancer dans une saga mais cette histoire aurait franchement mérité d’être encore plus approfondie. Megan Bannen a certes construit une intrigue solide et parfaitement rodée mais je suis persuadé qu’elle aurait pu l’étendre sur plusieurs tomes tellement l’univers et ses personnages sont riches.

En parlant de ces derniers, je me suis beaucoup attaché à Jinghua et Khalaf. La première est une jeune esclave chinoise volontaire et intrépide, faisant preuve d’un courage remarquable surtout étant donné son statut et ce par quoi elle est passée. Le second est quant à lui particulièrement intelligent et sensible, deux qualités qui ne font pas forcément bon ménage dans un Empire en proie aux guerres et manigances. Ensemble ils vont alors progressivement développer une relation tout en nuances et sobriété, élégance et émotion.

Le monde dans lequel évoluent nos deux héros s’est, de son côté, révélé passionnant et bien documenté ; même si l’auteure s’est effectivement permise d’y ajouter une bonne dose de fiction. Au fil des pages on se retrouve complètement immergé dans l’Asie du 13ème siècle, tiraillée entre le peuple des Mongols et les dynasties chinoises. 
Enfin, l’intrigue imbriquée par Morgan Bannen dans cet univers dense s’est avérée surprenante et addictive, divisée en sept parties au sein desquelles on bascule constamment entre le futur, le passé et le présent.

En conclusion, j’ai passé un très bon moment, à la fois enrichissant et passionnant, en compagnie de ces protagonistes. J’aurais peut-être préféré que la romance soit moins présente mais il ne s’agit finalement que d’un détail qui ne m’a en rien empêché d’apprécier ma lecture. 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *