D'une mort lente - Le thriller nordique qui m'a réconcilié avec le genre !

04/06/2019

Titre : D'une mort lente

Auteur : Emelie Schepp

Editions : Harper Collins Noir

Prix : 20,00 €

Parution : 6 mars 2019

Nombre de pages : 416 pages

Genre : Thriller

Résumé : Le sang sous la glace.

Mis en scène dans leur propre appartement, des corps comme des poupées incomplètes, mutilés avec une précision chirurgicale.
Justement, c’est peut-être la chirurgie qui relie les victimes entre elles. Et, plus précisément, une erreur médicale commise dans le secret d’une salle d’opération, étouffée par les années.
Des nuits blanches attendent la police de Norrköping et la procureure Jana Berzelius.
Mais cette dernière a d’autres cauchemars que le tueur au scalpel.
Un homme qui la connaît depuis l’enfance. Un homme qui pourrait révéler à tous que Jana a été élevée et entraînée pour tuer. Cet homme est sa véritable menace. Et il vient juste de s’échapper.

.

Le polar nordique n’est pas vraiment mon truc, je dois l’avouer. Les rares que j’ai eu l’occasion de lire m’ont en effet globalement déçu et j’ai fini par me faire à l’idée que ce sous-genre du thriller n’était pas fait pour moi. J’ai toutefois décidé de me plonger dans le roman d’Emelie Schepp suite à ma rencontre avec l’auteure aux Quais du Polar. En plus d’être adorable et très accessible, elle a réussi à me donner envie de lire son histoire pour l’envoi de laquelle je remercie donc les éditions Harper Collins Noir. 

Contrairement à la lenteur qui caractérise généralement les polars scandinaves, j’ai trouvé D’une mort lente particulièrement bien rythmé et bourré d’action, un peu à l’américaine. L’intrigue s’est révélée très addictive et prenante du début à la fin, en plus d’être totalement imprévisible et pleine de rebondissements. Pour tout vous dire, je me suis pris au jeu dès les premières pages sans être capable de lâcher ce roman jusqu’au dénouement, que je n’ai d’ailleurs absolument pas vu venir !

D’une mort lente est le troisième tome d’une saga (dont les suites sont déjà sorties en Suède) dans lequel on retrouve donc les mêmes personnages principaux, dont la procureur Jana Berzelius. Même si je n’ai eu personnellement aucun mal à comprendre l’enquête introduite ici (indépendante des autres), je dois avouer que j’ai parfois regretté de ne pas avoir lu les tomes précédents avant. On sent en effet que Jana est un protagoniste construit par couches, dont la psychologie est approfondie au fil des histoires. Sa vie privée fait donc partie intégrante de cette nouvelle intrigue et bien que l’auteure parvienne à faire les rappels nécessaires, j’ai senti que je perdais quelque chose en commençant par celle-ci.  

La grande force de ce thriller demeure toutefois sa montée en puissance. Au fil des pages, l’atmosphère devient de plus en plus lourde, étouffante, malgré le froid polaire bien présent. Les descriptions fournies par Emelie Schepp participent en effet à immerger le lecteur dans cette Suède glaciale où tout le monde semble dissimuler des secrets. Le suspense ainsi mis en place devient rapidement intenable et ce jusqu’au final explosif auquel j’ai complètement adhéré ! 

En somme, D’une mort lente m’a franchement réconcilié avec le polar nordique et même donné envie d’en découvrir d’autres (dont évidemment les autres de l’auteure). Une lecture que je vous recommande donc, surtout si comme moi vous avez du mal à appréhender ce sous-genre particulier. 

.

Contrairement à beaucoup de gens, j’ai eu la chance de recevoir ma lettre d’admission à Poudlard et j’ai obtenu mon diplôme de sorcellerie il y a quelques années déjà. Depuis, je me suis spécialisé dans l’étude de la littérature des moldus et je prend un grand plaisir à découvrir une nouvelle forme de magie : celle des mots.
0 I like it
0 I don't like it

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *