Partis sans laisser d'adresse - Un roman rafraîchissant !

19/05/2019

Titre : Partis sans laisser d'adresse

Auteur : Susin Nielsen

Editions : Hélium

Prix : 14,90 €

Parution : 3 avril 2019

Nombre de pages : 230 pages

Genre : Contemporain / Young Adult

Résumé : Félix Knutsson, douze ans trois quarts, vit avec sa mère, Astrid, et sa gerbille, Horatio. Tous trois habitent dans un Combi Volkswagen "emprunté ". Astrid assure que la situation va s'arranger dès qu'elle aura trouvé du travail, et fait promettre à Félix de garder le secret. L'adolescent tient sa langue et parvient à faire sa rentrée dans un nouveau collège, comme si de rien n'était. Mais à mesure que l'hiver approche, les temps se font de plus en plus durs. Félix en est sûr : la meilleure manière de s'en sortir est de participer à son émission de télévision favorite, Qui, Que, Quoi, Quand ? S'il gagne, il remportera vingt-cinq mille dollars, et alors Astrid et lui n'auront plus aucun souci à se faire !

.

Au moment où je me suis plongé dans ce roman, j’avais envie d’une histoire fraiche et pleine de bonnes ondes qui me changerait de mes thrillers bien sanglants. Instinctivement mon choix s’est porté sur Partis sans laisser d’adresse, une très bonne lecture qui s’est révélée être exactement ce dont j’avais besoin. Un grand merci donc aux éditions Hélium pour leur envoi !   

Contrairement à ce que je croyais, et ce malgré sa bienveillance globale, on est loin ici d’une intrigue légère. L’auteure aborde en effet des thématiques difficiles comme le deuil, la précarité ou encore les relations familiales compliquées. Mais ce que j’ai aimé, c’est la manière de traiter ces sujets, sans tomber dans le pathos ou la moralisation. Susin Nielsen véhicule ses idées avec humour, bonne humeur et jovialité, et ce à l’aide de personnages attachants et profondément humains. 

J’ai adoré Félix, et me suis d’ailleurs beaucoup reconnu en lui, notamment dans la relation qu’il a développée au fil du temps avec sa mère, Astrid. Il y a beaucoup de tendresse entre cette mère et son fils, qui leur permet notamment de faire face à tous les affronts de la vie malgré les problèmes qui s’accumulent… Félix va alors décider de prendre les choses en main en s’inscrivant à un jeu grâce auquel il espère bien remporter le gros lot.

Cette histoire est de celles qui se lisent rapidement, menée par un style fluide et agréable, ponctuée par des touches d’humour particulièrement bienvenues. Néanmoins, certains passages interrogent, font réfléchir, remettent en cause pas mal de certitudes. C’est également le genre d’histoires qui s’avèrent beaucoup plus profondes qu’elles ne paraissaient au départ. Au fil des pages on se prend au jeu, on se questionne sur sa propre vie, on s’identifie au parcours des protagonistes et, surtout, on continue de penser à ce roman après l’avoir refermé. 

En somme, j’ai passé un très bon moment grâce à un livre dont je n’attendais pas grand chose et qui m’a d’autant plus surpris. Une excellente découverte qui me réconcilie (un peu) avec le genre ! 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
1 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *